mercredi 10 juillet 2019

Propos centristes. Monde – Les priorités de Renew Europe; Grande-Bretagne: contre le danger des conservateurs; Etats-Unis: stopper l’offensive des républicains contre les soins de santé…

Voici une sélection, ce 10 juillet 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux dans l’Union européenne et dans le monde.

► Union européenne
Renew Europe
- Nos priorités? Augmenter les ambitions climatiques de l'UE. Protéger l’état de droit. Favoriser l’investissement, la connectivité et l’innovation. Développer une coopération européenne en matière de défense. Lutte contre le blanchiment d'argent. Collaborer avec nos voisins.
- Les citoyens ont apporté leur soutient à Renew Europe parce qu’ils croient aux solutions européennes et ils attendent des actions ainsi qu’un engagement dans les institutions de l'UE.

Dacian Ciolos (Renew Europe, président)
Il est crucial pour Renew Europe d’organiser au plus tôt une conférence sur la démocratisation de l’UE, présidée par le Parlement européen. Il devra impliquer activement la société civile et les citoyens. Content de voir que madame Von Der Leyen (candidate à la présidence de la Commission européenne) soutient cette idée.

Pascal Canfin (Renew Europe, député)
Je viens d’être élu président de la commission Environnement du Parlement européen. C’est une lourde et belle responsabilité. Je ferai tout pour être à la hauteur des attentes légitimes de notre jeunesse !

● Allemagne
Andreas Pinkwart (FDP, ministre des Affaires économiques, de l'Innovation, de la Numérisation et de l'Energie de la Rhénanie du Nord-Westphalie)
Avec l'expansion ambitieuse des énergies renouvelables et le piégeage du carbone, nous apportons une contribution significative en tant que pays industriel et énergétique densément peuplé à la réalisation des objectifs climatiques.

● Espagne
Albert Rivera (Ciudadanos, président)
- Merci aux agents des forces de police qui ont protégé les membres de Ciudadanos samedi à Madrid et qui ont évité de plus grands maux. Merci pour votre service et votre dignité.
- Le pacte du PSOE avec les nationalistes basques et Batasuna en Navarre symbolise la rupture de Sánchez avec le constitutionnalisme.

Inès Arrimadas (Ciudadanos, leader de l’opposition en Catalogne)
- J'adresse tous nos remerciements à la police qui nous a protégés devant un groupe de radicaux et d'intolérants qui ont gâché la fête de la fierté, une fête qui réclame la tolérance et le respect. Toute l'Espagne a pu voir ce qui s'est passé.
- Dans la Communauté de Madrid, nous avons conclu un accord avec le Parti populaire et les habitants de Madrid ne méritent pas que VOX bloque les institutions.

● Grèce
Nikos Nyfoudis (To Potami, ancien député)
Les élections sont terminées. L'électorat souverain a fait ses choix pour gouverner le pays. Le résultat était plus ou moins attendu. Le vote lors des élections européennes ne laissait aucun suspens et je ne pense pas que le résultat ait surpris beaucoup de monde. Nous avons maintenant un gouvernement de la Nouvelle démocratie avec une majorité absolue etc un Premier ministre fort, Kyriakos Mitsotakis. C’est, à mon avis, un choix judicieux pour le présent, le pays a besoin de changements immédiats et de réformes courageuses, raison pour laquelle il lui fallait un mandat clair. Nous avons donc un résultat électoral qui ne laisse aucune place au malentendu quant à la direction des choix politiques nécessaires et rend également Kyriakos Mitsotakis totalement libre de gouverner comme il l'a promis, avec de nouveaux visages et sans fardeau des partis politiques. Nous nous attendons à le faire. A côté du nouveau gouvernement, nous aurons une opposition forte avec des résultats électoraux qui ne sont pas insignifiants. Alexis Tsipras a réussi à garder un pourcentage élevé d'électeurs qui le protège de tout conflit interne mais aussi lui donne la possibilité de continuer son arrogance politique, un même ton qui caractérisera l’opposition qu’il exercera. Malheureusement, je ne suis pas du tout optimiste quant à la manière dont Syriza s’opposera. Je ne m'attends pas à de véritables critiques avec des arguments pour le bien du pays, mais à une opposition destinée à maintenir avec encore plus de force le sentiment «anti-droite» de son électorat. Mais si quelque chose doit nous rendre tous heureux, c'est le fait que des personnes sages ont rejeté Aube dotée [parti néonazi] du Parlement grec et, en lui ôtant tous ses députés et en la laissant pour ce qu’elle est vraiment, une organisation criminelle fasciste. Parmi les gagnants de ce processus électoral, je vois également les deux nouvelles entrées à la Chambre; les deux partis avec des électorats complètement différents, l’un à droite et l’autre à gauche, mais qui ont un trait commun fondamental. Le vote par lequel ils sont entrés en Chambre est, à mon sens, un vote d’opposition et peut-être aussi une gêne pour tous les citoyens qui, ne voulant voter pour aucun des partis du pouvoir, les ont donc choisi dans les urnes. Kinal [Mouvement pour le changement, socialdémocrate auquel To Potami a été alliéun temps] n'a pas réussi à attirer les électeurs du centre-gauche qui semblent être demeurés avec le premier ministre sortant. Je pense qu'il est temps que le débat commence au sein de ce parti, ce qui, je l'espère, se déroulera très bientôt. Mais ce que je soulignerai certainement, c'est que la prochaine Chambre n'a pas la voix «centrale». Le Centre de réforme, qui a toujours appelé à la modernisation de l'État au fil du temps, Centre qui ne s'intéresse pas aux étiquettes politiques ni aux désignations de droite et de gauche, mais souhaite seulement que les solutions progressives réclamées par le sens commun soient choisies pour le futur du pays. To Potami manquera donc à la prochaine législature, ce qui sera démontré très bientôt lorsque ses votes seront «manquants» qui, non seulement, appuyaient la post-régulation positive pour le pays, mais revendiqueraient encore plus de droits pour les citoyens! Parce que nous, à To Potami, avons toujours voté sur la base de la raison et que nous avons appuyé tous les projets de loi positifs au Parlement et à l’extérieur du Parlement sans nous inquiéter que les mesures soient de gauche ou de droite. Bien que nous ne soyons plus entendus au Parlement, je peux m'engager avec une certitude absolue à ce que nous soyons de plus en plus entendus par la société. Si, peut-être, To Potami vient de fermer un cercle qui avait commencé en 2014, celui de To Potami Plus vient, lui, juste de commencer!

Stavros Theodorakis (To Potami, ancien président et fondateur)
Le pays veut de grands changements. Le vainqueur, Mitsotakis, doit oser une révolution libérale pour s'affranchir des obsessions de l’aile droite. En fait, si M. Tsipras s’affranchi des obsessions de l’aile gauche, les citoyens peuvent espérer que nous rattraperons le terrain perdu sans nouvelles guerres civiles.

● Royaume Uni
Liberal democrats
- Le peuple britannique mérite mieux que les postures vides du Brexit et les promesses vides de sens auxquelles nous avons assisté lors du débat à la télévision [entre les deux prétendants à la présidence du parti conservateur et au poste de premier ministre, Boris Johnson et Jeremy Hunt].
- Les travaillistes penchent vers l'extrême gauche, le parti conservateur dirigé par Boris Johnson vire vers l'extrême droite – notre vie politique est brisée. Nous avons besoin d'une nouvelle alternative. Ce sont les démocrates libéraux: réclamer mieux pour la Grande-Bretagne et s’engager à arrêter le Brexit.
- Stopper le Brexit; agir rapidement contre la crise climatique; offrir un soutien urgent au NHS [système de sécurité sociale] et aux services sociaux; assurer que chaque enfant reçoive l'éducation qu'il mérite; lutter véritablement contre les crimes au couteau. Exiger le mieux pour la Grande-Bretagne.
- Le vote d'aujourd'hui sur l'égalité dans le mariage envoie un puissant message d'acceptation à la communauté LGBT+ d'Irlande du Nord et laisse espérer que de nouveaux progrès pourront être et seront réalisés. L’Irlande du Nord est claire et le Parlement est clair: les habitants de nos îles méritent l’égalité et ces votes sont un pas historique dans la réalisation de cet objectif.

Jo Swinson (Liberal democrats, députée)
- Que ce soit Johnson ou Hunt qui prennent les clés du numéro 10 [Downing street], les deux continueront à se soumettre et à supporter les crises de colère du président Trump. Le Royaume-Uni mérite un Premier ministre qui résiste à ce tyran.
- La Chambre des communes vote en faveur de la dépénalisation de l'avortement en Irlande du Nord de 332 à 99. Un changement important. Bravo à Stella Creasy [députée du Labour Co-operative] et tous les militants qui ont rendu cela possible!

Tom Brake (Liberal democrats, député)
Pendant des siècles, le Royaume-Uni a servi de phare à la démocratie. Mais cela pourrait changer: des milliers de personnes se sont vu refuser leur vote aux élections européennes, de nombreux résidents du Royaume-Uni ne peuvent pas voter aux élections générales et les 16-17 ans n'ont pas le droit de vote.

► Monde
● Canada
Justin Trudeau (Premier ministre)
- On a été élus sur la base d’un plan visant à investir dans les Canadiens, et c'est ce qu’on continuera de faire, afin de créer plus d'emplois, de faire croître la classe moyenne et de rendre la vie plus abordable pour les familles.
- L'achat d’une première maison est une étape importante, et on veut la rendre plus facile et abordable. L’Incitatif à l'achat d'une première propriété vous aidera à verser votre mise de fonds et à réduire votre hypothèque. Vous pourrez ainsi réaliser votre rêve de posséder une maison.

● Etats-Unis
Parti démocrate
- Nous devons lutter contre toutes les tentatives visant à priver des millions d'Américains de soins de qualité et abordables.
- Personne ne devrait faire l'objet de discrimination parce qu'il est malade. C’est la raison pour laquelle les démocrates se sont battus sans relâche pour préserver les protections contre les conditions préexistantes, ce que le procès des républicains éliminerait. Et ce n’est juste qu’une partie de ce qui est en jeu si Trump et les républicains obtiennent l’annulation de l’ACA [Affordable care act, loi sur l’assurance santé pour tous].
- Rappelez-vous ceci: le projet de loi sur les taxes du GOP [Grand old party, Parti républicain], qui prévoyait des allègements fiscaux massifs pour les plus grandes entreprises et quelques-uns des plus riches, a également rendu le cadre juridique de l'action en justice relative aux soins de santé du GOP qui met en péril la protection des conditions et des autres avantages.
- Aujourd'hui, Trump et 18 États dirigés par les républicains utiliseront nos tribunaux comme une arme pour attaquer des soins de santé abordables et de qualité. Alors qu'ils continuent à mener leur guerre sans relâche pour saboter l'ACA [Affordable care act, loi sur l’assurance santé pour tous].

Nancy Pelosi (Parti démocrate, speaker de la Chambre des représentants)
- En vertu de l'ACA [Affordable care act, loi sur l’assurance santé pour tous], les 130 millions d'Américains souffrant d'affections préexistantes ne peuvent faire l'objet de discrimination de la part de leur assureur. Leurs coûts en soins de santé pourraient monter en flèche si le procès Texas v. US du GOP [Grand old party, Parti républicain] réussissait à annuler des années de progrès en matière de soins de santé.
- Les républicains ont été clairs: leur mission est d’empêcher des millions de personnes d’avoir accès aux soins de santé. C’est pourquoi il est plus important que jamais que nous restions engagés dans la lutte pour protéger notre santé!
- Alexander Acosta [ministre du travail] doit démissionner. En tant que procureur des États-Unis, il a conclu un accord abusif avec Jeffrey Epstein [inculpé de pédophilie], qui permettait de tenir secret le nom des jeunes victimes courageuses qui avaient témoigné en les empêchant de demander justice. Ceci était connu de Donald Trump lorsqu'il l'a nommé membre du cabinet.

Hillary Clinton (Parti démocrate, ancienne secrétaire d’Etat)
- C’est une chance unique en une décennie de pouvoir dessiner des cartes électorales plus justes si nous remportons les élections législatives dans les Etats cette année et la prochaine.
-La diplomatie n'est pas la poursuite de la perfection. C'est l'équilibre du risque. Jusqu'à présent, l'Administration [Trump] a consciemment choisi une voie dangereuse menant à un avenir plus risqué. Mais la diplomatie reste le seul moyen de sortir du trou.
- Comme je l'ai dit après la conclusion de l'accord avec l'Iran, ce n'était pas parfait, mais il a rempli sa mission fondamentale de bloquer toutes les voies permettant à l'Iran d'obtenir une bombe. En se retirant de l’accord, l’administration a effectivement rompu la coalition internationale unifiée pour contraindre l’Iran. L’Iran augmente à nouveau ses capacités nucléaires.
- Lorsque le gouvernement Trump a menacé de se retirer de l'accord avec l'Iran et d'imposer davantage de sanctions l'année dernière, il était clair que nous allions perdre notre influence et que l'Iran serait libre de faire ce qu'il voulait. De manière prévisible, l’Iran dépasse maintenant l’enrichissement, ce qui limite l’accord jadis imposé.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire