samedi 5 novembre 2011

Une Semaine en Centrisme. Alliance centriste: le fiasco de Jean Arthuis


Il était parti du Mouvement démocrate en 2009 sur fond de désaccord avec la ligne politique de François Bayrou. Ce dernier n’a pas changé d’un iota celle-ci et le voici de retour, deux ans après...
Jean Arthuis, c’est de lui qu’il s’agit, va en effet adosser son petit parti, l’Alliance centriste, au Mouvement démocrate de François Bayrou (avant de le fédérer) et obtenir une gratification, lui qui vient de perdre la présidence de la commission des Finances au Sénat qui lui permettait d’exister politiquement au-delà de son mandat en Mayenne.
Pour justifier son retour au bercail, Jean Arthuis indique, dans une interview au quotidien Le Monde, qu’il faut rassembler le Centre et qu’après avoir lorgné du côté du Nouveau centre, il s’est tourné du côté du Mouvement démocrate parce qu’il était «équidistant» (sic) des deux partis. Une justification bien pauvre, qui passe sous silence la pauvreté de la réflexion du président de l’Alliance centriste et le fait qu’il s’est toujours considéré dans la majorité présidentielle alors que François Bayrou, lui, s’est toujours considéré en dehors. Dès lors, il serait intéressant de demander à Jean Arthuis où il se positionne aujourd’hui (car demain est une autre histoire…).
Mais est-ce vraiment intéressant de le savoir?
Que Jean Arthuis s’en sorte pas trop mal, grand bien lui fasse, lui qui ne représente plus rien politiquement. Mais c’est bien dommage pour l’Alliance centriste dont la création a été un échec total, due en grande partie à son unique responsabilité.
Malheureusement, il a emmené dans cette aventure des hommes et femmes sincères et motivés, qui croyaient vraiment en une refondation du Centre et dans des valeurs centristes qui ni le Mouvement démocrate, ni le Nouveau centre ne représentent totalement.
Ils ont même cru au courage politique de Jean Arthuis, espérant qu’il saurait transcender sa pusillanimité face à la cause dont il se voulait le héraut. Et au CREC (qui édite ce site), nous avons voulu également y croire. C’était sans conteste trop attendre de lui.
Bien sûr, ce piteux ralliement n’aura guère d’incidence dans le monde politique tellement l’Alliance centriste comptait pour pas grand-chose et encore moins depuis les récentes élections sénatoriales. C’est en quelque sorte un non-événement dont le seul qui pourra en tirer, peut-être, un bénéficie politique est François Bayrou.
Retour sur ce fiasco.
Quand il a créé l’Alliance centriste en juin 2009, le sénateur de la Mayenne voulait tout bousculer… tout en évitant de prendre des risques. Ce grand pourfendeur du principe de précaution se l’est pourtant appliqué à lui-même!
Pendant les six mois qui ont suivi la création de ce parti, celui-ci est devenu une sorte de mort-vivant: pas une déclaration de Jean Arthuis, pas une initiative politique de la nouvelle formation qui a sombré dans un anonymat qu’elle n’a jamais pu dépasser sauf à de rares et courtes occasions.
Tentant malgré tout d’exister politiquement personnellement, en 2010, Jean Arthuis se déclarait prêt à se présenter à la présidentielle de 2012 mais sans attirer aucune attention de la part des médias dont beaucoup ne connaissaient même pas l’existence de l’Alliance centriste... D’ailleurs, il n’apparut jamais dans aucun sondage.
Il créa ensuite le fantomatique Institut du Centre (qu’Alliance centriste subventionne) à la tête duquel il plaça Jean-Louis Bourlanges qui se voyait ainsi offrir une tribune inespérée pour ses propres ambitions, tribune qu’il ne manqua d’ailleurs pas d’utiliser (en annonçant même qu’il pensait se présenter, lui aussi, à la présidentielle!). Un Jean-Louis Bourlanges qui multiplie depuis 2007 les attaques fielleuses à l’égard de François Bayrou… le nouvel allié de Jean Arthuis!
Sans grande stratégie claire, allant voir de chaque côté de l’échiquier centriste avec des discours incohérents et paradoxaux, cette absence de sens politique de Jean Arthuis devait aboutir au début de l’année 2011 à la création de la Confédération des Centres entre Hervé Morin et lui-même.
Puis, quelques semaines plus tard, au lâchage en rase campagne du président du Nouveau centre (qui ne lui pardonne pas) et au refus de rallier l’Arés (Alliance républicaine écologique et sociale) de ce même Morin et Jean-Louis Borloo non sans avoir annoncé quelques jours auparavant, dans un éditorial sur son blog, son adhésion sans réserve à cette nouvelle alliance. Plus incohérent, tu meures!
Entre temps, il avait publié un livre sur les finances publiques, son obsession, qui fit un bide.
Et, pour couronner le tout, voilà que les médias qui ne connaissaient même pas l’existence de l’Alliance centriste, s’emparaient de cette dénomination pour qualifier l’alliance entre Hervé Morin et Jean-Louis Borloo sans même que Jean Arthuis ne réagisse dans un premier temps, semblant totalement se désintéresser d’un parti qu’il avait pourtant créé avec d’autres, ces autres dont il ne semblait guère se préoccuper.
Dès lors, de plus en plus incohérent, il se coupait d’Hervé Morin pour chanter à nouveau les louanges de François Bayrou – qu’il avait voulu dégommer de la présidence du MoDem en 2008… Un Bayrou qu’il invitait en grande pompe (en fait, c’est le seul leader du Centre indépendant qui daigna se déplacer) lors de son Congrès d’Angers en juillet dernier avant de faire le déplacement lors de l’université d’été du Mouvement démocrate.
Laissant son parti en déshérence, il jouait alors une carte personnelle, essayant de sauver vainement sa présidence de commission au Sénat, sans résultat, avant de décider, in fine, de rallier François Bayrou.
Que conclure de cela? Que Jean Arthuis n’ait pas la stature d’un leader politique. Mais cela était évident depuis longtemps pour nombre de centristes qui l’ont côtoyé dont un grand nombre de militants de l’Alliance centriste. Cela l’est, dorénavant, pour les Français… en tout cas, ceux qui le connaissent!
Quant au Centre, heureusement, il en a vu d’autres et beaucoup plus dangereuses pour son existence que cet épiphénomène qui ne ravira que ses adversaires. Après cette péripétie, néanmoins, le Centre reste à refonder. Et, au CREC, nous continuerons à nous battre pour cela.

Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC

Aucun commentaire: