mardi 21 juillet 2020

Propos centristes. France – L'Europe est à un moment de vérité; covid19: port du masque obligatoire; justice de proximité; territoires d’industrie; suppression de la taxe d’habitation; convention citoyenne pour le climat; situation en Libye…


Voici une sélection, ce 21 juillet 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- L'Europe est à un moment de vérité.
- À Bruxelles, les négociations sont difficiles, mais un esprit de compromis est là. Cet esprit doit garder l'ambition d'un plan de relance à la hauteur de la crise, l'ambition d'une politique européenne d'avenir sur la souveraineté alimentaire, climatique et technologique.
- Nous faisons bloc avec la Chancelière Merkel pour un plan de relance sans précédent, au niveau de la crise que nous traversons, à la hauteur des enjeux pour l’emploi, pour le climat, pour notre souveraineté et les valeurs de l’Europe. Nous sommes prêts au compromis sans renoncer à l’ambition. Chacun doit prendre ses responsabilités. Continuons d’avancer ensemble.
- Une vie de combat pour les droits civiques. Une vie à être de toutes les belles luttes, à se battre pour un monde plus juste. Tant de progrès ont été conquis grâce à lui. John Lewis était un héros.
- Après Notre-Dame, la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, au cœur de Nantes, est en flammes. Soutien à nos sapeurs-pompiers qui prennent tous les risques pour sauver ce joyau gothique de la cité des Ducs.
- Je partage avec Angela Merkel et Giuseppe Conte de graves préoccupations concernant la montée des tensions en Libye. Nous agissons ensemble pour un cessez-le-feu et la fin des ingérences étrangères. Notre objectif : sécurité et stabilité du pays.
- [Communiqué conjoint du Président de la République, de la Chancelière allemande et du Président du Conseil italien]
Nous nous sommes réunis aujourd'hui à Bruxelles en marge du Conseil européen pour évoquer la situation en Libye. Nous partageons de graves préoccupations concernant la montée des tensions militaires dans ce pays et le risque accru d'une escalade régionale. Nous demandons donc à toutes les parties libyennes et à leurs soutiens étrangers de cesser immédiatement les combats et de mettre un terme à l'escalade militaire en cours à travers le pays.
Nous demandons également à tous les acteurs étrangers de mettre fin à leurs ingérences croissantes et de respecter pleinement l'embargo sur les armes établi par le Conseil de sécurité des Nations unies. Nous prenons nos responsabilités et sommes déterminés à assurer la pleine efficacité de l'opération Irini dans le but de prévenir toute escalade sur le terrain. Nous sommes prêts à envisager un recours éventuel à des sanctions si les violations de l'embargo en mer, sur terre ou dans les airs se poursuivent et attendons avec intérêt les propositions que le Haut-représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité fera à cette fin.
Nous soutenons les efforts des Nations unies en vue d’obtenir la signature d'un accord de cessez-le-feu durable et crédible dans le cadre des négociations en cours au sein du Comité 5+5. Dans ce moment critique, nous encourageons également les Nations unies à explorer toutes les options pour réduire les tensions, y compris celles d'un large désengagement de forces voire d'une éventuelle démilitarisation dans certaines régions. Nous réaffirmons la nécessité qu’un représentant spécial du Secrétaire général en Libye soit rapidement nommé.
Nous rappelons à toutes les parties libyennes et internationales qu'un règlement politique de la crise libyenne doit être pleinement inclusif et fondé sur les conclusions de la Conférence de Berlin. Nous rappelons également qu'il est nécessaire de lever rapidement le blocus pétrolier et de garantir une répartition équitable et transparente des revenus pétroliers au profit de tous les Libyens.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)
- Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos. Sauver des vies, protéger les plus vulnérables, réduire la circulation du virus : c’est de notre civisme que dépend la santé de tous. La mobilisation du Gouvernement est totale.
- Passer des propositions à l'action, voilà notre mission. Trois semaines après leurs échanges avec Emmanuel Macron, je reçois à Matignon les membres de la Convention citoyenne pour le climat.

Barbara Pompili (ministre de la Transition écologique)
On avance! Réunion de travail avec des représentants de la Convention citoyenne pour le climat autour du Premier ministre Jean Castex. Une grande détermination collective pour donner corps aux propositions des citoyens et accélérer la transition écologique du pays.

Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance)
- Nous devons dépasser les intérêts nationaux et aller vers un intérêt général européen. Si nous ne rassemblons pas nos forces pour avoir nos propres technologies face à la Chine et aux États-Unis, nous prendrons un tel retard que nous ne le rattraperons jamais.
- Je veux saluer le travail d'Emmanuel Macron et Angela Merkel qui ne cessent de se battre pour faire comprendre l'enjeu de cette négociation : la présence de l’Europe parmi les grandes puissances mondiales du XXIe siècle.
- La promesse d'Emmanuel Macron est tenue: 80% des Français ne paieront plus de taxe d’habitation à partir de cette année. Pour les autres, le calendrier de suppression de la TH, voté par les parlementaires, est maintenu: baisse en 2021, baisse en 2022 et suppression en 2023.
- L’État, propriétaire de la cathédrale, prendra à sa charge les travaux de restauration. Je veux exprimer mon émotion après ce drame. J’ai habité 6 mois à Nantes où j'ai eu l'occasion d'écouter cet orgue, monument du XVIIe siècle. C'est une grande tristesse.
- Les charges fiscales et sociales seront reportées sur 12, 24 ou 36 mois pour les TPE et PME. J’ai demandé à l’administration fiscale d’être très attentive à la situation des entreprises. Nous les soutiendrons de manière simple et automatique.

Florence Parly (ministre des Armées)
Au plus fort de l’opération Résilience, plus de 16% des militaires déployés étaient des réservistes. Le « Merci et bravo » du président de la République s’adresse aussi à eux ! En 2019 ce sont en moyenne 4000 réservistes opérationnels qui ont été mobilisés quotidiennement.

Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)
- Notre objectif : aucun jeune sans solution. Nous avons toute une batterie de mesures pour apporter une réponse globale : aide à l'embauche, apprentissage, service civique, contrats d'insertion. Nous en discutons aujourd'hui et demain avec les partenaires sociaux.
- Au plus fort de la crise, le chômage partiel a protégé près de 9 millions de salariés. C'est un effort considérable de l'Etat pour accompagner les entreprises et les salariés. L'objectif est clair : protéger nos emplois et nos compétences.
- Plus on porte le masque, mieux c'est. Il devient aujourd'hui obligatoire dans les espaces clos qui accueillent du public : commerces, banques par exemple. Sur le lieu de travail, les règles sont déjà strictes : soit on peut maintenir 1m de distance, soit le masque est obligatoire.

Jacqueline Gourault (ministre des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales)
- Relocaliser dans nos régions des activités stratégiques et créatrices d’emplois. Dans le cadre du programme Territoires d’industrie, nous présentons en le « pack rebond », une réponse à l’impératif de reconquête industrielle de notre pays.
- Le Gouvernement et ses partenaires se sont fixés un objectif ambitieux : embaucher 1000 volontaires territoriaux en entreprise pour lier la reconquête industrielle de notre pays au recrutement de jeunes talents.

Eric Dupond-Moretti (Garde des Sceaux, ministre de la Justice)
- J'ai dit que j'étais pour une égalité absolue des droits des hommes et des droits des femmes et notamment sur le domaine salarial, et sur cette question, je suis féministe et je le dis, sans avoir à rougir, je suis féministe.
- J'ai dit que #MeToo avait libéré la parole de la femme et que c'était un bien, j'ai dit aussi qu'il fallait absolument, et je l'ai écrit, permettre aux femmes les plus timorées de dire les choses. J'ai dit qu'il fallait condamner les salauds qui se tenaient mal avec les femmes. Mais pour autant, j'ai ajouté que la justice ne se rendait pas sur les réseaux sociaux, que la toile ne pouvait pas être le réceptacle de ces plaintes, que la justice devait intervenir et j'ai dit aussi qu'il était arrivé que des hommes soient accusés à tort.
- Je ne veux pas vivre la moralisation comme on la connaît aux États-Unis (...). Je veux qu'un homme puisse prendre un ascenseur avec une femme, et la guerre des sexes, je trouve qu'elle est inutile. (…) Le féminisme, c'est une très grande cause mais il est dévoyé quand il est excessif.
- Je ne connais pas le dossier de M. Gérald Darmanin. Je dis qu'il est présumé innocent, que ça n'est pas une règle mineure, que ça n'est pas une règle accessoire, c'est la Constitution. «Ça concerne tout le monde, la présomption d'innocence, et les Français ont beaucoup de mal avec ça.
- Je veux que les hommes suspectés de violences conjugales, s’ils ne sont pas déférés, soient convoqués par le procureur et reçoivent un avertissement judiciaire solennel. Il ne s’agit pas d’une condamnation; c’est le moyen de montrer à un homme que la justice est attentive et qu’elle ne laisse rien passer.
- J’entends déjà que certains me caricaturent en laxiste qui veut vider les prisons, d’autres en ultra-répressif qui veut les remplir. Je ne serai ni l’un ni l’autre. 
- J’ai toujours été opposé à la rétention de sûreté telle que l’envisageait le président Sarkozy, parce qu’elle envoyait en prison des individus non pour ce qu’ils avaient fait mais pour ce qu’ils seraient susceptibles de faire dans l’avenir.
- Les détenus doivent sortir [de prison] moins mauvais qu’ils n’y sont entrés.
- On va essayer d'avoir une justice qui a le souci de la proximité avec les justiciables. Ce que les Français auront bien compris, c'est qu'il est question de juges à proximité de chez eux. Je veux réconcilier les Français avec leur justice, leur redonner confiance. C'est pourquoi je parle d'une 'justice de proximité', ça ne veut pas dire qu'on va rétablir les juges de proximité qu'on avait supprimés. C'est une question d'organisation. Pendant la crise sanitaire et le confinement, des magistrats se sont rendus dans les hôpitaux. Je propose que, dans certaines parties du territoire, ou dans des cas particuliers, on amène le juge à se déplacer plutôt que le justiciable.

Olivier Véran (ministre des Solidarités et de la Santé)
- Tester massivement et remonter les chaînes de contamination pour les briser est au cœur de notre stratégie.
- Nous traquons le virus et suivons à chaque instant les indicateurs de circulation de la COVID19. Dès qu’ils augmentent, tout est mis en œuvre pour dépister massivement la population et rappeler chacun à la vigilance pour briser les chaînes de contamination.

Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation)
Les diplômés de demain doivent être à l’image de la diversité de la France d’aujourd’hui! Lancement du Comité «Diversité sociale» présidé par Martin Hirsch pour aller encore plus loin dans l'égalité des chances, la mixité sociale et l'émancipation dans l’enseignement supérieur.

Julien Denormandie (ministre de l'Agriculture et de l'alimentation)
Intense journée d'échanges au Conseil européen avec, au cœur des discussions : l’avenir de la PAC, l’accompagnement vers l’agro-écologie, la juste rémunération des agriculteurs, l’information des consommateurs.

Amélie de Montchalin (ministre de la Transformation et de la fonction publique)
- Nous sommes dans un temps de crise, nous devons reconstruire le pays et notre action publique doit profondément gagner en efficacité, en proximité, en simplicité, en justice. Le président de la République et le premier ministre me demandent de faire en sorte que nous soyons plus simples, plus efficaces, plus justes. Les Français ont besoin que les changements se voient concrètement dans leur vie. Sinon, nous sommes au cœur de ce qui alimente la défiance démocratique, de ce qui détruit la crédibilité: voter des lois, dire qu’elles s’appliquent, alors que ce n’est pas le cas. Le sujet crucial, c’est de restaurer la confiance en ayant une action publique puissante. Nous avons créé un ministère du service public, dans lequel nous rassemblons tous les leviers d’action nécessaires pour réussir. Mon ministère est celui du porte-action du gouvernement. Je suis la ministre des résultats et de l’action. Il s’agit d’accélérer les transformations, débloquer, et faire en sorte que ce soit visible sur le terrain. Je suis en quelque sorte un assemblier.
- Les Français ne veulent pas que j’aille uniquement faire le tour de la France qui va bien. Nous devons d’abord rétablir la confiance avec les agents publics, ceux qui se sont engagés pour servir les Français. Pendant la crise du Covid, ils se sont adaptés. Il faut aussi être transparent avec les Français, identifier les blocages. Nous avons des tableaux de bord avec des chiffres, mais l’important c’est de savoir si ça marche ou si ça ne marche pas sur le terrain, si tel changement est visible ou non dans la réalité. Il faut sortir d’une logique de pilotage par tableaux de bord dans les ministères à Paris, pour aller dans les territoires. Nous publierons à l’automne le baromètre des résultats: un baromètre indique aussi bien la pluie que le soleil. Nous dirons aussi ce que les usagers pensent du service public. Ce baromètre permettra de prendre des engagements pour améliorer la mise en œuvre de nos engagements, politique par politique, et territoire par territoire. Nous devons nous intéresser aux blocages concrets. Je passerai la moitié de mon temps sur le terrain en concertation et l’autre à Paris avec mes collègues ministres. Le mot de transformation est un beau mot si nous le prenons sous l’angle du rugby: transformer l’essai, c’est réussir, faire les derniers mètres pour que le ballon arrive au bon endroit. Il faut pour cela se faire des passes. Mon rôle sera d’être en lien permanent avec mes collègues ministres.
- Le droit à l’erreur est un très bon exemple: c’est une bonne idée, mais si l’agent public ne sait pas comment il doit l’appliquer, il ne l’applique pas. Il faut voir où ça coince et former les agents. Nous avons 600 jours, la bonne nouvelle c’est qu’on n’a pas le temps de se perdre en grandes idées. Il faut des idées très pragmatiques et directement opérationnelles. C’est ainsi que nous redonnerons confiance. Je vais écrire la semaine prochaine à tous les agents publics pour leur poser deux questions: quelle mesure urgente le gouvernement doit-il prendre pour améliorer l’action publique, et que doit-il urgemment faire pour que chaque agent puisse se consacrer pleinement à sa mission? Jusqu’ici, quand on entend que les agents publics ont besoin de moyens, on pense uniquement budgétaire. Or, ils ont surtout besoin d’une capacité à faire, à bien remplir leur mission. On ne va pas transformer par le haut mais par ceux qui font.
- La démocratie ne peut pas se fonder sur le secret. Mon rôle n’est pas de donner des notes ou des bons points aux ministres mais d’être en soutien. Il y aura peut-être des mesures qu’on devra arrêter. Il faut une forme de lucidité sur où on en est. Le premier ministre l’a dit, l’impuissance publique a fait le lit du discrédit politique. Elle nourrit le discours des extrêmes. Nous veillerons scrupuleusement à ce que les textes se traduisent dans la réalité! L’application des lois, ce n’est pas simplement sortir des décrets d’application. Aujourd’hui d’ailleurs, 90% de ce qu’on a voté est applicable juridiquement et c’est un énorme travail. Il faut maintenant passer du juridique au concret.

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)
Compagnon de route de Martin Luther King, partisan de la non-violence et figure emblématique du mouvement démocrate, John Lewis nous a quittés. Il laissera une empreinte indélébile dans l'histoire américaine. Les multiples combats qui ont jalonné sa vie doivent nous inspirer.

Olivier Dussopt (ministre chargé des Comptes publics)
- Avec Territoires de Progrès, il y a dans la majorité présidentielle des femmes et des hommes attachés à la socialdémocratie. JeanYves Le Drian et moi en faisons partie avec d'autres collègues du Gouvernement et des parlementaires.
- Au mois d’octobre prochain 80 % des Français ne paieront plus de taxe d’habitation.

Agnès Pannier-Runacher (ministre chargée de l'Industrie)
- Notre boussole, c'est l'emploi industriel : avec le Pack rebond Territoires d’industrie, nous faisons de notre industrie le moteur de la relance sur tout le territoire national.
- Grâce à Emmanuel Macron et Angela Merkel, on retrouve ce couple franco-allemand qui a été à la manœuvre dans toutes les grandes avancées de l’UE.
- Faire de l’industrie le moteur de notre relance : 78 sites industriels "clés en main" pour être la vitrine de la (re)localisation d’activités. Des procédures administratives anticipées pour garantir des délais de réalisation attractifs.
- Plan de relance européen: c’est un rendez-vous devant l’Histoire pour montrer la capacité de l’Union européenne à porter un projet commun dans une crise qui est inédite. Le Président de la République porte un projet extrêmement ambitieux avec Angela Merkel.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)
Il serait insupportable qu’un seul pays empêche égoïstement le plan de relance européen de voir le jour, alors que l’immense majorité des États représentant 90% des peuples d’Europe font bloc.

Stanislas Guerini (délégué général)
La France et l’Allemagne continuent de faire bloc pour aboutir à un plan de relance digne de ce nom. C’est l’avenir de l’Union qui est en jeu. La détermination du Président Macron et de la Chancelière Merkel est l’honneur de l’Europe.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Les députés LaREM en soutien inconditionnel à Emmanuel Macron et Angela Merkel pour trouver un accord pour le Plan de relance en Europe. Ce qui se joue, c’est l’avenir de l’Union européenne. Aucun pays n’a le droit de prendre en otage ce choix historique. La France derrière son président.

●MoDem
Sarah El Hairy (porte-parole)
Recueillement et échanges à l'occasion de la journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux "Justes" de France.

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
Lors des européennes de 2019, j’étais le seul à proposer que le vecteur énergétique hydrogène devienne une priorité européenne et nationale pour le climat et pour notre indépendance. Un monde d’avance alors que la France reste en retard, hélas...

● Autres
(Personnalités ou organisations centristes)
Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre)
- Angela Merkel et Emmanuel Macron avancent ensemble, solidaires, puissamment engagés l'un avec l'autre : c'est la clé de notre avenir.
- [Union européenne] Si nous sommes divisés, nous serons fragilisés. Aujourd'hui, il y a un devoir d'union.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.