vendredi 25 octobre 2019

Propos centristes. France – Port du voile; laïcité; pollution numérique; intelligence artificielle; qualité de l’air; retraites; financement des hôpitaux…

Voici une sélection, ce 25 octobre 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Le port du voile dans l'espace public n'est pas mon affaire. Le port du voile dans les services publics, à l'école, quand on éduque nos enfants, c'est mon affaire. Dans les services publics, il y a un devoir de neutralité. Quand on éduque nos enfants, on demande qu'il n'y ait pas de signe religieux ostentatoire. Après, ce qui se passe dans l'espace public, ce n'est pas l'affaire de l'Etat ou du président de la République.
- Notre pays s’est emparé d’une drôle de mode qui a consisté à pointer du doigt, voire stigmatiser nos agriculteurs. Je crois à la souveraineté alimentaire. Il nous faut défendre notre agriculture. Nous avons l’une des agricultures les plus exigeantes au monde.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Edouard Philippe (Premier ministre)
J'ai bon espoir que le canal Seine-Nord Europe permettra d'apporter de la richesse et de la compétitivité pour l’ensemble des places portuaires françaises, des logisticiens et des agriculteurs qui vont pouvoir utiliser un mode de transport beaucoup plus vert.

Florence Parly (ministre des Armées)
Fière de lancer aujourd’hui le coup d’envoi de la série des nouvelles frégates de défense et d’intervention, les FDI. High-tech, équipées de data centers offrant des capacités de calculs et de cyberdéfense inégalées, 5 FDI rejoindront les rangs de la Marine d’ici 2030. (…) La France possède le 2ème plus vaste espace maritime au monde. Pour protéger cet espace qui regorge de richesses, nos frégates sont indispensables. De Brest à l'océan Indien en passant par la Méditerranée ou les eaux du Golfe, nos frégates veillent.

Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances)
Depuis 2 ans, la France mène une politique qui favorise les investissements. Mon message aux investisseurs étrangers est simple : venez à La Réunion, un territoire aux atouts considérables qui a une position stratégique dans l'Océan indien.

Elisabeth Borne (ministre de la Transition écologique et solidaire)
- Le Gouvernement est déterminé à améliorer rapidement et durablement la qualité de l’air: c’est un impératif de santé publique et environnemental. C’est le sens de notre action : prime à la conversion, bonus écologique, zones à faibles émissions, plan vélo...
- Plusieurs départements viennent d’être durement touchés par la pluie et les inondations. Je suis venue ici à Béziers saluer la mobilisation exceptionnelle des services de secours, et dire aux habitants et aux élus que face à l’épreuve, la solidarité de l’Etat est et sera totale.

Jean-Michel Blanquer (ministre de l’Education)
- Je pense qu’il est bon que les enfants aillent à l’école assez tôt. C’est pour ça qu’on prend des directions communes en France et au Québec.
 - L’école maternelle est un moment essentiel pour tout enfant. On sait très bien que ce sont dans les premières années de la vie que se jouent beaucoup d’enjeux, notamment autour du langage. La première des inégalités qui existe entre les enfants, et qu’on peut constater malheureusement assez tôt ans la vie, c’est les écarts de richesse de vocabulaire entre les enfants selon leur origine familiale.
 - Je pense qu’il y a des choses qui sont éternelles en éducation. Par exemple, le fait de maîtriser les savoirs fondamentaux, c’est éternellement le plus grand des progressismes. C’est cela qui permet la vraie égalité des chances. Si on ne s’assure pas de cela, on augmente les inégalités, et c’est malheureusement ce qui est arrivé dans beaucoup de pays comme le nôtre. Il y a un affaiblissement de la maîtrise des savoirs fondamentaux, et dans ces cas-là, les premières victimes sont les enfants des milieux défavorisés.
- Ce qui compte, c’est qu’on ait une structure qui accueille les enfants tôt, et autant que possible que tous les enfants y aillent, et que cette structure soit épanouissante.
 - Notre objectif est de dignifier la fonction professorale. Je pense que, dans nos sociétés du XXIe siècle, nous avons besoin de repositionner le professeur au centre de la société, comme ça a pu être le cas à d’autres moments de notre histoire. On rentre dans une société de plus en plus technologique, on a besoin de plus en plus d’humanité, et cette humanité vient d’abord et avant tout par les professeurs replacés au centre de notre société.
- Il faut qu’on allège les tâches administratives des directeurs d’école. Il y a en effet des progrès à faire. J’ai accéléré le processus en lien avec ce drame [suicide d’une directrice d’école], parce qu’à juste titre il y a une grande émotion autour de cet événement. »
 Je plaide pour une laïcité claire et nette, qui est synonyme d’une neutralité politique et religieuse dans la vie scolaire. Le cas des sorties scolaires est un peu hybride, parce que ça se passe en dehors de l’école, mais c’est encore du temps scolaire. Je me suis positionné sur cette question en disant qu’il n’y avait pas une loi nécessaire pour l’interdire, parce que je la considérerais plutôt contre-productive. Par contre, nous ne souhaitons pas le développement d’une loi. Nous respectons évidemment toutes les religions.
- La révolution scientifique des sciences cognitives se déploie dans les meilleurs laboratoires du monde. Ce qu’elle nous apprend est décisif pour le progrès de nos systèmes éducatifs. Par exemple, pour remédier aux troubles de l’apprentissage. La France et le Québec alliés.
- La France et le Québec ont tant à faire ensemble! Heureux de travailler avec mon homologue et ami et d’échanger avec les Québécois sur nos défis communs et nos réformes de même inspiration: École maternelle, savoirs fondamentaux, personnalisation, inclusion, confiance.

Agnès Buzyn (ministre de la Solidarité et de la Santé)
- [Budget de la sécurité sociale] La prime voulue par Emmanuel Macron en décembre 2018 sera reconduite pour l'année 2020. Nous continuons à nous mobiliser pour que le pouvoir d'achat des Français augmente.
- [Budget de la sécurité sociale] Les députés viennent d’adopter un amendement qui donne aux acteurs de la visibilité budgétaire pluriannuelle nécessaire à la transformation de l’offre de soins et du système de santé dans le cadre de Ma santé 2022.

Didier Guillaume (ministre de l’Agriculture)
- Il faut que la grande distribution et les entreprises respectent les agriculteurs et achètent au prix qui a été fixé.
- Le gouvernement a mis en place un «plan loup» cette année. Nous avons doublé le nombre de prélèvements, nous avons donné des moyens pour faire en sorte que le pastoralisme puisse se maintenir.
- [Taxation des vins français par les États-Unis]“Il faut absolument prendre des décisions fortes. Une décision de solidarité européenne. Des décisions d’aides au maintien économique. Des décisions d’aides pour aller chercher de nouveaux marchés.

Franck Riester (ministre de Culture)
- Le refus exprimé par Google d’appliquer la loi relative au droit voisin est inacceptable. Le gouvernement soutient les démarches engagées par les éditeurs et agences de presse auprès de l’autorité de la concurrence. Nous ne pouvons pas tolérer un tel comportement de prédateur.
- Le budget que je présente devant la Commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale est un budget au service : de l'émancipation citoyenne; de la cohésion et de l'attractivité des territoires; des artistes et des créateurs; de notre souveraineté culturelle.

Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics)
- Les mesures annoncées après le Grand débat représentent 17 milliards d’euros. Sur cette somme, 14 milliards sont supportés par le budget de l’Etat et 3 milliards par le budget de la sécurité sociale.
- La loi fraude porte ses fruits. Les montants recouvrés à la suite des contrôles fiscaux ont augmenté de 40%, soit 1,6 Md€. Ils représentent 5,6 Mds€ depuis le début de l’année 2019 contre 4 Mds€ sur la même période l’année dernière.
- On en parle depuis 200 ans. Ça y est, le projet du Canal Seine-Nord Europe va enfin voir le jour. C’est une bonne nouvelle pour le développement économique de la région. Et pour l’écologie car il offre une alternative au transport routier.

Marc Fesneau (ministre des Relations avec le Parlement)
- [Violences contre les élus ] La société elle-même est devenue plus violente (...) Il faut le mettre dans ce contexte-là (...) Il ne faut pas dire que ce n'est que l'élu qui est victime de ces violences.
- Il faut éviter que des listes portent des choses qui enfreignent la loi au sens de la laïcité et de la vie commune. Si vous ouvrez la voie à interdire les listes communautaires, vous vous arrêtez où ? Sur quels critères vous les définissez.
- Tout ce qui participe du dénigrement des politiques, des policiers, des pompiers, des journalistes fait mal (...) Les institutions ne sont pas là pour protéger les plus forts mais les plus faibles.

Amélie de Montchalin (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes)
- La France ne met aucun ultimatum au Royaume Uni. Ce que nous voulons c’est de la clarté. La question est de savoir pourquoi on donne du temps, car le temps seul n’est pas une solution. Attendons de savoir s’il y aura des élections avant de faire de la politique fiction
- La mission du commissaire français, c’est faire que l’Europe crée les emplois de demain et qu’elle soit souveraine face aux GAFA, à la Chine et aux États-Unis. Thierry Breton est la bonne personne pour convaincre le Parlement que l’Europe peut obtenir rapidement des résultats.

Cedric O (secrétaire d’Etat chargé du numérique)
- Notre ambition est de faire de la France le 1er écosystème numérique européen.
- Le numérique crée de l’emploi partout sur le territoire. Il améliore aussi le quotidien des Français, par exemple en permettant de mieux détecter les tumeurs ou les affections cardio-vasculaires.
- L'intelligence artificielle est une technologie qui va transformer notre société. Nous devons agir collectivement, réguler pour éviter toutes dérives. Nous devons faire en sorte qu'on ne subisse pas, qu'on soit acteur de cette transformation.
-Dans les révolutions industrielles, il y a des gagnants et des perdants. Nous devons être du côté des gagnants. pour être les leaders de ces grandes transformations, nous devons former et reformer les citoyens.
- Sur les droits voisins, ce que vient de faire Google est une grave erreur. La directive européenne est très claire : les moteurs de recherche doivent partager la valeur créée avec les médias. Une entreprise, aussi grande soit-elle, ne décide pas de la loi à la place de l’État. (…) L’attitude de Google pourrait s’apparenter à un abus de position dominante. Dans une période où des questions légitimes se posent dans le monde entier sur l’empreinte de cette entreprise, c’est un élément à charge.
- Il y a deux principales sources de pollution dans le numérique : les vidéos et les smartphones. Nous devons tous prendre conscience que chacun de nos actes ont des conséquences. Face aux enjeux écologiques, nous devons tous être responsables.
- Aujourd'hui la reconnaissance faciale est interdite sauf exception. Il y a des usages de cette technologie qui peuvent être très utiles au quotidien. Mais il y en a d'autres qui posent plus de questions. Donc nous devons expérimenter et avoir un débat citoyen.

Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances)
- [Plan internet haut débit] Grâce aux investissements massifs engagés par le Gouvernement la France commence à rattraper son retard. Personne ne doit rester au bord du chemin, c’est un enjeu de cohésion du territoire et de compétitivité des entreprises.

Brune Poirson (secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire)
Pour faire face à l'ampleur de la transition écologique et atteindre les objectifs que nous nous sommes collectivement fixés, un changement d'échelle des volumes d'investissements et de financements s'impose.

Sibeth Ndiaye (porte-parole)
Sur l’immigration, notre position est partout la même: humanité et fermeté. Nous devons faire en sorte que les droits et devoirs opposables aux demandeurs d’asile ou aux personnes en situation irrégulière soient respectés.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)
- Au conseil de l’Europe, entretiens avec sa Présidente Mme. Maury Pasquier, le Président Volodine (Douma russe) puis le Président Razumkov (Rada ukrainienne). Dialoguer et travailler ensemble pour la protection des droits fondamentaux des citoyens du continent.
- Nos assemblées doivent exercer un suivi plus global des travaux du Conseil de l'Europe.
-À Strasbourg, pour la Conférence européenne des Présidents de Parlements des Etats-membres du Conseil de l’Europe, qui célèbre son 70è anniversaire. Continuer à s'adapter sans cesse aux nouveaux défis qui font face à l'exercice des droits de l'Homme est la clé pour son avenir.

Stanislas Guerini (délégué général)
- Nous sommes aujourd'hui des entrants dans la vie politique française. Les élections municipales vont permettre de mieux nous implanter sur le territoire. Je veux que l'on multiplie par 5 notre nombre d'élus locaux pour pouvoir mieux agir localement.
- La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne est une bonne chose. Il est à la hauteur du portefeuille majeur dont dispose la France. C'est un capitaine d'industrie qui a les compétences nécessaires et une grande connaissance des enjeux européens.
- Benjamin Griveaux fait une bonne campagne de terrain. Il fait des propositions. Il fait le rassemblement. Je dis à Cédric Villani de nous rejoindre.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
- [Réforme des retraites] Il y a deux sujets essentiels : la question des mesures d’accompagnement, et probablement un étalement dans le temps de la mise en œuvre pour certains des régimes.
- Européen convaincu, connaisseur aguerri des défis de notre industrie et du numérique Thierry Breton saura être un artisan de l'Europe que nous voulons. Sa candidature proposée par le Président Emmanuel Macron reçoit notre chaleureux soutien et toute notre confiance.

Aurore Bergé (porte-parole)
- La commission des affaires culturelles adopte les crédits de la mission culture: ils sont en hausse pour l'année 2020 venant consacrer nos engagements concernant le patrimoine, la place des arts et des artistes, l'émancipation par la culture.
- Il n'y a pas de désert culturel dans notre pays. 16 500 bibliothèques dont 91% sont à moins de 20 minutes des usagers, 2 000 cinémas dont un sur deux dans une commune de moins de 10 000 habitants, nos scènes nationales, centres dramatiques, nos labels.
- Les agriculteurs bénéficient du minimum vieillesse mais il est toujours trop peu demandé. Tout ce qui constitue l'exploitation et qui est indivisible ne peut ensuite faire l'objet d'une reprise sur succession.

Thomas Mesnier (député)
- Après les missions socles dans la loi Ma Santé 2022, nous fixons le financement des hôpitaux de proximité dans le budget de la Sécurité sociale pour 2020. Tout se met en place pour une labellisation rapide d’un grand nombre d’hôpitaux de proximité pour améliorer l’accès aux soins des Français !
- Un nouveau mode de financement de nos services d’urgences, issu de mes travaux  de la Mission urgences, non plus basé seulement sur l’activité mais majoritairement au forfait fonction de la population, tenant compte de l’intensité et la qualité des soins, adopté dans le budget de la Sécurité sociale 2020!

Marie Lebec (députée)
- [Retraites] Il faut prendre le temps de la discussion ! On a un cadre général de la réforme et 42 régimes spéciaux à faire converger. Dommage de vouloir bloquer alors que les discussions débutent.
- Je crois fondamentalement que si on propose aux Français un système qui leur permet de comprendre quelle sera leur retraite à la fin de leur carrière, ils sont prêts à y adhérer.
- L'État se prépare au Brexit. Présentation du système de «Frontière Intelligente» mise en place par les services des douanes.. Les tests ont déjà débuté avec tous les acteurs économiques.

Stéphanie Rist (députée)
Nous venons de voter la pluriannualité pour le budget des établissements de santé! C’est une mesure historique et attendue pour sécuriser les financements des hôpitaux! C’est plus de cohérence et visibilité au service des transformations et des investissements à mener.

●MoDem
François Bayrou (président)
La proposition de Thierry Breton comme Commissaire européen est un choix remarquable. Sur des sujets majeurs pour l’avenir de la France et de l’Europe, une personnalité qui a une expérience majeure et une grande créativité !

JeanNoël Barrot (député)
L'Europe doit être à la pointe de l'«humanisme technologique», c'est à dire de la protection de l'identité numérique des personnes.

Isabelle Florennes (députée)
- Notre société est fracturée, nous le savons, et je regrette que certains agitent des polémiques pour accentuer ces fractures. (...) Ce n’est pas notre rôle, en tant qu’élus, de porter ce type de parole.
- La lutte contre le communautarisme passe essentiellement par l’éducation. Vous le savez très bien François-Xavier Bellamy vous êtes professeur. C’est ce que nous faisons avec Jean-Michel Blanquer par le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les quartiers prioritaires.
- Il y a des sujets sur lesquels il y a des crispations et (...) je pense que sur ces sujets, il faut écouter les élus, le Parlement. Je pense, par exemple à l’augmentation de la taxe sur l’immobilier de bureau. 
- Je regrette qu’au détour d’une manipulation politique, on monte une polémique. Je rencontre tous les jours des femmes voilées dans les quartiers de ma circonscription et elles respectent parfaitement les lois de notre pays
Notre ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer  a rappelé, à juste titre, que pour lutter contre le communautarisme, il fallait donner plus de moyens à l’école. 
- Bien sûr qu’il faut parler d’immigration à Mayotte (...). C’est un sujet qu’il ne faut pas mettre sous le tapis et le Président de la République a eu raison de le faire.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire