mercredi 11 février 2009

Actualités – Israël

Le Parti centriste Kadima gagne les élections législatives


Le Kadima de Tzipi Livni a devancé d'un siège le Likoud de Benjamin Netanyahu – 28 sièges contre 27 - qui dispose toutefois d'un nombre d'alliés potentiels plus nombreux pour former le prochain gouvernement. Ainsi, selon les résultats finaux, le Kadima (centre) a obtenu 28 sièges (contre 29 dans le parlement sortant), le Likoud (droite) 27 (contre 12), Israël Beiteinou (extrême-droite) 15 (contre 11), le Parti travailliste (gauche) 13 (contre 19) et Shass (ultra-orthodoxe 11 (contre 12). Ce décompte ne comprend pas, toutefois, le vote de quelque 175.000 soldats dont le dépouillement ne devrait s'achever que jeudi. Selon les commentateurs, ces votes, qui représentent entre cinq et six mandats, ne devraient affecter que marginalement les résultats du scrutin. Avec le soutien de l'extrême-droite et des formations religieuses, Benjamin Netanyahu apparaît en meilleure position pour former une coalition gouvernementale, sur la base d'une majorité de 65 députés sur 120. Tzipi Livni ne dispose que du soutien théorique de 55 députés. Ce total comprend en effet les 11 élus des partis arabes avec lesquels la leader de Kadima Livni se refuse à nouer une alliance pour former une coalition.

Les deux candidats au pouvoir ont crié victoire mardi soir. M. Netanyahu s'est d'ores et déjà dit "convaincu d'être le prochain Premier ministre". "Le peuple s'est exprimé clairement, le camp national, dirigé par le Likoud, enregistre une nette avance", a-t-il déclaré devant ses partisans enthousiastes. "Le peuple a choisi Kadima", a pour sa part proclamé Mme Livni. "Il faut désormais respecter le choix des électeurs, respecter la décision des urnes, et rejoindre un gouvernement d'union nationale sous notre direction", a-t-elle ajouté, à l'adresse notamment du Likoud de M. Netanyahu. Avec ce score très serré entre le Likoud et le Kadima, Israël Beiteinou d'Avigdor Lieberman se retrouve dans une position de "faiseur de roi" puisque, sans son appui, aucune coalition n'est concevable. "Nous avons toujours voulu un gouvernement national, un gouvernement de droite et j'espère que nous y parviendrons", s'est félicité M. Lieberman. De leur côté, les travaillistes d'Ehud Barak, le ministre de la Défense sortant, chutent à 13 mandats, le score le plus bas de l'histoire de cette formation fondatrice de l'Etat d'Israël. Selon la commission centrale, le taux de participation a atteint 65,2% des inscrits, soit un taux supérieur de 1,7 point à celui de 2006, et ce malgré le mauvais temps.

Aucun commentaire: