mercredi 7 décembre 2016

L’Humeur du Centriste. Les ridicules ridiculisent le Centre

Bayrou, Lagarde, Morin
A chaque fois que l’on pense que l’on a atteint le fond, il se trouve que les responsables des partis centristes parviennent à le repousser à des abysses sans limites que personne ne connaissait jusque là dans le monde politique.
On aurait presque honte de se qualifier de centriste quand on voit ceux qui affirment le représenter et à jurer par trois fois comme le bon Pierre qu’on ne les connait pas et qu’on ne les a jamais connus.
Mais, en y réfléchissant, ils ne sont pas le Centre et le Centrisme et la honte est sur leur tête pas sur celles de tous ces vrais centristes anonymes et de réelles convictions qui désespèrent définitivement de ces pantins qui ont investi cet espace pour grappiller des sièges et des postes.
Si, courageusement, vous avez suivi l’actualité de l’UDI, vous avez vu que tous les responsables de cette fameuse Union des Démocrates et Indépendants, une appellation qui insulte ces trois termes si respectables, dès les résultats de la primaire de LR – qui est devenue dans leur bouche celle de la Droite et du Centre – se sont rués dans le bureau de François Fillon pour négocier avec lui tout ce qu’ils pourront lui extorquer, sans doute pas grand-chose tellement ils sont discrédités de tous côtés.
Leur président, Jean-Christophe Lagarde, tous les jours un peu plus pathétique à l’image de son alter ego, Hervé Morin, s’est même fendu d’une déclaration dans laquelle il disait qu’il ne serait pas difficile de trouver un accord avec le désormais candidat de LR alors qu’il disait exactement l’opposé voici dix jours…
Si cela ne s’appelle pas de la politique politicienne, l’imitation est vraiment réussie.
Cependant, le fond était encore loin.
On se rappelle qu’Hervé Morin, au soir de la nomination de Fillon, a publié un communiqué dans lequel il appelait à la création d’un nouveau parti centriste pour soutenir celui-ci et sonnait la charge contre Lagarde.
D’où une conclusion que tous les observateurs qui ont un minimum d’intelligence, comme votre serviteur, traduisirent par le départ de Morin et de ses amis du Nouveau centre de l’UDI pour s’en aller créer un groupuscule de plus dans la galaxie centriste.
Vous croyez que le fond du fond était enfin atteint chez ces centristes qui ne pèsent rien, dont la volonté affichée est de réunir les Français et qui s’amusent sans cesse à se diviser pour peser encore moins que rien, donc incapables de réunir quelques centaines de militants, eux qui veulent réunir 66 millions de personnes.
Et bien vous avez tout faux!
Il fallait patienter encore plus pour que la tragi-comédie tourne à la farce burlesque et voir se tenir hier soir cette improbable réunion et pourtant bien réelle si l’on en croit le quotidien l’Opinion, où tous les frères ennemis de l’UDI qui se sont rabibochés, sans doute sur l’injonction de Fillon qui veut en avoir pour son argent s’il donne quelques miettes à ces gens qui sont sensés représenter le Centre.
Or donc, Lagarde a rencontré Morin et ensemble ils vont aller négocier au nom de l’UDI qui n’est plus menacée de scission par ce dernier qui aura néanmoins plus de pouvoir dans la confédération centriste en échange de son silence dans les médias, ce qui n’a pas empêché son âme damnée, Maurice Leroy, de faire une descente anti-Lagarde ce matin même sur Public sénat tout en prétendant qu’il n’y avait que trois forces politiques en France sans citer le Centre.
Ecrire cette phrase sans éclater de rire puis porter un écriteau «non, je n’ai jamais été centriste» – ça évitera de mentir trois fois comme Pierre – est difficile tellement l’image grotesque de ces deux bonhommes s’insultant et se détestant en train de faire une énième fois la paix fait honte à tous ceux qui croient que la politique est une activité noble et responsable.
En plus, tout ce cinéma n’empêchera peut-être pas Morin de quitter l’UDI dimanche lors du congrès extraordinaire du Nouveau centre…
Afin d’illustrer cette indignité impudique, je n’ai, d’ailleurs, qu’à prendre les propos d’un homme politique avisé qui vient de déclarer, «leur volonté affichée de rassemblement a déjà le caractère d’une mascarade».
Sauf que cette phrase vient d’un communiqué de presse de Jean-Christophe Lagarde pour critiquer la candidature de Manuel Valls!
Ce n’est plus l’hôpital qui se moque de la charité mais c’est le tsunami qui se fout d’un bain à remous…
Vous avez noté que je n’ai pas parlé de François Bayrou.
L’autoproclamé gardien du Centre actuellement se tâte de partout pour savoir comment faire pour se présenter sans se présenter à la présidentielle ce qui lui permettrait de ne pas se dédire tout en évitant de prendre une rouste électorale.
Comme la quadrature du cercle n’a pas été inventée, je lui souhaite bonne chance pour trouver la solution qu’il a promis de donner fin janvier-début février.
Sans doute avez-vous compris de quels ridicules je parle dans mon titre.

Centristement votre.

Le Centriste



Aucun commentaire: