lundi 5 septembre 2011

Actualités du Centre – Hervé Morin réaffirme son ambition présidentielle et tape sur les radicaux


Hervé Morin rongeait son frein depuis qu’il avait été mis sur la touche par Jean-Louis Borloo mais également par un certain nombre des membres éminents de son parti, le Nouveau centre.
En affirmant qu’il était le meilleur candidat à la présidentielle pour le Centre, Jean-Louis Borloo - ainsi que ses soutiens de Nouveau centre comme Jean-Christophe Lagarde, François Sauvadet, Valérie Létard ou encore Maurice Leroy - avaient renvoyé Hervé Morin dans les cordes avec ses 2% d’intentions de vote dans les sondages.
Mais le président du Nouveau centre, sonné, n’avait pas abandonné ses ambitions présidentielles qui lui sont indispensables s’il veut demeurer sur la scène politique nationale dans les années à venir.
Et les atermoiements de Jean-Louis Borloo quant à savoir s’il irait ou non au combat en 2012 lui ont donné l’occasion de se repositionner dans la bataille du meilleur candidat de l’Arés, l’Alliance républicaine écologiste et sociale, la confédération fondée par le Parti radical et le Nouveau centre.
Hervé Morin a ainsi formalisé ce retour lors d’un discours devant ses partisans en déclarant que «mon calendrier est clair: continuer à aller à la rencontre des Français, décliner mon projet (...), me préparer pour l'élection présidentielle dans un cadre politique clair». Car, ajoute-t-il, «je considère qu'aujourd'hui il y a deux candidats potentiels à l'élection centriste. Cette question-là sera réglée dans plusieurs semaines». Et d’affirmer que celui qui sera désigné devra aller jusqu’au bout, une pique à peine voilée à propos des hésitations de Jean-Louis Borloo: «celui qui sera désigné, en clair Jean-Louis Borloo ou moi, devra prendre l'engagement d'aller jusqu'au bout, quels que soient les sondages, (…) les pressions (…) ou les difficultés».
D’autant que, pour Hervé Morin, l’attitude du Parti radical est loin d’être sans ambiguïtés: «savez-vous combien de députés radicaux ont quitté le groupe UMP à l'Assemblée nationale depuis le départ du Parti radical de l'UMP et les déclarations d'indépendance du printemps? (...) Zéro. Aucun».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire