vendredi 26 février 2016

L’Humeur du Centrisme. L’autre ennemi du Centre: le populisme

Mélenchon, Sanders, Trump, Le Pen
Les centristes sont en pointe dans la lutte contre l’extrême-droite et l’extrême-gauche de par leurs valeurs humanistes et leur vision d’un monde qui en découle.
C’est un de leurs combats et il faut s’en féliciter quand on voit la Droite et la Gauche céder à périodes répétées aux sirènes de l’extrémisme et de la radicalité pour de sordides raisons clientélistes et électorales.
Mais le Centre a un autre ennemi qui peut être tout aussi redoutable, le populisme, qu’il soit de gauche ou de droite.
Celui-ci emprunte souvent des postures, des discours et des positionnements aux extêmes.
Il suffit de se rappeler le parcours d’un Jean-Marie Le Pen, avant tout populiste démagogue quand il est député poujadiste dans les années 1950 et qui n’a aucun mal à se muer en leader d’extrême-droite par la suite.
Cette simple proximité montre que les deux combats du centre vont de pair.
D’ailleurs, ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis en cette année électorale le confirme ainsi ce qui pourrait se passer dans les mois à venir en France en prévision de la présidentielle de 2017.
Le dernier débat entre les prétendants républicains à la candidature de leur parti pour l’élection du 8 novembre prochain le confirme.
Devant un auditoire chauffé à blanc et galvanisé par les attaques de bas étage, les téléspectateurs américains ont été les témoins de tous les dérapages de ce populisme (au sens français et non américain) démagogique que porte Donald Trump mais aussi de ses similitudes avec l’extrémisme droitier d’un Ted Cruz.
Les deux hommes – bien aidés par le troisième larron, le conservateur radical Marco Rubio – ont ainsi rivalisés dans les grossièretés, les mensonges, les programmes démagogiques et dangereux et la focalisation sur les personnes plutôt que sur les politiques à suivre.
Mais cette dérive populacière n’est pas qu’à droite de l’échiquier politique américain.
On le trouve aussi du côté du Parti démocrate avec Bernie Sanders qui flatte tout le ressentiment d’une partie des sympathisants et des militants d’une formation dont il n’est même pas membre par des discours populistes et un programme démagogique avec cette chasse aux sorcières contre ces fameux «billionaires» (milliardaires).
En France, on a les groupies de ces populistes démagogues.
Ces «mèmes» sont, à droite, Marine Le Pen pour Donald Trump, à gauche, Jean-Luc Mélenchon pour Bernie Sanders.
Ces deux personnalités françaises cumulent un positionnement aux extrêmes et des postures ainsi que des discours populaciers et démagogues.
D’autant que, comme d’habitude, les rapprochements entre les extrêmes se révèlent.
Les insultes assumées d’un Mélenchon (mais aussi celles, non assumées, d’un Sarkozy) ressemblent à celles d’un Trump.
Les diatribes contre l’establishment politique d’une Le Pen résonnent fortement comme celles d’un Sanders.
L’important pour les centristes, c’est de ne jamais oublier que, tout comme les extrémismes, les populismes sont des ennemis de la démocratie républicaine et des valeurs humanistes.
Et que, dans l’Histoire, les populistes sont souvent ceux qui ont préparé l’avènement des extrémistes et de leurs dictatures.

Centristement votre

Le Centriste



Aucun commentaire: