21 mai 2013

L’Humeur du Centriste. Quand le Mouvement démocrate veut s’allier avec tout le monde!


Ainsi le Mouvement démocrate fera des alliances «à la carte» lors des prochaines élections municipales en 2013. La raison officielle avancée est que le parti de François Bayrou, dans sa logique de promotion de l’union nationale, veut dépasser les divisions partisanes et s’allier avec ceux qui font du bon boulot ou qui ont un bon projet.
Décodons cette annonce un peu surréaliste.
Premier point: incapable de s’entendre avec les autres centristes pour constituer des listes communes aux municipales, le MoDem prétend faire l’union nationale au niveau local, quel paradoxe! Il y aurait donc, selon lui, une plus grande différence dans certaines villes (pourquoi et lesquelles?!) entre les centristes qu’entre les centristes et les socialistes ou entre les centristes et l’UMP…
Reste que le constat qu’il est plus facile de s’allier avec la Droite ou la Gauche qu’avec d’autres centristes montre à quel point les partis centristes sont en déshérence et désespérance.
De même, cela montre les tensions qui existent au sein du Mouvement démocrate entre les partisans d’une ligne de centre-droit et ceux d’une ligne de centre-gauche sans oublier ceux qui préconisent une ligne centre-centre.
Deuxième point: les électeurs du MoDem déjà déboussolés lors de l’élection présidentielle par des déclarations contradictoires, parfois même fort éloignées d’une vision centriste, seront appelés, tantôt à voter pour la Droite, tantôt pour la Gauche, tantôt pour les écologistes, tantôt pour les centristes. En voilà un bon message de clarté politique!
Concrètement, dans une ville, les candidats MoDem seront sur une liste UMP alors que dans celle d’à-côté, on les trouvera sur une liste du PS et, encore un peu plus loin, ils cohabiteront avec ceux de l’UDI ou des Verts.
Mais pourquoi ces électeurs encore fidèles ne feraient-ils pas de même lors d’élections avec enjeux nationaux en votant directement pour ces formations sans passer par la case MoDem? C’est déjà ce qu’a fait une partie de ceux qui avaient voté François Bayrou en 2007, incapables de comprendre où celui-ci voulait les emmener.
Troisième point: tout cela a un nom: l’opportunisme qui a déjà fait tant de mal au Centre au cours de son histoire.
Il faut dire que François Bayrou -- qui ne s’intéresse qu’à l’élection présidentielle, seule à ses yeux capable de contenter ses ambitions mais aussi de changer la donne politique en faveur de son parti -- a absolument besoin d’élus pour peser un peu plus qu’aujourd’hui sur la politique et pour crédibiliser son parti (ainsi que pour le renflouer, lui qui est obligé de louer une partie de ses locaux actuellement).
Dès lors, sans sembler sortir de son splendide isolement, il joue sur cette alliance à la carte sensée récompenser les bons élèves avec qui le Mouvement démocrate peut travailler.
Ainsi, le message est: «nous gardons notre indépendance puisque nous nous allions avec tout le monde». Comprenne qui pourra.
Quatrième point: De nombreuses interrogations vont surgir comme, par exemple, de savoir ce que feront les candidats du Mouvement démocrate alliés à l’UDI quand les candidats de celle-ci rejoindront systématiquement les listes UMP au second tour, ce qui devrait être le cas à Paris (où Marielle de Sarnez, la chef de file bayrouiste dans la capitale a évoqué cette liste commune) ainsi que dans de nombreuses grandes villes de France.
Sans parler des prises de positions politiques de militants d’un même parti qui seront membres de majorités municipales opposées. On a vu, dans le passé, que cela s’achevait souvent dans la cacophonie et la division même à l’intérieur du parti.
Commentaire:
Le Centre n’est pas et n’a jamais été l’unanimisme.
Le Centre n’est pas et n’a jamais été la politique à la carte.
Le Centre n’est pas et n’a jamais été de s’allier avec tout le monde.
Le Centre a une pensée, le Centrisme qui ne se dilue pas tantôt à gauche, tantôt à droite, tantôt ailleurs.
Le courage politique, c’est défendre ses idées quitte à perdre mais d’avoir la dignité de s’être battu pour ce que l’on croit et non pour des postes.
Où est l’honneur de la politique dans ce grand marchandage que va ouvrir le Mouvement démocrate comme il l’avait déjà fait en 2008 pour récupérer quelques conseillers municipaux?
A chacun de répondre avec son bulletin de vote.
Centristement vôtre,

Le Centriste