jeudi 6 juillet 2017

Actualités du Centre. UDI: camouflet au Sénat, le groupe UDI-UC redevient UC et s’inscrit dans la majorité présidentielle

Lors des dernières élections sénatoriales, l’UDI avait engrangé un certain nombre de sièges supplémentaires.
Fort de ce bon résultat, elle avait imposé à ses partenaires du groupe Union centriste – notamment aux sénateurs MoDem –, un changement de nom de celui-ci en UDI-UC.
Un diktat qui n’avait pas plu à tout le monde…
Mais la claque reçue lors de la présidentielle puis des législatives ainsi que la victoire d’Emmanuel Macron ont rebattu, ici comme ailleurs, les cartes.
Non seulement le groupe reprend son nom UC mais les opposants à Emmanuel Macron, minoritaires, au premier rang desquels se trouve son président, François Zocchetto, soutien indéfectible et de la première heure de François Fillon (et quasiment seul à ce moment-là de l’UDI) ont du accepter une motion qui les rangent désormais dans la majorité présidentielle même si la liberté de vote a été reconnue à chacun.
Comme Jean-Christophe Lagarde, Zocchetto qui a toujours eu une ambition personnelle plus forte qu’une profonde conviction centriste, tente désormais de se poser en soutien critique à Emmanuel Macron.
Quoi qu’il en soit, il quittera la Haute assemblée en ne se représentant pas lors des prochaines sénatoriales de l’automne pour, affirme-t-il, se dévouer complètement à la ville de Laval dont il est maire (et respecter la loi de non-cumul).
Sur le site sénat.fr, les sénateurs pro-Macron se montrent satisfait de la nouvelle orientation du groupe UC à l’image de Bernard Delcros, le sénateur du Cantal, qui a déclaré que «nous avons adopté un texte» où «il y a écrit que le groupe est très majoritairement dans la majorité présidentielle et chacun garde sa liberté d’expression et de vote».
Et il ajoute qu’il ne serait pas «resté dans un groupe qui ne se serait pas affiché clairement dans la majorité présidentielle».
Reste à savoir si une nouvelle recomposition aura lieu après les prochaines sénatoriales sachant que les élus radicaux valoisiens devraient former un groupe avec les radicaux de gauche avant la fin de l’année et qu’il existe dorénavant un groupe La République en marche qui devrait s’étoffer et provoquer peut-être un appel d’air.


Aucun commentaire: