dimanche 19 juillet 2020

Présidentielle USA 2020. Propos centristes. – Décès de John Lewis; covid19; droit des humains; Trump transforme les EtatsUnis en république bananière…


Voici une sélection, ce 18 juillet 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux aux Etats-Unis dans le cadre des élections présidentielles du 3 novembre prochain.

● Parti démocrate

Joe Biden (candidat du parti démocrate à la présidentielle, ancien vice-président)
- Je ne connais personne avec plus de courage que John Lewis. C'était un géant qui marchait parmi nous. Quand je l’ai voyais, je ne pouvais m’empêcher de penser à une chose: "Je n’en ai pas assez fait." Que sa vie et son héritage inspirent chacun de nous à lutter pour la justice, l’égalité et ce qui est juste.
- Nous sommes faits à l'image de Dieu, et puis il y avait John Lewis. Il était vraiment unique, une boussole morale qui savait toujours où nous pointer et dans quelle direction nous diriger.
- En tant que Président, je veillerai à ce que l'Amérique défende une fois de plus les droits de l'homme. Cela ne signifie pas seulement des droits pour certains, mais des droits pour tous, pour chaque Américain, chaque personne, partout. Sans exception.
Onze. C'est le nombre de fois où nous avons battu le record d'une journée pour les nouveaux cas COVID19 au cours du dernier mois. Ce virus ne va pas "simplement disparaître" comme le veut le président Trump. Il explose et nous avons besoin d'un véritable leadership de la part de cette Maison Blanche pour ralentir sa propagation.
J'ai publié mes déclarations de revenus des 21 dernières années. Pourquoi Donald Trump n'a-t-il pas fait ça? Nous méritons de savoir ce que ce président cache.

Nancy Pelosi (speaker de la Chambre des représentants)
- [Déclaration officielle de Nancy Pelosi et du représentant de Portland (Oregon), Earl Blumenauer, concernant les tactiques violentes de l'administration Trump utilisées contre les manifestants dans cette ville]
Alors que notre nation pleure la perte de notre collègue et cher dirigeant des droits civiques, John Lewis, nous nous souvenons une fois de plus de l'immense pouvoir des manifestations pacifiques dans la lutte contre l'injustice raciale et la brutalité policière. Pourtant, à maintes reprises, l'administration Trump montre son manque de respect pour la dignité et les droits du Premier Amendement de tous les Américains.
Le mois dernier, l'administration a tiré des gaz lacrymogènes sur des manifestants pacifiques à Washington, D.C. Maintenant, des vidéos les montrent kidnappant dans des voitures non balisées à Portland - le tout dans le but d'attiser les tensions pour son propre bénéfice politique. Bien que Portland soit la cible actuelle du président, toute ville pourrait être la prochaine.
Nous vivons dans une démocratie, pas dans une république bananière. Nous ne tolérerons pas l’utilisation d’Oregoniens, de Washingtoniens - ou de tout autre Américain - comme accessoires dans les jeux politiques du président Trump. La Chambre s'est engagée à agir rapidement pour endiguer immédiatement ces abus de pouvoir flagrants.
- John Lewis était un titan du mouvement pour les droits civils dont la bonté, la foi et la bravoure ont transformé notre nation. Chaque jour de sa vie était consacré à apporter liberté et justice à tous.
- La liberté d’expression reconnue par le Premier Amendement [de la Constitution] ne devrait jamais être réprimé par une violence partiale de la part d'agents fédéraux agissant en tant que police secrète de Trump, en particulier lorsqu'ils ne sont pas identifiés. C'est un comportement honteux que nous attendrions d'une république bananière pas du gouvernement des États-Unis.
- Plutôt que de protéger les personnes aux conditions préexistantes, le président Trump est en train de défendre devant la cour ses projets abusifs tout en exigeant que toute la protection et tous les avantages de l'ACA [loi sur l’assurance santé ou Obamacare] soient supprimés. Les Démocrates continueront à protéger votre santé.

Barack Obama (ancien président des Etats-Unis)
[Déclaration après le décès de John Lewis]
L'Amérique est un constant travail en cours. Ce qui donne à chaque nouvelle génération l'objectif de reprendre les travaux inachevés de la dernière et de les poursuivre, de défendre ce qui est juste, de remettre en question un statu quo injuste et d’imaginer un monde meilleur.
John Lewis — l'un des premiers Freedom Riders [Marcheurs de la paix], président du Comité de coordination étudiante non-violente, le plus jeune orateur à la Marche de Washington, chef de la marche de Selma à Montgomery, membre du Congrès représentant le peuple de Géorgie depuis 33 ans — non seulement assuma cette responsabilité, mais il en fit l’œuvre de sa vie. Il aimait tellement ce pays qu'il a risqué sa vie et son sang pour qu'il puisse tenir sa promesse. Et pendant des décennies, il s'est non seulement donné tout entier à la cause de la liberté et de la justice, mais il a inspiré les générations qui ont suivi pour essayer de suivre son exemple.
Compte tenu de son énorme impact sur l'histoire de notre pays, ce qui a toujours frappé ceux qui ont rencontré John, c'est sa gentillesse et son humilité. Né dans des milieux modestes au cœur du pays de Jim Crow dans le Sud, il a compris qu'il n'était qu'un des nombreux héros de la lutte pour la justice raciale. Au début, il a adopté les principes de la résistance non-violente et de la désobéissance civile comme moyen d'apporter un réel changement dans notre pays, en comprenant que de telles tactiques avaient le pouvoir non seulement de changer les lois, mais aussi de changer les cœurs et les esprits.
À bien des égards, la vie de John était exceptionnelle. Mais il n'a jamais cru que ce qu'il a fait était plus que n'importe quel autre citoyen de ce pays. Il croyait qu’en nous tous, il existe la capacité d’un grand courage, une volonté de faire ce qui est juste, une volonté d’aimer tous les gens, et de leur accorder les droits que Dieu leur a donnés à la dignité et au respect. Et c’est parce qu’il a vu le meilleur de nous tous qu’il continuera, même en sa mort, à servir de phare dans ce long voyage vers une union plus parfaite.
J'ai rencontré John pour la première fois quand j'étais à l'école de droit, et je lui ai dit alors qu'il était l'un de mes héros. Des années plus tard, lorsque j'ai été élu sénateur américain, je lui ai dit que je me tenais sur ses épaules. Quand j'ai été élu président des États-Unis, je l'ai embrassé sur la tribune d'investiture avant d'être assermenté et je lui ai dit que j'étais là grâce aux sacrifices qu'il a consentis. Et pendant toutes ces années, il n'a jamais cessé de me donner de la sagesse et des encouragements, à moi, à Michelle et à notre famille. Il nous manquera beaucoup.
Il est tout à fait approprié que la dernière fois que John et moi avons partagé un forum public, nous nous se trouvions dans une mairie virtuelle avec un rassemblement de jeunes activistes qui participaient à la conduite des manifestations de cet été à la suite de la mort de George Floyd. Par la suite, je lui ai parlé en privé et il n'aurait pas pu être fier des efforts de cette nouvelle génération qui défend la liberté et l'égalité, d'une nouvelle génération qui a l'intention de voter et de protéger le droit de vote, d'une nouvelle génération qui se présente aux élections politiques. Je lui ai dit que tous ces jeunes de toutes les races, de toutes les origines, de tous les genres et de toutes les orientations sexuelles, ce sont ses enfants. Ils avaient appris de son exemple, même s’ils ne le savaient pas. Ils avaient compris par lui ce qu'exigeait la citoyenneté américaine, même s'ils n'avaient entendu parler de son courage que dans des livres d'Histoire.
Peu d'entre nous peuvent vivre pour voir notre propre héritage se dérouler d'une manière aussi significative et remarquable. John Lewis l'a fait. Et grâce à lui, nous avons tous ordre de défile. pour continuer à croire à la possibilité de refaire ce pays que nous aimons tant qu'il n' aura pas tenu sa pleine promesse.

Bill Clinton (ancien président des Etats-Unis)
- John Lewis a donné tout ce qu’il a dû pour renouer avec la promesse non tenue de l’Amérique de l’égalité et de la justice pour tous, et pour créer un endroit où construire ensemble une union plus parfaite. Ce faisant, il devint la conscience de la nation. Hillary et moi avons été bénis par son amitié, son soutien et son conseil avisé. Il nous manquera tellement, mais nous serons toujours reconnaissants qu'il ait vécu pour voir une nouvelle génération d'Américains descendre dans la rue en faveur de sa "communauté bien-aimée" qu’il a tant recherchée.
- Hillary et moi sommes heureux d'apprendre que la juge Ginsburg [membre de la Cour suprême] est sortie de l'hôpital. La voir au travail nous fait nous sentir mieux tous les jours.

Jimmy Carter (ancien président des Etats-Unis)
Rosalynn et moi sommes attristés par la mort du député John Lewis. Il a marqué de façon indélébile l'Histoire en cherchant à rendre notre nation plus juste. John ne s'est jamais éloigné de ce qu'il a appelé les good troubles ("bons problèmes") pour conduire notre pays sur la voie des droits humains et civils. Tout ce qu'il a fait, il l'a fait dans un esprit d'amour. Tous les Américains, quelle que soit leur race ou leur religion, doivent à John Lewis une dette de gratitude. Nous adressons nos condoléances et nos prières à sa famille et à ses amis.

Hillary Clinton (ancienne secrétaire d’Etat)
John Lewis était le patriote le plus authentique. Il pensait que l'Amérique pourrait être meilleure, allant même jusqu'à se montrer à la hauteur de ses idéaux fondateurs les plus élevés d'égalité et de liberté pour tous. Il a fait de gros efforts pour nous aider à y arriver. Maintenant, c’est à nous de poursuivre son travail. Repose en paix, mon ami.

Jay Inslee (gouverneur de l’Etat de Washington)
Plus tôt nous nous masquons, plus tôt nous pourrons réouvrir. Faites votre part du travail.

Cory Booker (sénateur du New Jersey)
- Mon cœur est attristé. La nuit dernière, John Lewis est mort, mais pendant 80 ans il nous a montré comment vivre vraiment. Notre héros est avec Dieu. Que nous servions son héritage. Puissions-nous aimer aussi courageusement; servir comme humblement; et jusqu'à ce que le mur de l’injustice s'effondre comme de l'eau, que nous causions toujours de good troubles (bons problèmes).
- L’administration Trump a mené une véritable attaque contre la science, avec pour résultat plus de morts et plus de souffrances. Ne vous taisez pas en essayant de mettre de côté les experts en santé publique. Nous devons demander des comptes à cette Maison Blanche pour avoir mis en danger des vies.

Amy Klobuchar (sénatrice du Minnesota)
- John Lewis était un combattant. Il combattit sans relâche l'injustice. Il a combattu le cancer. Il se porta avec force et courage et se battit toujours pour la promesse américaine : liberté et justice pour tous. Il me manquera beaucoup.
John Lewis n'a jamais perdu la foi que notre pays pourrait être meilleur, si seulement nous misions sur le travail. Il n'a jamais renoncé à la justice. Il n'a jamais cessé de marcher vers la liberté. Il nous manquera beaucoup. Pour honorer sa vie et poursuivre son héritage, nous ne devons pas abandonner.
- Quand le Président prendra-t-il au sérieux ce virus ? (Peut-être en janvier 2021, lorsque Joe Biden prêtera serment.)
- Les réseaux sociaux doivent être tenues responsables. A 109 jours d'une élection majeure, ils doivent renforcer leur sécurité et travailler à stopper la propagation de la désinformation en ligne. Ne pas le faire pourrait être préjudiciable à notre démocratie.
- Des millions d'Américains peinent à payer leur logement durant cette pandémie. Les maisons des gens sont en jeu - nous devons protéger les locataires et les propriétaires avec des fonds qui empêcheront les saisies et les expulsions. C'est pourquoi je soutiens le projet de loi dan ce sens du sénateur Menendez.

Kamala Harris (sénatrice de Californie)
- John Lewis était une icône qui s'est battu avec chaque once de son être pour faire avancer la cause des droits civiques pour tous les Américains. Je suis dévastée pour sa famille, ses amis et tous ceux dont il a touché la vie. Mon ami, merci d’avoir montrer au monde à quoi ressemblent les good troubles (bons problèmes).
- Si Mitch McConnell [leader des républicains au Sénat] voulait vraiment honorer la vie, l'héritage et l'activisme de John Lewis, il soumettrait immédiatement la Loi sur les droits de vote au Sénat pour un vote et la nommerait la Loi sur les droits de vote de John Lewis de 2020.
- John Lewis a dit un jour : "Vous ne pouvez pas avoir peur de parler et de parler pour ce que vous croyez. Vous devez avoir du courage, du courage brut." En sa mémoire, continuons à nous élever contre l'injustice et à avoir le courage de faire des good troubles (bons problèmes).

Michael Bennet (sénateur du Colorado)
John Lewis était le meilleur d'entre nous. C'était un homme politique engagé qui fait partie de l’héritage de géants américains qui mettaient tout en jeu pour tenir la promesse de notre démocratie. Il s’était engagé à faire en sorte que chaque Américain ait un accès égal aux urnes et puisse exercer son droit protégé de façonner l’avenir de notre pays. Pendant 30 ans, John Lewis a continué de diriger avec courage moral à la Chambre, où il était la conscience du Congrès. Sa vie est un rappel que rien ne vaut d'être combattu sans de good troubles (bons problèmes). Il va beaucoup manquer. Mes pensées vont à sa famille aujourd'hui.

Adam Schiff (représentant de Californie)
- Après avoir minimisé le virus, échoué dans sa réponse et transmis la responsabilité aux États, Trump veut maintenant leur rendre plus difficile de faire leur travail. Nous devons faire des tests et traquer le virus. Et beaucoup d’autres choses. Cela va au-delà de l'incompétence totale. C'est juste de la folie.
- John Lewis s'est battu pour la justice jusqu'à sa dernière journée sur terre. Il nous a tous mis au défi de respecter les idéaux de notre nation. Il a défendu l'expression non violente et le droit de vote. C'était un honneur de l'appeler mon ami. Nous honorerons son héritage en luttant pour une union plus parfaite.
- Vérification des faits : Vrai. Les différences sont brutales. Joe Biden est un homme bon et honnête. Et ce n'est pas le cas de Trump. D’autre part, vous ne verrez pas Biden prononcer un discours de campagne déchaîné, plein d’absurdités à la Maison Blanche, le jour où plus de 700 Américains sont morts de COVID19.

Julian Castro (ex-maire de San Diego & ex-ministre d’Obama)
- John Lewis était un géant parmi les hommes. Une icône des droits civiques, un champion indéfectible de la justice, et un sacré bonhomme connu pour avoir fait de good troubles ("bons ennuis"). En deuil de son décès, aspirons à bâtir la nation que le député Lewis croyait qu'elle pourrait être. Qu'il repose en paix.
- Trump utilise des agents fédéraux anonymes et irresponsables pour arrêter et placer les citoyens en garde à vue. Un autre pas vers l'autoritarisme.

Beto O’Rourke (ancien représentant du Texas)
Triste ce soir. Mais aussi profondément reconnaissant pour la vie vécue par John Lewis. L'exemple qu'il nous a donné à tous est vivant et bien vivant. Son inspiration aidera les générations présentes et futures à faire ce qu'il faut quand c'est important. Bonne chose, parce que nous n’avons jamais eu plus besoin de lui.

Pete Buttigieg (maire de South Bend, Indiana)
- Nous avons perdu un géant moral. Le courage de John Lewis, en entrant dans ce qu'il a appelé les good troubles ("bons problèmes"), a fait de l'Amérique un pays meilleur. Il vivra à chaque fois que nous nous rendrons compte de ses paroles à Selma : "Nous devons utiliser le vote comme un instrument ou un outil non-violent pour racheter l'âme de l'Amérique."
- Le président peut bien parler d’un gros enjeu quand il s’agit de l’Amérique rurale, mais il est clair que ses politiques ne fonctionnent pas pour les agriculteurs ou les familles dans ce qu’on appelle le "pays de survol" [régions rurales souvent défavorisées du centre du pays survolées par les vols qui vont de la côte Est à la côte Ouest].

● Autres
Michael Bloomberg (ancien maire de New York)
- John Lewis était un véritable héros américain. Nous pouvons tous honorer son combat de toute sa vie pour une société plus juste, plus équitable et plus compatissante - et son leadership dans la lutte contre la violence armée - en exerçant les droits de vote qu'il a contribué à obtenir et qu'il n'a jamais cessé de défendre.
- Nous devons donner aux experts les moyens d'agir et non de saper leur travail.
- L'un des moyens les plus efficaces de ralentir la propagation du virus est de porter un masque. Faites-le.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire