lundi 3 décembre 2018

Actualités du Centre. Réactions centristes aux violences du 1er décembre

Voici les réactions de plusieurs personnalités centristes aux manifestations violentes des gilets jaunes, samedi 1er décembre, notamment celle qui s’est déroulée à Paris avec les importantes dégradations qui ont été commises par les manifestants qui ont blessé de nombreux policiers et gendarmes.

LREM
- Stanislas Guerini (délégué général)
Nous devons maintenir l'ordre républicain et continuer à dialoguer avec ceux qui sont en colère. En tant que Délégué général de La République En Marche, je prendrai toute ma part à la grande concertation lancée par Emmanuel Macron cette semaine.
Je ne confonds pas ceux qui se déguisent en gilets jaunes et ceux qui expriment une colère légitime. Il faut que les gilets jaunes s'en détachent et s'organisent pour que l'on trouve ensemble des solutions. La porte du gouvernement leur sera toujours ouverte.
Les violences envers les forces de l'ordre, les dégradations et l'atteinte choquante aux symboles de notre République sont inadmissibles. Soutien total à nos policiers et à nos gendarmes face à ceux qui cassent et ne respectent rien.
- Gabriel Attal (porte-parole)
Des personnes qui contestent depuis 2017 la légitimité de l’élection se servent du mouvement des gilets jaunes. Des français souffrent, ils attendent des solutions, pas le renversement de nos institutions.
Hier, des policiers ont été défigurés à l’acide. La préfecture du Puy-en-Velay a été incendiée et les policiers ont été empêchés d’y accéder. Des statues dans l'Arc de Triomphe détruites. Ce week-end, je n’ai pas entendu tout le monde condamner ces violences. »

MoDem
- Saral El-Hairy (porte-parole)
Mes pensées vont ce soir à la police nationale, à la gendarmerie et à nos pompiers. Souiller nos symboles n'a pas sa place en république, et rien ne justifiera jamais la violence qui doit être condamnée. Je crois dans le dialogue.
- Erwan Balanant (député)
La violence, le chaos ça suffit! Il y a mille espaces pour dialoguer dans notre pays! Je l’ai fait avec des citoyens dans ma permanence et je continuerai à le faire! Nous avons le même combat. Réformer ce pays! Transformer le monde!

UDI
- Jean-Christophe Lagarde (président)
On peut trouver une solution politique avec des organisations représentatives. Il faut que les gens normaux, qui ne sont pas des casseurs, puissent être satisfaits et puissent rentrer chez eux.
 Il faut qu’Emmanuel Macron fasse un pas en arrière sur les taxes qui ne permettent pas aux gens de s’en sortir.
Les cortèges comportent beaucoup de retraités. Le travail des forces de l’ordre est impossible.
 Les images de Paris aujourd’hui sont choquantes. Je ne comprends pas que le gouvernement prenne le risque de voir s’agréger autant de frustrations.
- Sophie Auconie (vice-présidente)
Je souhaite que le gouvernement entende et propose des réponses concrètes au Français Mais rien ne saurait justifier la violence ou les dégradations de notre patrimoine: l’Arc de triomphe est un haut lieu de la mémoire et s’y affronter est aussi irrespectueux qu’indigne.
Je témoigne aux forces de l’ordre mon soutien plein et entier, parce qu’elles sont une nouvelle fois tellement engagées pour nous protéger Je ne reconnais pas en ces casseurs, les gilets jaunes de la Touraine qui revendiquent parce qu’ils ne vivent plus dignement de leur travail.
Si je comprends la souffrance qui émerge des revendications des GJ, je veux apporter mon soutien aux forces de l’ordre et je m’insurge contre les violences et dégradations qui émanent de groupuscules J’apporte également mon soutien aux acteurs économiques qui sont pénalisés.
- Maurice Leroy (député)
Tombe du Soldat inconnu. Il est urgent de rétablir un véritable dialogue avec les gilets jaunes qui expriment une vraie souffrance des territoires oubliés de notre République.
- Olivier Henno (sénateur)
Le Président et le Premier ministre prennent un risque majeur de ne pas tenir compte de la colère des Français. C’est la République qui s’affaisse devant nous. Réveillez vous ! Ouvrez les yeux bon sang!

Mouvement radical
- Bertrand Pancher (député)
Notre pays, blessé depuis tant d’années par les inégalités et les injustices, se retrouve face à une violence intolérable. Il nous appartient d’en tirer vite les conséquences par des signes fort et la reconstruction d’une démocratie enfin proche des territoires
- Guillaume Lacroix (secrétaire général)
La promesse républicaine de liberté, égalité, fraternité, tendue aux Français à la révolution est devenue une dette exigible. Le pouvoir doit répondre, non pour se sauver lui même, mais pour sauver la République.
- Jean-Bernard Bros (conseiller municipal de Paris)
Des images insoutenables, des dégâts considérables, une violence intolérable et des réponses de fond à apporter, notamment sur la fracture territoriale de notre République.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire