samedi 7 décembre 2019

Actualités du Centre. Grande Bretagne – Législatives: pourquoi les centristes sont à la traîne dans les sondages?

Jo Swinson, présidente des Lib dems
Alors qu’ils avaient obtenu des résultats très encourageants lors des dernières élections européennes et locales, les Liberal democrats semblent se diriger vers un demi-échec lors des élections législatives du 12 décembre prochain au Royaume Uni.
Pourtant, leur position dure anti-Brexit et Remain (maintien dans l’UE) ainsi que leur programme sociale et libérale auraient du leur permettre de convaincre nombre d’électeurs qui ne veulent pas sortir de l’Union européenne (les sondages indiquent qu’ils sont une majorité aujourd’hui dans le pays) et qui ne souhaitent pas la politique néolibérale que prépare Boris Johnson mais qui ne veulent pas non plus de cette politique crypto-communiste que propose Jeremy Corbin avec la nationalisation de pans entiers de l’économie britannique.
Or, ce n’est pas ce qui se passe et les sondages le confirment avec un petit 13% d’intentions de vote de moyenne et, sans doute, moins de vingt députés à la Chambre des communes (dû en partie à un système électoral très injuste puisque majoritaire à un tour).
Pourquoi cette incapacité à créer une dynamique qui est pourtant réelle dans le pays non seulement chez les électeurs centristes mais également chez les modérés des Tories (conservateurs) et du Labour (gauche)?
Il semble que la position dure sur le Brexit ne soit pas vue aussi favorablement même par ceux qui luttent contre une sortie de l’Union européenne.
Car les Lib dems veulent stopper le processus dès leur arrivée au pouvoir sans procéder à un nouveau référendum, ce qui est mal perçu par une partie des électeurs souhaitant pourtant demeurer dans l’UE comme eux.
Ceux-ci préfèreraient en effet l’organisation d’un autre référendum seul capable selon eux d’annuler les résultats du premier alors que les centristes estiment que leur victoire dans un scrutin démocratique validerait d’elle-même le Remain.
Plus profondément, les Lib dems souffrent d’un déficit de confiance dû à leur catastrophique passage au pouvoir lors de leur alliance avec les Conservateurs dans le gouvernement de David Cameron, de 2010 à 2015, où leur leader, Nick Clegg, en fut le vice-premier ministre (rappelons que c’est le même Cameron, après sa réélection comme premier ministre à la tête d’un gouvernement sans les centristes qui organisa le référendum sur la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne…).
A l’époque, toutes les promesses électorales des centristes furent contredites par leur acceptation des politiques mises en œuvre par Cameron suscitant un très fort mécontentement de leurs électeurs qui leur infligèrent lors des législatives suivantes une véritable correction qui a traumatisé le parti et qui a éloigné de lui nombre de personnes qui partagent pourtant ses positions mais qui ne croient plus en sa sincérité (ou qui ne sont pas encore prêts à le faire).
On peut aussi ajouter que la polarisation politique au Royaume Uni entre une droite populiste qui s’est radicalisée (à l’instar du Parti républicain aux Etats-Unis) et une gauche tout aussi populiste (et qui joue une radicalisation qui ressemble à celle de La France insoumise), laisse un espace réduit aux centristes.
On le voit bien dans les propos plus ou moins scandaleux tenus par le premier ministre conservateur actuel, Boris Johnson, dont certains n’ont rien à envier à ceux de Donald Trump, et de ceux du chef des Travaillistes, Jeremy Corbyn, avec des accusations récurrentes d’antisémitisme, déclarations qui ne leur causent pas plus de préjudice que cela auprès de leurs soutiens…
Enfin, les Liberal democrats souffrent également d’un système qui valorise le bipartisme, leur laissant permettant, quand cela est possible, d’être un parti charnière comme ce fut le cas lors de leur passage au pouvoir avec Cameron.
Mais, pour le moment, tout indique que c’est une victoire large des Conservateurs qui se dessine avec une possible majorité absolue à la Chambre des communes.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire