lundi 3 décembre 2018

Vues du Centre. Je n’ai pas voté Macron pour que Bayrou se prenne pour le président ou le vice-président!

Par Jeanne Valsami

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jeanne Valsami se définit comme une centriste engagée. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.



François Bayrou & Emmanuel Macron
Monsieur Bayrou, vous avez décidé de ne pas vous présenter en 2017 à l’élection présidentielle.

Non pas par altruisme ou don de votre personne mais parce que vous n’aviez aucune chance d’être élu.

Après beaucoup d’hésitations, vous avez rejoint Emmanuel Macron comme beaucoup d’autres centristes avant vous et vous avez bien fait.

Mais, aujourd’hui, alors que le Président de la république et son gouvernement connaissent des attaques d’une dureté indécente et que leur légitimité se trouve remise en cause par des casseurs et des extrémistes, voilà que vous intervenez un peu partout pour dire ce qui devrait être fait par le gouvernement par des «conseils» que vous lui donnez mais que, moi, j’appelle plutôt des critiques.

Je lis un peu partout tous les reproches que vous et vos lieutenants, adressez au président de la république et au premier ministre.

Ne croyez-vous pas que l’heure est plutôt à une solidarité avec ceux-ci parce que nous savons, nous centristes, que si l’on ne réforme pas enfin le pays, nous nous préparons à des lendemains extrêmement difficiles.

N’est-ce pas de votre responsabilité d’homme politique centriste de ne pas céder à la pression de la rue ou de l’utiliser pour votre propre carrière.

Si vous avez vraiment rejoint Emmanuel Macron parce que vous souteniez son programme et son projet pour la France, montrez-le vraiment au lieu d’agrémenter vos éloges à son encontre de remarques choquantes.

Voyez-vous, monsieur Bayrou, en 2017, en tant que centriste, j’ai voté pour Emmanuel Macron parce qu’il se proposait de réformer le pays en profondeur.

Et je n’ai pas voté pour que vous soyez son vice-président et encore moins un président de substitution médiatique!

Surtout que vous soyez celui qui dresse sans cesse ces réquisitoires même quand l’heure est grave.



Jeanne Valsami




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire