lundi 18 septembre 2017

L’Humeur du Centriste. UDI: vers un face à face grand-guignolesque Morin-Lagarde!

Jean-Christophe Lagarde & Hervé Morin
Après l’exclusion de l’Alliance centriste ce printemps pour cause de soutien à Emmanuel Macron et le prochain départ en décembre du Parti radical pour cause de réunification avec les radicaux de gauche, l’UDI se rétrécit comme peau de chagrin et va désormais être une «confédération» de deux partis, Les centristes et Force européenne démocrate.
Le premier est présidé par Hervé Morin et le deuxième par Jean-Christophe Lagarde, deux politiciens qui se haïssent au plus haut point!
A moins que l’implosion est lieu auparavant, ce qui ne surprendrait pas grand monde.
Car, comment imaginer que le tandem Morin-Lagarde puisse faire semblant de continuer leur route ensemble alors qu’ils ne sont même plus capables de parler ensemble.
Cela fait déjà longtemps qu’ils ne partagent plus rien à part les invectives.
Et quand l’un d’eux dit quelque chose, l’autre dit le contraire…
Cette alliance impossible a d’autant plus de plomb dans l’aile que Morin veut créer un «grande »parti de droite libérale et que Lagarde se voit à la tête d’un «grand» rassemblement de centre-droit.
La seule chose qui les unit c’est leur mégalomanie ridicule qui n’a jamais accouché de quoi que ce soit de constructif pour le Centre et les centristes.
Rappelons que la création de l’UDI en 2012 était tout autant une entreprise de construction (avec Jean-Louis Borloo qui voulait reformer un pôle de droite modérée et de centre-droit absent de la vie politique depuis la disparition de l’UDF) qu’une bouée de sauvetage (pour le Nouveau centre sorti exsangue de la présidentielle de 2012 et qui se noyait déjà dans les haines Morin-Lagarde…).
Après le départ de Borloo, tout autant pour raison médicale que pour ras-le-bol de devoir se coltiner deux petits esprits, comme Lagarde et Morin, l’UDI a continué à vivoter et s’est même cru un avenir radieux en rejoignant LR pour la dernière présidentielle au moment où le candidat de droite ne pouvait pas perdre cette élection.
Mais le flop Fillon et l’incapacité des leaders de la confédération à s’inscrire dans une dynamique alors qu’une partie des militants de celle-ci le lui demandait avant de partir dégoûtés rejoindre Macron puis LREM ont eu raison de ce mince espoir.
Jean-Christophe Lagarde a ensuite tenté, avec l’appui de médias coopératifs, de devenir un des leaders de l’opposition à Macron mais son absence de charisme et son opportunisme largement dévoilé lors de la dernière séquence électorale ont rapidement détruit cette ambition personnelle.
La disparition programmée de l’UDI est une bonne chose pour la clarification du positionnement des centristes revendiqués dans notre pays.
Cette confédération bancale était devenue une vitrine repoussoir.
Mais ce qui fera le plus grand bien à tous ceux qui défendent le Centrisme, c’est la fin des chamailleries entre Morin et Lagarde dans ce face à face grand-guignolesque qui n’a pas été à l’honneur du Centre.
En tout cas à l’intérieur d’un même parti car gageons que les deux bonhommes ont encore en réserve bien des vacheries à se dire…

Centristement votre.

Le Centriste


Aucun commentaire: