vendredi 21 juillet 2017

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Ce qui se passe aux Etats-Unis est très grave

Pour qui se tient au courant de ce qui se passe aux Etats-Unis, l’inquiétude est sans aucun doute le premier sentiment qui l’envahit mais il y a aussi cette rage devant ce que Trump, sa famille et ses amis sont en train de perpétrer avec la bénédiction d’une grande partie des électeurs républicains.
Heureusement, une grande majorité de la population américaine rejette désormais le démagogue milliardaire qui est le président avec le taux le plus bas d’approbation de toute l’Histoire du pays après six mois à la Maison blanche.
La malhonnêteté, la corruption, le mélange des genres, l’illégalité, l’incurie et la grossièreté de la présidence Trump est une tâche qui restera indélébile sur la démocratie américaine dans l’Histoire.
Une présidence qui a été rendue possible par un système électoral d’un autre âge que les Américains doivent absolument modifier.
Heureusement, elle pourra n’être qu’un épisode à ne jamais rééditer.
Cependant, elle aura démontré que n’importe qui peut prendre le pouvoir de la première démocratie mondiale avec l’appui d’une populace haineuse et d’une partie du peuple qui s’est autant trompé qu’il a été trompé par un personnage dont la suffisance, la haine et la limite intellectuelle ont été pourtant étalées au très grand jour pendant plus d’un an qu’a duré la campagne présidentielle.
Il est trop tôt pour interpréter avec recul et la profondeur nécessaire cet événement gravissime mais tout ce qui se passe depuis le vote du 8 novembre 2016 confirme les plus sombres prédictions à propos de la présidence Trump.
De ce point de vue, il n’a déçu personne!
Ce qui se passe aux Etats-Unis impacte évidemment ce qui se passe dans le monde.
Sans oublier tout la réflexion que cela impose sur le fonctionnement de nos démocraties républicaines et sur leurs fragilités constitutives qui nécessitent sans répit une protection et une défense exigeantes.
Néanmoins, on n’a pas encore trouvé comment faire en sorte qu’une démocratie ne soit pas à la merci du populisme, de la démagogie, voire pire, comme l’Histoire nous l’a malheureusement appris à plusieurs reprises.
Il faut continuer, sans relâche à responsabiliser et éduquer les citoyens afin d’éviter qu’ils ne fassent passer leurs réactions épidermiques et leurs ressentiments avant la raison et la réflexion.
On en finirait pas de lister les comportements et les décisions honteuses prises par Trump et son entourage.
Tous les jours on apprend quelque chose à ce propos.
Alors que le scandale de l’aide russe en sa faveur lors des élections se referme petit à petit sur lui, sa nouvelle invention est de salir le plus possible les enquêteurs du procureur spécial nommé dans cette affaire en utilisant, en plus, les fonds publics pour cela…
Sans oublier que toute sa famille s’est largement enrichie depuis les six mois de sa présidence grâce à leurs positions à Washington.
Tout cela pose une question très dérangeante pour nous Français et plus particulièrement pour les centristes.
Comment notre président, proche du Centre et admirateur de Barack Obama, peut se commettre avec tant d’impudeur et de candeur avec un personnage comme Donald Trump, l’appelant même son «ami»?
C’est inacceptable.
Ici, il faut souligner l’attitude beaucoup plus digne d’une Angela Merkel qui, tout en sachant qu’il faut bien traiter avec Trump puisqu’il est le président légitime des Etats-Unis, garde ses distances et distille ses critiques salutaires envers le populiste démagogue.
Oui, le combat contre Donald Trump, contre tous les populistes démagogues, contre tous les politiciens malhonnêtes doit continuer.
Et il doit être porté par les centristes.


Aucun commentaire: