samedi 6 mai 2017

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Le rêve de la démocratie passe par l’éradication de la haine lepéniste

Les centristes n’ont pas découvert l’obscénité du clan Le Pen et de sa boutique, le Front national, lors du débat de mercredi dernier où la fille du patron de la PME de la haine et des coups tordus, a, une nouvelle fois, montré qu’un pays comme la France devait résister de toutes ses forces à l’aventure liberticide et au chaos, c’est-à-dire à sa destruction.
Car le débat de l’entre-deux tours a été précédé de biens de propos et d’agissements qui sont autant d’attaques et de nuisances à l’encontre de la démocratie et de la république.
Les nombreuses condamnations de Jean-Marie Le Pen mais aussi de Marine Le Pen ainsi que sa prochaine mise en examen pour avoir détourné 5 millions d’euros d’argent public, les dérapages systématiques, les insultes constantes, les appels à la violence et les programmes populistes et démagogiques, sont le passé et le présent de cette famille dont le seul but est de tirer la démocratie vers le bas pour se servir, s’en servir avant de l’abattre.
Les agissements des membres du FN juste avant le débat et après celui-ci avec des accusations sans fondements et la diffusion de fausses informations pour salir comme voulait le faire Marine Le Pen vis-à-vis d’Emmanuel Macron sans y réussir tellement la haine et la méchanceté suintaient de tous les pores de son visage lors du débat démontrent également que ce clan et ce parti n’ont rien à faire avec la démocratie et la république.
Le Centre le sait bien en ayant toujours été l’ennemi numéro un de cette extrême-droite malfaisante.
Malheureusement, cela n’a pas toujours été le cas de tous à gauche et à droite, cette élection le démontrant avec tristesse.
De ces deux côtés de l’échiquier, on a souvent instrumentalisé le Front national afin de combattre l’autre bord, sans aucune gêne, sans aucune fierté, sans aucune dignité.
Plus grave, on s’en sert aujourd’hui pour se battre contre la démocratie républicaine à l’instar d’un Jean-Luc Mélenchon qui démontre son manque total de repères en matière de responsabilité et de défense de la liberté ainsi que son égocentrisme narcissique.
Face aux ennemis de la démocratie républicaine, il n’y a qu’une seule logique, celle de l’union, celle du refus de légitimer cette entreprise dont le but premier est liberticide.
Il faut s’en rappeler ce 7 mai, comme il fallait le faire en 2002, comme il faudra le refaire encore et encore tant que les Le Pen et leurs sbires seront un danger, sans jamais faiblir.
Ceux qui disent que les temps ont changé, qu’il est fatiguant et inutile de se mobiliser constamment contre le grand méchant loup et que l’on peut vivre avec celui-ci sont dans le renoncement coupable.
Tous ceux qui ne feront pas barrage, ce dimanche, à Marine Le Pen, seront, oui, ses complices, qu’ils votent pour elle, qu’ils s’abstiennent ou qu’ils votent blanc.
Tous ces irresponsables seront responsables, sans doute pas de sa victoire, mais de son score qui pourrait être proche de 40%, une infamie pour ceux qui sont les vrais défenseurs de la démocratie républicaine et un sentiment de honte de faire partie d’un pays dont quatre habitants sur dix choisissent la détestation, le fanatisme, l’intolérance et l’abomination.
Alors, j’espère me tromper de beaucoup sur le score de Marine Le Pen même si les 82% de Jacques Chirac en 2002 face à Jean-Marie Le Pen sont d’une autre époque.
De quoi être nostalgique d’un grand moment démocratique alors que je voudrais vraiment être dans l’espérance de nouveaux grands moments identiques et dans une dynamique d’éradication de tous les extrémismes, de tous les populismes, de toutes les démagogies pour bâtir une société humaniste et de juste équilibre.
Ce qui est le rêve du Centre.
Ce qui est le rêve de la démocratie.


Aucun commentaire: