lundi 26 février 2018

L’Humeur du Centriste. De la foutaise des «démocraties illibérales» et du danger d’appeler des régimes autocratiques comme tel

Campagne de Reporters sans Frontières
La démocratie républicaine, dans l’acceptation du terme au XXI° siècle, ce n’est pas seulement le droit de vote et le pouvoir de la majorité, ce sont aussi les droits de l’humain («droits de l’homme») ainsi que les droits de la minorité, ce que les anglo-saxons appellent aussi les «libertés civiles».
Sans eux, pas de vraie liberté, donc pas de vraie démocratie.
C’est une évidence que partagent tous les défenseurs de la démocratie républicaine, dont les centristes.
Et la mode de plus en plus grande d’appeler des régimes autocratiques, comme en Russie et en Turquie, ou populistes, comme en Hongrie, de «démocraties illibérales», concept fumeux inventé à la fin du XX° siècle, est une foutaise bien plus dangereuse que de les pointer du doigt comme non-démocratiques dans leur fonctionnement.
Ce n’est pas parce que les lois du pays en question, voire sa Constitution, garantissent les droits individuels que  celui-ci est une démocratie, il faut, aussi et surtout, la pratique dans le réel et le concret.
La Constitution de l’Union soviétique était ainsi une des plus démocratiques du monde mais le pays était une des pires dictatures.
Pareil pour la Chine.
L’idée de chercher et de trouver constamment de nouvelles appellations qui feront la gloire de leurs inventeurs dans un petit cercle intellectuel ne doit pas cacher la réalité des choses: soit un pays est démocratique, soit il ne l’est pas.
S’il l’est, il s’appelle une démocratie, s’il ne l’est pas, il s’appelle une dictature, une autocratie, un despotisme, un absolutisme, un totalitarisme.
Mais pas une démocratie.
Il est important de nommer correctement les choses parce que si ce n’est pas le cas, on introduit de la confusion dans les esprits du grand public.
Camus disait que «mal nommer les choses ajoute au malheur du monde».
Et, bien avant lui, d’autres philosophes l’avaient écrit.
Ici, il n’est pas inutile de reproduire in-extenso une longue pensée de Confucius:
«Si les noms ne sont pas ajustés, le langage n’est pas adéquat. Si le langage n’est pas adéquat, les choses ne peuvent être menées à bien. Si les choses ne peuvent être menées à bien, les bienséances et l’harmonie ne s’épanouissent guère. Les bienséances et l’harmonie ne s’épanouissant guère, les supplices et les autres châtiments ne sont pas justes. Les supplices et les autres châtiments n’étant plus justes, le peuple ne sait plus sur quel pied danser. Tout ce que l’homme honorable conçoit, il peut l’énoncer, et l’énonçant il peut le faire. L’homme honorable ne laisse rien à la légère.»
On voit bien que donner de la «démocratie» à un pays qui ne la pratique pas ou seulement formellement est une tromperie qui peut avoir des effets particulièrement négatifs sur certains.
Ainsi, on peut très bien imaginer que pour la plupart des gens, une démocratie illibérale demeure une démocratie dans son fonctionnement, ce qui n’est absolument pas le cas.
Alors soyons cette personne «honorable» dont parle le penseur chinois et ayons la simplicité de nommer bien les choses pour la clarté du débat et celle des esprits: ce qui n’est pas une démocratie, ne s’appelle pas une démocratie.
Et si, pour certains régimes, les appellations existantes ne sont pas assez précises, il peut être adéquat d’inventer un nouveau terme.
Mais pour nommer ce qui n’est pas une démocratie, ce n’est certainement pas celui de «démocratie» qu’il faut choisir même si on l’accole à un adjectif quelconque.
Ça semble guère compliqué, tout de même…

Centristement votre.

Le Centriste


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire