vendredi 12 décembre 2014

Une Semaine en Centrisme. Le grand écart gaucho-centriste de monsieur Valls

Le courage politique a toujours une limite, malheureusement.
Si John Kennedy avait écrit un petit traité sur le sujet en 1957 afin de donner du fond à sa carrière politique et à sa future candidature présidentielle, c’est qu’il est l’ingrédient essentiel d’une politique responsable en démocratie, sachant que les intérêts divergents dans la société seront toujours prompts à détruire toute velléité de réforme.
C’est d’ailleurs pourquoi, ni la Droite, ni la Gauche (et, a fortiori les extrêmes de droite et de gauche) englués dans leurs clientélismes ne sont capables d’aller jusqu’au bout de leurs prétendues ardeurs réformistes et d’abandonner leurs grands serments volontaristes.
C’est pourquoi, seuls les centristes, dans une vision de juste équilibre, peuvent y parvenir… lorsqu’ils ont le courage de le faire.
Manuel Valls avait semblé vouloir être courageux en se déplaçant vers l’espace central.
Mais son discours devant l’institut Jean Jaurès sur l’égalité vient rappeler que l’on ne s’affranchit pas de ses clientélismes aussi simplement et facilement que cela.
Bien sûr, le premier ministre a tenté de jongler entre l’égalité des chances, l’égalité ontologique que la société doit s’efforcer de garantir à tous, et l’égalité sociale dans la redistribution et surtout le nivellement.
Ainsi, s’il a rappelé que la Gauche table avant tout sur une redistribution afin de permettre une égalité sociale, il a estimé qu’une «prédistribution» était préférable.
Derrière de barbarisme que n’aurait pas renié une Ségolène Royal, il parle simplement de l’égalité des chances qui est à la base de la démocratie libérale et que défendent le Centre et le Centrisme qui, non seulement, peut éviter les excès d’une redistribution mais permettre à chacun de se réaliser sans être dans l’assistance et la dépendance étatique.
Du coup, il a certainement brouillé son message à destination avant tout du PS et de ses militants pour les rassurer sur sa défense des valeurs socialistes.
Néanmoins, il a tenu à affirmer que la Gauche c’est l’égalité avant la liberté, c’est-à-dire une vision où la différence individuelle doit passer après la ressemblance collective, où l’égalitarisme précède le libéralisme.
De ce point de vue, son social-libéralisme semble viser moins à libérer les énergies qu’à les encadrer, moins à encourager l’initiative individuelle qu’à la circonscrire.
Ce qui indique, par ailleurs, une limite aux réformes en cours qui seront bornées par ce principe d’égalité sociale qui peut paralyser toute initiative allant au fond des problématiques qui empêchent le pays de se moderniser et d’aller de l’avant.
A moins que Manuel Valls finasse avec sa majorité en lui faisant prendre des vessies pour des lanternes, ce qui n’est pas à exclure.
Tenir un discours pendant que l’on agit à l’opposé ou, tout au moins, que l’on prend une grande liberté avec les principes qu’il contient est vieux comme la politique.
Cependant, il est aussi caractéristique d’un manque du courage qui est de dire ce qui est afin de se réfugier dans des discours alambiqués ce qui, in fine, mécontente tout le monde et permet toutes les interprétations.
Et quand on voit les résultats d’un sondage de l’institut CSA que 84% des personnes interrogées estiment qu’il faut transformer la France «radicalement» ou «en profondeur» mais qui ne veulent en réalité ne pas toucher majoritairement au fameux et désormais fumeux «modèle social français» moribond ce qui fait dire au quotidien Le Monde que «les Français veulent tout changer sans que rien ne bouge»...
Il faudra bien que Manuel Valls sorte de son ambiguïté s’il veut être à l’origine d’une recomposition majeure du paysage politique français en réunissant une majorité de progrès et réformiste qui construit sur des bases solides la France du XXI° siècle.
Bien sûr, personne ne lui demande de ne plus être de gauche ou d’abandonner sa fibre sociale et de devenir centriste.
Pour autant, il doit continuer à se convertir au pragmatisme et au réalisme pour pouvoir prétendre faire alliance avec le Centre comme il a affirmé le souhaiter.
Mais il faut convenir qu’il ne doit pas être le seul, tant à Droite qu’à Gauche, à jouer cartes sur table et à, enfin, être courageux au lieu de le dire.
Il serait d’ailleurs de bon aloi que les centristes montrent l’exemple et la voie à suivre…
Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC



Aucun commentaire: