mercredi 24 juillet 2019

Actualités du Centre. Grande-Bretagne. Jo Swinson nouvelle leader des centristes

Jo Swinson
C’est donc la députée Jo Swinson, 39 ans, qui a été élue par les militants des Liberal democrats à la tête du parti centriste britannique en remplacement de Vince Cable qui, après l’avoir remis sur les bons rails, voulait passer la main à une génération plus jeune.
C’est la première fois que la formation élit une femme à sa tête.
Les «Lib Dems», après avoir été proche de la disparition suite à leur passage catastrophique aux affaires entre 2010 et 2015 dans une coalition avec le Parti conservateur où leur leader, Nick Clegg, fut le vice-premier ministre d’un gouvernement dirigé par David Cameron, ont de nouveau le vent en poupe.
Ils ont en effet retrouvé leur identité de progressistes alors qu’ils avaient trahis leurs électeurs en demeurant dans un gouvernement qui ne respecta aucun de leurs engagements pris durant la campagne électorale.
Un comportement qui leur avait coûté particulièrement cher électoralement parlant mais aussi en rapport avec leurs convictions et leurs valeurs.
C’est grâce au Brexit qu’ils sont désormais en mesure de jouer un rôle de première importance dans la politique britannique.
Le parti centriste est en effet le seul à être totalement et complètement en faveur d’une Grande-Bretagne qui demeure dans l’Union européenne alors que le Parti conservateur et le Parti travailliste se déchirent à ce sujet.
Du coup, il a récupéré son électorat et a empiété sur celui des deux grands partis ce qui lui a permis de finir en deuxième position lors des dernières élections européennes (derrière le parti du Brexit du populiste extrémiste Farage mais devant les deux grands partis traditionnels) et de réaliser une très bonne performance lors des dernières élections locales.
Jo Swinson (lire des extraits de son discours après sa nomination ci-dessous) s’est dite prête à mener ses troupes à des élections anticipées et à se présenter comme candidate au poste de premier ministre mais également à se battre de toutes ses forces contre le Brexit ainsi que pour une Grande-Bretagne plus juste, luttant réellement contre le réchauffement climatique et mettant en place une vraie méritocratie.
Voilà un challenge fort au moment où le populiste démagogue irresponsable et ami de Donald Trump, Boris Johnson, vient d’être choisi par les conservateurs comme leur chef (après la démission de Theresa May) et qu’il prend aujourd’hui ses fonctions de premier ministre avec le risque de mener son pays dans le mur.

► Extraits du discours de Jo Swinson:

Je suis ravi, honoré, absolument ravi de me présenter devant vous en tant que chef des démocrates libéraux. Et en tant que première femme à diriger notre parti. J'ai rejoint ce parti quand j'avais 17 ans. Au cours des vingt-deux dernières années, malgré tous les hauts et les bas, les libéraux démocrates se sont sentis comme une famille pour moi.
(…) Prête, pour le combat de nos vies. Vous m'avez fait confiance, non seulement pour diriger notre parti, mais également pour diriger et développer le mouvement plus large, ouvert et libéral dont notre pays a désespérément besoin.
Il y a ceux qui pensent que le libéralisme a fait son temps, qu'il est en quelque sorte «obsolète». Mais lorsque je pense à toutes les personnes extraordinaires que j'ai rencontrées au cours de la campagne électorale et lorsque je regarde autour de moi, je peux sentir l'énergie, la passion et la détermination à défendre nos valeurs. Le libéralisme est vivant et prospère. Face au nationalisme, au populisme, à la catastrophe du Brexit. Les deux vieux partis ont échoué. Notre parti a été clair sur le Brexit depuis le premier jour. Nous pensons que le meilleur avenir du Royaume-Uni est celui de membres de l’Union européenne. C’est pourquoi, en tant que dirigeant, je ferai tout ce qui est nécessaire pour stopper le Brexit.
Ce sont les libéraux démocrates qui peuvent diriger le renouveau dont notre pays a besoin. Ensemble, nous pouvons construire un meilleur avenir.
(…) Lorsque j'ai décidé de me présenter à la direction du parti, je me suis dit que le défi auquel notre parti serait confronté serait très différent. Nous étions obstinément à environ 8% dans les sondages. De nouveaux partis se formaient, courtisant les votes des Liberal democrat. Il me semblait que la première tâche à laquelle je devrais faire face en tant que dirigeant serait d’assurer notre survie même. Mais quel retournement! Nous venons de vivre notre meilleure série d'élections locales à ce jour. Plus de députés que jamais auparavant. Les sondages qui nous placent en première ou en deuxième place.
Les libéraux démocrates gagnent encore.
(…) Lorsque Theresa May a déclenché les élections générales en 2017, j'ai su très rapidement que je devais me lever et gagner à nouveau la circonscription de East Dunbartonshire. Les gens avaient été choqués par la division et la méchanceté suscitées par le référendum de 2016, mais malheureusement, je l'avais déjà vu.
En 2014, le référendum sur l’indépendance de l’Écosse a annoncé une nouvelle politique, et non dans le bon sens.
(…) Et depuis lors, cette politique hostile et dure est devenue la nouvelle norme. Le 24 juin 2016, je me suis réveillé avec cette terrible nouvelle que «quitter» avait remporté le référendum. J’ai allumé la télévision et ai vu Nigel Farage, souriant avec un sourire suffisant, et je n’oublierai jamais ce qu’il a dit se vantant d’avoir gagné «sans qu'une balle ne soit tirée». Je me sentais juste malade. Huit jours plus tôt, Jo Cox avait été abattu et poignardé, juste pour avoir défendu ses convictions pro-européennes.
(…) Et je me sentais tellement vidée du résultat. Pas sur les détails de telle ou telle institution de l'UE. C'était à propos de qui nous sommes en tant que pays. On a l'impression que nos valeurs libérales sont attaquées. Nous défendons la liberté mais le Brexit signifie que la prochaine génération sera moins libre de vivre, de travailler et d’aimer en Europe. Nous chérissons l’égalité pour que chaque individu puisse s’épanouir: quels qu’ils soient, quels que soient leurs antécédents, quel que soit leur culte. Nous accordons de l'importance à l'ouverture, mais la Grande-Bretagne est en retrait, levant le pont-levis. Nous chérissons l’égalité pour que chaque individu puisse s’épanouir: quels qu’ils soient, quels que soient leurs antécédents, quel que soit leur culte. Mais ceci est également menacé avec, notamment, cette image choquante de ces femmes homosexuelles, ensanglantées, attaquées dans un bus. Et la montée de l'islamophobie et de l'antisémitisme, au cœur de la politique britannique.
Bien sûr, cela ne se limite pas au Royaume-Uni. L’attaque de Trump la semaine dernière contre quatre membres du Congrès, toutes des femmes de couleur, a commencé par le déploiement du message raciste du manuel «rentrez chez vous». À la fin de la semaine, nous avons vu des milliers de personnes haineuses lors d'un rassemblement scandant «Renvoie-la». Tout simplement écœurant, glaçant.
(…) Et je suis furieuse lorsque Boris Johnson s'intéresse davantage à Donald Trump qu'à défendre les valeurs britanniques de décence, d'égalité et de respect. (…) Boris Johnson (…) a montré à maintes reprises qu’il n’était pas apte à devenir Premier ministre. Boris Johnson ne s'est jamais soucié que de Boris Johnson. (…) La Grande-Bretagne mérite mieux que Boris Johnson.
Nous avons besoin d’un Premier ministre qui saura relever les défis qui nous attendent et non pas les cacher. Je me présente donc devant vous aujourd'hui, non seulement en tant que chef des démocrates libéraux, mais en tant que candidat au poste de Premier ministre. Il n'y a aucune limite à mes ambitions pour notre parti et pour notre mouvement. Je suis prête à mener notre parti à une élection générale et à la remporter.
(…) Si vous travaillez fort et respectez les règles, vous devriez vous attendre à gagner un bon salaire, à avoir un toit et de la nourriture sur la table - c’est le contrat social et, au Royaume-Uni, il est fondamentalement rompu. Nous avons des familles où les deux parents travaillent à temps plein avec le soi-disant salaire minimum vital, mais qui ne peuvent pas fournir les bases à leurs enfants , je parle de nourriture, d’uniforme scolaire, d’un foyer chaleureux.
Nous devons commencer par être francs sur ce qui ne va pas - car notre système ne fonctionne pas pour les gens ni pour notre planète. Et une planète qui est au point de rupture. Nous sommes la dernière génération à pouvoir agir pour mettre fin au changement climatique catastrophique. Pourtant, le gouvernement ne prend pas les mesures urgentes dont nous avons besoin.
Face à ces défis, cela ne devrait pas nous surprendre que les gens soient attirés par les simples paroles de Farage et de Johnson, peu importe la division, la distance qui les sépare de la réalité. Si nous voulons vaincre le nationalisme et le populisme, nous devons donner aux gens une vision alternative pour un pays plus riche, plus vert, plus sûr et plus affectueux. Parce que quand tout ce que Farage et Johnson peuvent offrir est de la haine, nous devrions donner de l’espoir aux gens.
Et notre mouvement libéral de lutte contre le nationalisme et le populisme doit être inclusif. Lors d'une controverse, quelqu'un m'a accusée d'être une féministe d'abord et une seconde libérale. J'ai répondu comment pouvez-vous être libéral, si vous n'êtes pas féministe? Vous n'êtes pas un libéral, si vous ne reconnaissez pas et ne corrigez pas les inégalités structurelles de la société qui retiennent tant de gens. En tant que libéraux, nous voulons que chaque individu réalise son potentiel et nous nous leurrons si nous pensons que notre société est une méritocratie. Je vous le dis donc, si vous êtes fatigué d’une politique qui n’inclut pas les gens comme vous, que ce soit à cause de votre sexe, de votre handicap ou de la couleur de votre peau, de votre accent, de votre âge ou de ceux que vous aimez, rejoignez-nous .
C'est un moment historique pour notre parti. Un moment de changement.
Et l’urgence de ce moment de l’histoire de notre pays nécessite que nous réfléchissions et que nous agissions encore plus. Que ce soit le Brexit ou la crise climatique, nous n’avons pas le luxe d’attendre quinze ou vingt ans. (…) C'est le moment de travailler ensemble, pas le temps du tribalisme. Et mon message aux députés d'autres partis, qui partagent nos valeurs, est le suivant: Si vous croyez que notre pays mérite mieux, que nous pouvons arrêter le Brexit, que nous pouvons arrêter Johnson, Farage et Corbyn, alors travaillez avec nous, rejoignez-nous. Ma porte est toujours ouverte.
Et à tous ceux qui regardent ceci en ce moment. Si vous pensez que notre pays se dirige dans la mauvaise direction et que vous souhaitez changer cela, vous devez également agir. (…) Si vous voulez une économie qui fonctionne pour les hommes et pour notre planète. Si vous voulez construire un avenir plus riche, plus vert et plus sûr. Si vous voulez que notre famille de nations reste unie. La réponse est simple Venez nous rejoindre. Faisons cela. Faisons cela ensemble. Changeons la politique pour que nous puissions transformer notre pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire