jeudi 27 mai 2010

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella - La France a besoin du Centre, maintenant


Les temps sont incertains. La rigueur incontournable pointe son nez sur fond de difficultés économiques et sociales. Dans le même temps, il est nécessaire de relancer la machine économique mais sur un modèle nouveau alliant innovation, respect de l’environnement, dynamisme de nos entreprises, remodelage de notre système fiscal et réactualisation de notre système de protection sociale. Ce dernier doit être plus juste, plus pérenne mais aussi plus responsable en prenant en compte les réalités du monde du XXI° siècle et non les visions clientélistes de programmes partisans datant du XIX° siècle. De plus, il est indispensable de reconstruire les fondements du pacte social miné par les inégalités et le chômage.

Notre système de santé est en danger, notre système scolaire se précarise. Ils doivent être rénovés en pensant efficacité et service public. Le «no future» des jeunes n’est pas, le plus souvent, un choix mais une réalité contraignante. Et nous oublions que sans l’implication de sa jeunesse, un pays meurt. Le monde se mondialise de plus en plus avec une France et une Europe de moins en moins présentes et performantes. Il est grand temps de choisir entre l’Europe ou le renoncement.

De son côté, le malaise sociétal est alimenté par les confusions entre liberté individuelle responsable et individuation égoïste irresponsable, différence ontologique et communautarisme désintégrationiste, lien social et contrôle social, sécurité dans l’harmonie et répression sur fond de peur suscitée, diversité et implosion du socle démocratique, protection contre les risques subis et principe de précaution empêchant la nécessaire prise de risques. Oui, la France a besoin de la mise en place d’une politique centriste. Maintenant.

Une politique, pragmatique, consensuelle et équilibrée est la seule qui puisse donner des résultats tant dans la relance de la machine économique par l’innovation et l’adaptation raisonnée à la mondialisation que dans l’accompagnement social et sociétal où il est important de ressouder une société sans brider les initiatives individuelles mais en assurant la sécurité dans tous les domaines (économique, social et sociétal). Pour cela, l’action politique, elle, doit être forte et responsable afin de mettre en place les réformes si longtemps différées et essentielles pour permettre le rebond salvateur.

Dans cette optique, il faut également adapter notre système politique. La démocratie représentative et participative doit être renouvelée. Les représentants du peuple doivent être plus représentatifs de la population grâce à une réforme du mode de scrutin et l’instillation d’une importante dose de proportionnelle. Ils doivent également avoir plus de pouvoir dans un rééquilibrage entre législatif et exécutif. On ne peut continuer à opposer machine administrative étatique et société civile. La première doit être au service de la seconde par le biais de la politique et non le contraire comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui. L’implication des citoyens doit être de plus en plus effective et l’initiative individuelle encouragée, particulièrement celle des jeunes à qui l’on doit faire confiance. Une vraie décentralisation qui responsabilise les acteurs locaux doit voir le jour. Oui, la France a besoin de la mise en place d’une politique centriste. Maintenant.

Une société ne peut avancer que si elle sait pourquoi et vers quoi elle se dirige malgré toutes les incertitudes de l’existence. Les Français savent-ils vraiment où ils vont et où veulent les mener ceux qui les dirigent? Pour cela il faudrait que ces derniers aient eux-mêmes une vision de cet avenir qu’ils sont censés nous préparer…

Le Centrisme n’est évidemment pas une solution miracle. Mais il s’appuie sur une vision de la société la plus juste possible car il n’élabore pas des systèmes et des idéologies sans lien avec la réalité. Au contraire, il part de cette réalité pour proposer de l’améliorer et de la réformer. Et, aujourd’hui, c’est bien cette réalité qui vient nous dire, voire nous sommer, de construire la société du XXI° siècle ou de lentement décliner. Et, à l’inverse de ce que croient nombre de nos compatriotes trompés par des promesses et des déclarations lénifiantes, cette perte de force et d’influence aura des répercussions sur notre niveau de vie et notre système de protection social. Le refus de voir le monde en face, d’analyser la réalité, de se rappeler que rien n’est donné dans l’existence sans se battre pour l’obtenir sont exactement l’inverse de la responsabilité centriste. C’est pourquoi le France a besoin de la mise en place d’une politique centriste. Maintenant.

Aucun commentaire: