vendredi 14 mars 2008

Actualités du Centre. Etats-Unis Présidentielle 2008 Barack Obama nie être le candidat de la communauté noire

Barack Obama a déploré que les questions raciales soient devenues un thème de la campagne pour l'investiture démocrate à la présidentielle américaine. Dans le même temps, une collaboratrice de Hillary Rodham Clinton à l'origine d'une polémique née de propos sur la couleur du sénateur de l'Illinois a quitté ses fonctions. Vendredi, Geraldine Ferraro, ancienne candidate à la vice-présidence en 1984 et aujourd'hui chargée de lever des fonds pour Hillary Clinton, avait déclaré lors d’un meeting de soutien à Hillary Clinton en réponse à une question de la foule: "Si Obama était blanc, il ne serait pas dans cette position. Et s'il était une femme (blanche ou noire, NDLR), il ne serait pas dans cette position. Il a beaucoup de chance d'être ce qu'il est. Et le pays est pris dans ce concept". Dans un courrier adressé à Hillary Clinton, Geraldine Ferraro a expliqué mercredi qu'elle quittait ses fonctions pour éviter que la polémique ne soit préjudiciable à la sénatrice de New York. "La campagne d'Obama m'attaque pour t'atteindre. Je ne laisserai pas cela arriver", écrit-elle dans cette lettre. Selon Howard Wolfson, porte-parole de la campagne Clinton, Geraldine Ferraro a pris cette décision de son propre fait. Mercredi, Barack Obama a qualifié les premiers propos de Geraldine Ferraro de "ridicules". "L'idée selon laquelle ce serait un grand avantage pour moi d'être un Afro-américain nommé Barack Obama pour viser la présidence n'est pas, d'après moi, une opinion largement partagée par le public", a-t-il estimé. Lors d'une conférence de presse organisée à Chicago, Barack Obama a également dénoncé la théorie selon laquelle il ne pouvait compter que sur le vote noir pour l'emporter, affirmant que ses nombreuses victoires dans les primaires prouvaient qu'il pouvait séduire les électeurs de toutes les ethnies et régions. "On pense toujours qu'on a réussi à chasser cela (...) Mais ça revient toujours", a-t-il déclaré. Au vu de ses victoires, "on devrait avoir mis de côté cette théorie selon laquelle je suis un candidat qui ne s'adresse qu'à une seule catégorie démographique", a-t-il ajouté, précisant avoir remporté le vote ouvrier "en Virginie" et dans "le Wisconsin". Le sénateur de l'Illinois s'est assuré mardi près de 90% du vote noir, selon des sondages de sortie des urnes, mais seulement un tiers environ du vote blanc, reproduisant un modèle qui lui a permis de gagner auparavant les primaires d'autres Etats du sud comme l'Alabama, la Géorgie, la Louisiane ou la Caroline du Sud.

Aucun commentaire: