lundi 6 mai 2019

Européennes 2019. Propos centristes: Droit des femmes, écologie, menace de l’extrême-droite, groupe «central»…

Sélection des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux à propos de l’Europe et des élections au Parlement européen du 26 mai.


► En France

● Gouvernement

Agnès Buzyn (ministre des solidarités et de la santé)

Défendre l'avenir de l'Europe, c'est embellir l'horizon de la jeunesse européenne.



Aude de Montchalin (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes)

- Depuis 2 ans, Emmanuel Macron a été le plus européen de tous les présidents

- On fait campagne, pour montrer aux Français comment l’Europe est dans leur vie au quotidien"

- [Pacte Simone Veil pour les droits des femmes] La France fait là ce qu’elle a toujours fait de meilleur: proposer et unir!



Christelle Dubos (secrétaire d’Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé

Qu'est-ce que c'est l'Europe sociale ? C'est l'Europe qui finance l'aide alimentaire. Celle qui finance les réseaux d'insertion professionnelle. Celle qui aide à la construction des lycées.



● LREM

Nathalie Loiseau (tête de la liste Renaissance aux élections européennes)

- Nous voulons être un groupe central, au centre du Parlement européen et sans lequel aucune majorité ne peut se faire.

- Mon idée de l’Europe, c’est une idée de progrès. Faire de l’Europe le continent en avance sur les autres comme au moment de la Renaissance, le continent de l’humanisme.

- Il y a un programme, il est prêt depuis longtemps. (...) Des propositions il y en a tous les jours. Le programme sera publié le 9 mai et pour la seule liste pro-européenne, c'est une jolie date.

- Je souhaite battre le Rassemblement national pour les Français, pas pour mon orgueil personnel.

- J'aurais préféré avoir un adversaire principal différent de celui là (...) mais c'est mon engagement de toujours, battre l'extrême droite c'est pour cela que je suis entré en politique.

- Pas de programme, vous plaisantez? Sur la transition écologique, nous avons dit très tôt ce que nous avons comme propositions, sur l’Europe sociale aussi. Et aujourd’hui, nous avons publié une tribune sur l’Europe féministe.

- Nous proposons une banque européenne du climat pour que l’épargne des citoyens européens finance les 1 000 milliards d’euros nécessaires à la transition écologique.

- On ne fera pas tout avec de l’argent public, sinon on laissera à nos enfants de la dette écologique et de la dette financière en même temps (…). Il faut une banque européenne du climat qui soutienne les prêts, avec des prêts garantis, à taux préférentiels, pour qu’enfin les banques soient derrière les énergies renouvelables, l’isolation des logements, les transports propres, tout ce qui fait qu’on sera au rendez-vous de la transition écologique.

- Il faut qu’on arrête de financer les énergies polluantes, les centrales à charbon. C’est ce que fait aujourd’hui l’Union européenne, il faut qu’elle arrête.

- [L’Union européenne] doit consacrer 40 % de ses dépenses à la transition écologique, qu’il s’agisse de l’agriculture, de l’industrie, de la capacité à financer la recherche sur les énergies propres.

- Protéger les frontières extérieures de l’Europe, c’est urgent : la police des frontières doit monter à 10 000 hommes en 2020, et pas en 2027 comme le propose le Parlement européen. Mais il faut aussi protéger nos valeurs en accueillant mieux les réfugiés.

- La liste Renaissance que je conduis est une liste nouvelle : pas de recasés, pas de recyclage, pas de gens qui s’étaient mis au chaud à Strasbourg et dont on n’a pas vu le résultat.

- Nous sommes déterminés à mener une politique européenne féministe pour harmoniser par le haut les droits des femmes en Europe. C’est le Pacte Simone Veil. Il est vital pour l’Europe de tenir ferme sur ses valeurs.



Ilana Cicurel (candidate de la liste Renaissance)

L’écologie est un axe majeur de notre projet. De grandes figures de l’écologie sont sur la liste Renaissance: Pascal Canfin, ancien directeur de WWF, en numéro deux, et Pascal Durand, ex-EELV, proche de Daniel Cohn bendit. Seule une action à l’échelle européenne est pertinente!



Stanilas Guerini (délégué général)

- Notre campagne pour les élections européennes a été lancée avec la tribune d'Emmanuel Macron qui a donné un projet politique pour l'Europe. Nous assumons parfaitement le lien entre notre liste Renaissance et le président de la République.

- C'est une grande fierté de pouvoir compter Sandro Gozi sur notre liste Renaissance. Ancien Secrétaire d'Etat aux Affaires européennes italien, sa compétence et sa passion de l'Europe seront des atouts précieux pour notre groupe au Parlement Européen.

- Nous voulons que l’UE s’empare de la transition écologique et sociale. Nous proposons de créer une banque européenne du climat pour rénover les bâtiments, multiplier les énergies renouvelables, accompagner socialement les Européens dans cette transition.

- Je me déplace dans toute l’Europe en ce moment. Je vois beaucoup de formations politiques qui nous disent que: «oui, ensemble, nous pouvons faire changer les choses».

- Je crois qu’il faut poser les vraies questions. François Xavier Bellamy compte-il siéger avec l’extrême droite en Europe? Il devra répondre à cette question plus clairement que lorsqu’on lui demande pour qui il a voté lors du second tour de l'élection présidentielle.

- Avec Marlène Schiappa et Nathalie Loiseau la liste Renaissance s’engage pour une véritable politique féministe européenne: un «Pacte Simone Veil» pour harmoniser par le haut les droits des femmes en Europe. Voilà l’Europe progressiste que nous voulons!



Benjamin Griveaux (député)

- Ce sont les élections les plus importantes depuis 1979, on est à un vrai virage de l'Europe.

- Une banque européenne sur l'écologie est l'un des sujets centraux de notre campagne.



Pierre Person (député)

C'est au sein de l'Europe que les droits des femmes sont les mieux protégés. Pourtant, certains veulent remettre l'IVG en cause. Les femmes continuent de gagner moins que les hommes...



Thierry Solère (député)

- Je dis aux Français qui nous écoutent pour les Européennes : il ne faut pas vous tromper. Il faut de l'ordre, diminuer les impôts, que l'Etat fasse son travail, et pour une fois on a vraiment une majorité qui le fait- La pollution ne s'arrête pas à des frontières, il faut en Europe qu'on en fasse une priorité, beaucoup mieux structurée. En écologie il faut avoir des actes puissants, et c'est au niveau européen qu'il faut les mettre.

- [Sur les listes d'extrême-droite] Un coup ils sont pour le frexit, un coup ils sont pour la sortie de l'Euro, un coup ils ne le sont plus... La crédibilité de ces gens n'existe pas.

- Partout en Europe, l'extrême droite est très élevée, il faut regarder la vérité en France. Si en France, le RN l'est aussi, cela veut dire que ceux qui veulent déconstruire l'Europe sont nombreux.



► Union européenne

● Royaume Uni

Liberal democrats

Après avoir été fracassant lors des élections locales, les Liberal democrats sont prêts pour les élections européennes du 23 mai. Nous sommes le plus grand parti de Reste - un vote pour les libéraux démocrates est le moyen le plus simple de voter pour arrêter le Brexit.



Thomas Brake (Liberal democrats , député)

Nous sommes sur le point de nous lancer dans les élections européennes. Si les gens veulent arrêter le Brexit, ce sont clairement les Liberal democrats qu'ils doivent soutenir.



Edward Davey (Liberal democrats , député)

Si la Grande-Bretagne quitte l'UE, nous abandonnons les pourparlers clés sur le climat en Europe. Nous ne pouvons pas influencer 27 autres pays sur le changement climatique sans un siège autour de la table.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire