vendredi 22 juin 2018

Actualités du Centre. L’incroyable ineptie des propos de Morin sur Macron

Hervé Morin
Hervé Morin tente d’exister par tous les moyens.
Président de la région Normandie, il tente d’être un opposant au pouvoir en place par le biais des territoires et de revenir, dans le jeu politique national, tout en affirmant qu’il se veut constructif, ce qu’il n’est pas.
De même, il poursuit méthodiquement l’affaiblissement de son ancien parti, l’UDI, en tenant de créer avec ses amis de Les centristes, dont Vigier et de Courson, un nouveau groupe politique hybride à l’Assemblée nationale pour vider de ses membres celui de l’UDI et d’Agir.
Se positionnant au gré du bruit médiatique du moment, il renoue avec tout ce que l’espace central a de plus négatif et repoussant, l’opportunisme grotesque de la girouette.
Sa dernière interview donnée au Figaro est un modèle du genre.
Ainsi, il accuse Emmanuel Macron de n’avoir jamais été centriste (rappelons que Morin ne l’a jamais été réellement et qu’il ne le revendique même plus!), de n’avoir été élu que grâce au soutien de Bayrou, d’être un homme de droite alors que lui-même  affirme qu’il discute avec des personnalités de LR ou qui en sont partis pour créer un mouvement d’opposition de… droite à Macron.
Au-delà des nombreuses contre-vérités et mensonges, indignes d’un responsable politique, que contiennent ses propos, ce sont surtout les contradictions et l’ineptie qui dominent.
Malheureusement, Hervé Morin n’en est pas à son premier dérapage que ce soit sur Macron ou d’autres personnalités politiques.

Voici de cette interview surréaliste:

- Quel est l'impact de l'élection d'Emmanuel Macron sur les centres et le centrisme?
Curieusement, le président élu en 2017 a été qualifié, à tort, de centriste parce qu'il s'est dit central au moment où le centre n'avait jamais été aussi faible dans la vie politique française. Pour ce qu'il en restait, le centre était déjà éclaté, façon puzzle, entre ceux qui étaient restés dans une alliance avec la droite d'une part et le MoDem, qui avait décidé de s'associer au Parti socialiste en 2012, d'autre part. Plus largement, cette élection n'a pas bouleversé les partis. Ils étaient déjà très abîmés.
Si Macron est central par son discours, le situant en même temps à droite et à gauche, il est, en vérité, beaucoup plus à droite. Les Marcheurs ne sont pas centristes dans l'exercice du pouvoir. Quand Macron construit une politique de l'offre en matière économique, il est centriste. Mais il ne l'est pas quand il ne réduit pas la dépense publique, alors que les grandes figures du centrisme, comme Raymond Barre, étaient exigeantes dans ce domaine. Le président n'est pas davantage centriste par son jacobinisme, son bonapartisme et une culture de l'ego qui n'ont jamais atteint un tel niveau au sommet de l'État. Tous les politiques s'aiment mais lui, il s'adore.

- Quels aspects de sa politique vous semblent incompatibles avec les valeurs centristes?
La concentration du pouvoir. Il croit incarner un monde nouveau mais par son exercice du pouvoir, il démontre une pratique du monde ancien. Ce qu'il fait est totalement contraire au discours qu'il tenait, avant son élection, sur l'autonomie et la responsabilité, sur la capacité des communautés à être facteurs d'innovations, de progrès et de transformations de la société. Le monde démocratique sait que dans les sociétés complexes, il faut libérer les initiatives et mettre en œuvre profondément le principe de subsidiarité. Emmanuel Macron s'inscrit au contraire dans un mécanisme d'effacement des corps intermédiaires. Il gouverne avec un parlement croupion et oublie que les libertés locales sont des ressources de progrès.

- Si Emmanuel Macron est loin du centrisme, pourquoi François Bayrou le soutient-il encore?
Le président du MoDem a été capital dans son élection. Tout le monde a oublié qu'Emmanuel Macron connaissait un abaissement dans les sondages durant sa campagne. Le soutien de Bayrou lui a permis de rebondir et de retrouver une dynamique. Bayrou apprécie sans doute la libération de l'économie et le positionnement européen du président, même si les deux très beaux discours d'Athènes et de la Sorbonne sont un échec puisqu'ils ont essuyé une fin de non-recevoir de la part de nos principaux partenaires, Allemagne en tête. Le président du MoDem doit être malheureux face au piétinement de la démocratie locale, à la fascination du chef de l'État pour l'argent et pour l'Américain pseudo-fascisant Donald Trump. Aussi, il ne doit pas être très à l'aise en constatant le déséquilibre actuel entre la politique économique menée et le champ social.

- L'idée d'un axe central macroniste se dessine pour les européennes. Qu'en pensez-vous?
Contrairement à ce que l'on pense, je crois qu'il y a un espace pour l'expression politique d'une droite modérée, affirmant son ambition européenne sans angélisme, plaçant l'identité européenne au cœur des débats sans excès et affirmant l'équilibre entre humanisme et économie. Avec diverses personnalités telles que Valérie Pécresse, Jean-Pierre Raffarin, Xavier Bertrand, Dominique Bussereau et d'autres, je crois possible de former une équipe. Ce collectif permettrait aux électeurs d'exprimer une part de leur mécontentement tout en adhérant à un projet modéré. Nous en parlons.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire