dimanche 21 mai 2017

Actualités du Centre. UDI: l’opportunisme de Lagarde n’a pas de limites

Jean-Christophe Lagarde
Après avoir indiqué que le seul allié «naturel» de l’UDI était LR, d’avoir affirmé péremptoirement que le Centre ne pouvait s’allier qu’avec la Droite, d’avoir accepté sans broncher le cœur du programme de droite radicale de François Fillon, d’avoir constamment fustigé le programme d’Emmanuel Macron et tous les membres de l’UDI qui le rejoignaient ou qui seulement indiquaient qu’ils pourraient travailler avec, d’avvoir attaqué la personne même du fondateur d’En marche!, d’avoir expliqué que la seule majorité possible à ses yeux était celle composée de LR et de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, président de cette dernière, vient de déclarer dans une interview au quotidien Le Parisien (voir ci-dessous) qu’il verrait bien celle-ci travaillait avec le nouveau président de la république alors que les sondages montrent que La république en marche pourrait obtenir une majorité absolue ou, tout au moins relative, à l’Assemblée nationale.
Un changement de ton que l’on avait déjà perçu dans le communiqué de presse qu’il avait publié après la constitution du nouveau gouvernement.
Voilà ce qui s’appelle clairement en politique de l’opportunisme et dont le Centre souffre depuis tant d’années et non un soutien, un ralliement voire une alliance qui sont eux des actes politiques honorables.
Non pas que les derniers propos de Lagarde n’aillent pas dans le bon sens puisqu’il y a certainement plus de similitudes entre les projets politiques d’Emmanuel Macron et celui de l’UDI qu’il y en a entre ce dernier et celui de LR, surtout celui porté par Fillon.
Cependant, on comprend bien que cet adoucissement de la position du président de l’UDI concernant le nouveau président de la république n’est pas «naturelle» mais procède de deux raisons principales: la première est d’être associé d’une façon ou d’une autre au pouvoir; la deuxième, de ne pas se couper d’un nombre de plus en plus important de sympathisants et d’élus de l’UDI qui souhaitent travailler avec Emmanuel Macron au risque de n’être plus que le président d’une coquille vide.
Et gageons que si, par hasard, LR et l’UDI (crédités de 18% des intentions de vote dans un dernier sondage) parvenaient à avoir la majorité absolue à l’Assemblée nationale, le discours de Lagarde envers Macron redeviendrait immédiatement offensif…
Contraint en forcé, Jean-Christophe Lagarde tente ainsi une manœuvre politicienne qui n’est pas à l’honneur du Centre.
Malheureusement, ses propos passés sur Emmanuel Macron qu’aucun représentant de la Droite la plus radicale n’aurait rejeté  – la violence des mots qu’il utilise n’est plus à démontrer –  l’étaient encore moins.
C’est sans doute une mince satisfaction pour le Centre de voir un leader qui se prétend centriste d’un parti qui se dit centriste comprendre enfin, contraint et forcé, que de s’opposer frontalement à un homme qui est du même courant de pensée que vous et qui propose de mettre en place une politique que soi-disant vous souhaitez pour votre pays, représente le contraire de ce que vous êtes sensé représenter et défendre.
Mais cela n’a rien à voir avec l’honnêteté et le courage politiques.

Extraits de l’interview de Jean-Christophe Lagarde au quotidien Le Parisien
- Pourriez-vous travailler avec le nouveau chef de l'Etat?
Oui. Mais sommes-nous pour autant macronistes? Non.
- Comment ? au coup par coup, ou par un contrat de gouvernement?
Il y a trois cas de figure possibles. Premièrement, les Français confient la majorité à l'UDI et aux Républicains. Pas question alors de faire la guerre au président: il est suffisamment libéral pour qu'on puisse trouver des terrains d'entente et que ça se passe bien.
- Et si Macron obtient une majorité absolue ?
Alors, les élus UDI voteront les textes qui leur paraîtront bons. Par exemple il aura notre soutien à 100 % sur l'Europe ou sur l'égalité des Français devant la retraite.
- Troisième cas de figure : celui d'une majorité relative?
Il faudrait bien alors discuter pour construire une plate-forme de gouvernement rassemblant toutes les idées que l'on partage, et arbitrer les autres.
- Vous participeriez à un accord de gouvernement si LR n'y est pas?
Le choix de l'UDI se fera de façon indépendante, en fonction de notre projet. Nous sommes en alliance avec LR, pas en dépendance ni en soumission.
- Que pensez-vous du gouvernement d'Edouard Philippe?
Edouard Philippe est un homme respectable. Le gouvernement a un aspect positif, il est très marqué proeuropéen et il faut reconstruire l'Europe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire