samedi 16 novembre 2019

Propos centristes. France – Plan pour l’hôpital public; lutte contre Daech; création d’emplois industriels; réformes des retraites; simplification des démarches administratives…

Voici une sélection, ce 16 novembre 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Nous, Français, savons ce que nous devons aux personnels soignants, médecins, sages-femmes, infirmiers et aides-soignants. J'ai entendu votre colère face à des conditions de travail devenues parfois impossibles : salaires compressés, rythmes effrénés et difficultés matérielles.
- Nous héritons de la situation dans laquelle se trouve l'hôpital public et nous n'avons pas attendu aujourd'hui pour y répondre. Dès mon élection, j’ai agi pour mettre un coup d’arrêt à cette tendance.
- Le plan mis en œuvre est bon mais ne va pas assez vite. Il faut répondre concrètement à l'urgence à laquelle nous faisons face. J'ai demandé au Gouvernement de travailler à un plan d'actions renforcé qui sera annoncé par le Premier Ministre lors du prochain Conseil des Ministres.
- La colère et l'indignation des femmes et des hommes travaillant en hôpital public ont été entendues. Elles ne resteront pas sans réponse.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Edouard Philippe (Premier ministre)
- Objectif zéro émission nette de CO2 en 2050: pour accompagner la transition écologique, nous avons demandé à 8 filières industrielles de préparer des plans d’action approfondis d’ici fin 2019.
- Durant des décennies, la France a perdu trop d’usines et détruit trop d’emplois. Aujourd’hui, l’industrie en recrée dans notre pays: 27 000 emplois ont été créés depuis 2017.
- [Retraites] Il faut qu'il y ait des garanties sur l'évolution de la valeur du point.
- [Retraites] il y a une forme de défiance chez nos jeunes concitoyens. C’est très dangereux pour la cohésion nationale. Donc il faut expliquer ce qu’on veut faire.
Est-ce qu’on pourra faire des simulations de sa future pension de retraite ? Oui ! Et dans un système universel par points, ce sera beaucoup plus facile à calculer.
- Pour plus de simplicité dans l’administration, l’État se transforme: suppression de près de 90 commissions consultatives ; suppression ou regroupement de 80 entités administratives ; simplification des organigrammes.
- Je salue la décision de Bank of America d’investir massivement en France, faisant de Paris un pôle européen pour ses activités de marché, avec la création de 400 emplois. La place de Paris s'affirme comme la place de référence en Europe!

Christophe Castaner (ministre de l’Intérieur)
- Nos 3 engagements en cours : depuis janvier 2019, demande d’inscription sur les listes électorales en ligne ; numérisation des demandes de visas pour les étudiants dès juin 2020 ; coordination avec le ministère de la Justice sur la plainte en ligne.
- 78% des démarches du ministère de l'Intérieur sont dématérialisées: la transformation publique  est au cœur de notre action. Elle simplifie le quotidien des usagers des services publics mais rend aussi plus lisible l'action de l'État, dans chacun de nos départements.

Jean-Yves Le Drian (ministre des Affaires étrangères)
- Daech reste une menace réelle et quotidienne à laquelle nous sommes confrontés, et à laquelle nous serons confrontés durablement.
- À ma demande, les ministres de la coalition contre Daech ont pris cinq engagements dans le cadre de cette mission clarifiée. Avec un seul objectif : la défaite durable de Daech.(Lire ici le communiqué ministériel conjoint de la coalition internationale contre Daech)
- La coalition contre Daech a clarifié, à la demande de la France, que tous les moyens restent mobilisés en Irak et en Syrie.
- La France et ses partenaires européens, unis à Washington, en particulier sur l'objectif de détention sûre des combattants de Daech.
- Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, notre priorité est d'empêcher toute résurgence de Daech. La mobilisation de la coalition était une condition essentielle.
- [13 novembre 2015] Ne jamais baisser la garde: Daech reste une menace majeure pour notre sécurité. (…)Quatre ans après, toujours la même émotion, toujours la même détermination. Ne jamais oublier les victimes, leurs proches et tous ceux qui les ont entourés : frappée en son cœur, la France a su faire face.

Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances)
- L'économie française se porte mieux. Beaucoup de travail reste à accomplir mais la politique économique menée par le gouvernement donne déjà des résultats !
- Notre objectif est désormais de faire de la France la 1ère économie décarbonée de la zone euro. C’est l’objet du Pacte productif. Nous avons des décisions majeures à prendre sur l’énergie, les filières industrielles, la baisse des impôts de production.
- Notre économie doit être décarbonée, c'est une question de survie. Nous sommes determinés à accelérer la transition écologique. Nous allons nous donner les moyens d'atteindre une économie 0 carbone en 2050. Nous pouvons y parvenir, notamment grâce à l'innovation.
-Nos compatriotes veulent de la dignité dans leur travail. La ligne de force de la politique économique du gouvernement, c'est qu'il faut créer du travail et que ce travail doit payer.
- Le capitalisme doit faire son examen de conscience et changer radicalement. Nous devons construire ensemble un capitalisme plus juste, responsable et durable.
- La décision de mettre fin au financement des énergies fossiles à la Banque europénne d'investissement est historique. C’est la 1ère étape de création de la banque du climat proposée par la France. Elle permettra d’orienter les financements vers des projets durables.
- Nous avons supprimé la taxe à 20% sur le versement de primes d'intéressement. Je demande aux chefs d'entreprise de faire le maximum pour signer des accords avec leurs salariés. Nous avons simplifié le dispositif et nous le simplifierons davantage.
Nous allons engager des moyens supplémentaires pour financer l'innovation. La France doit continuer d'innover pour rester une grande puissance économique.
- Le gouvernement va engager la deuxième étape de cette reconquête industrielle, pour l'emploi, pour notre souveraineté, avec le Pacte productif qui vise à atteindre le plein emploi tout en ayant une économie zéro carbone.
- La reconquête industrielle est en marche: + de 25 000 emplois ont été créés en 2 ans, une première depuis 15 ans. Notre pays ouvre à nouveau des sites industriels et la France est devenue le pays le plus attractif d'Europe pour les investissements étrangers dans l'industrie.

Elisabeth Borne (ministre de la Transition écologique et solidaire)
- Le Grenelle de la mer en 2009 a constitué un acte fondateur pour une politique maritime intégrée. 10 ans après, réunis au Ministère de l’Ecologie en présence de Jean-Louis Borloo, tous les acteurs de la mer restent mobilisés pour poursuivre cette ambition.
- Nous devons à la fois soutenir la transition écologique de toutes nos filières industrielles, et préparer les nouvelles filières de la transition écologique. Je suis convaincue que ce défi est une chance pour nos entreprises.

Jean-Michel Blanquer (ministre de l’Education)
- Notre volonté commune d'œuvrer à une plus grande justice sociale dans le monde.
- A l’Unesco pour le discours de politique générale de la France pour affirmer notre stratégie et notre vision des enjeux éducatifs, culturels et scientifiques de notre temps à l’échelle internationale. Et notre soutien à l’institution en pleine modernisation.

Franck Riester (ministre de Culture)
- [Affaire Polanski] Les voix qui s’élèvent depuis plusieurs jours, les débats et la prise de conscience qu’elles déclenchent nous obligent. Ces voix nous rappellent à toutes et à tous que, dans notre société, une violence continuelle s’exerce à l’encontre des femmes. C’est pour lutter contre cette violence que le Président de la République a fait de l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause du quinquennat. Lorsque des voix s’élèvent pour briser le silence, il faut les écouter. La présomption d’innocence est un principe fondamental de notre République. Mais je refuse qu’elle s’accompagne d’une présomption de mensonge pour les victimes. Il faut du temps et du courage, pour parler. Pour oser défier l’omerta. Pour mettre des mots sur des traumatismes enfouis. Pour aller à l’encontre du sentiment que certains sont intouchables parce que leurs œuvres les protègent. Le talent n’est pas une circonstance atténuante ; le génie, pas une garantie d’impunité.
- «Vous pouvez me jeter en prison, vous ne m'enfermerez jamais.» Ces mots sont ceux d'Ahmet Altan, écrivain et journaliste turc. Libéré après plus d'un an de détention, il a de nouveau été incarcéré hier. Nous sommes à ses côtés.
- L’expérience de Thierry Breton, sa grande connaissance des sujets numériques et sa vision claire et prospective des enjeux de la filière seront un atout fort pour l’#Europe et ses acteurs culturels. Impatient de travailler prochainement avec lui.

Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics)
L’AssembléeNationale vient d’achever la première lecture du Budget 2020, dont le vote solennel aura lieu mardi. Un budget pour l’avenir qui : récompense le travail ; protège les plus vulnérables ; baisse massivement les impôts des Français.
- A l’horizon 2022, ce sont près de 6000 agents de l'Etat qui seront déployés vers les territoires ruraux et péri-urbains. Objectif: remettre des forces sur le terrain pour plus de présence et plus de proximité.
- L'argent des contrôles fiscaux rentre mieux dans les caisses de l'Etat. L'Etat a recouvré 5,6 milliards € de recettes par le biais des contrôles fiscaux sur les 9 premiers mois de 2019, soit 40 % de plus que l'an dernier.
- Les impôts baissent. Les créations d'emplois et les investissements sont au rendez-vous. Les comptes publics sont rétablis. Nous commençons à récolter ce que le président de la République a semé.

Adrien Taquet (secrétaire d’Etat à la Protection de l’enfance)
- Les nouveaux défis pour les droits de l'enfant sont nombreux et ne se limitent pas à ceux posés par le numérique : prostitution infantile, pauvreté, migrations.
-Facteur d'épanouissement et de santé pour les enfants, le sport est aussi un milieu où ils sont vulnérables. Avec Roxana Maracineanu nous lançons en France la campagne «Start To Talk» qui vise à lutter contre les violences sexuelles sur enfant en milieu sportif.

Amélie de Montchalin (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes)
Confirmation de Thierry Breton par le Parlement. Une excellente nouvelle pour défendre la souveraineté de l’Europe au service de ses citoyens!

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé du numérique)
- L’Europe est un échelon critique pour la régulation des géants du numérique. Les prochains mois seront décisifs pour lancer les impulsions indispensables au niveau européen et répondre aux préoccupations de nos citoyens et de nos entreprises.
- Nous avons besoin des talents de tous horizons pour faire de la France un leader mondial de la technologie.
- Permettre à tous d’avoir un service public de proximité et efficace : c’est l’ambition du gouvernement. Pour y parvenir, nous avons repensé la dématérialisation des services publics à partir de votre expérience et fait de l’accompagnement dans vos démarches une priorité.
- L’objectif de la transformation numérique de l’État : faciliter la vie des Français et que chacun puisse utiliser l’outil numérique partout sur le territoire. Cette profonde transformation ne se fera que si nous permettons à chacun d’y avoir accès. C’est le sens de mon action.
- Il est temps d’accélérer pour permettre à tous les Français d’être à bord de la révolution numérique et d’en bénéficier avec le déploiement du Pass numérique, l’outil Aidants connect, le renforcement des structures comme les Maisons France Service.
- La confirmation de Thierry Breton au poste de Commissaire européen est une excellente nouvelle pour la France et pour l’Europe. Dans la compétition technologique internationale, nous avons besoin de décideurs publics expérimentés et connaisseurs. Hâte de travailler ensemble !

Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances)
- Depuis 2017, l’économie enregistre un solde net de +540.000 emplois. Dans l’industrie, nous venons d’enregistrer le 9e trimestre consécutif de création d’emplois. Du jamais vu depuis près de 20 ans !
- [Gilets jaunes] Ce qui est important pour nous, c'est que ça se passe dans le calme.
- Ravie de voir que Thierry Breton a su réunir les parlementaires européens derrière lui! Nous avons des propositions pour construire une industrie européenne plus compétitive et innovante et renforcer notre marché intérieur. Nous sommes impatients de nous mettre au travail !
- Au Conseil national de l’industrie: faire de la transition écologique une opportunité économique pour tous. J’y porte un message clair : l’industrie doit décarboner ses processus de production et contribuer par sa technologie et sa R&D à décarboner l’ensemble de l’économie.

Brune Poirson (secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire)
Que les entreprises qui passent par des sociétés de courtage pour exporter illégalement leurs déchets plastiques dans les pays émergents l’entendent: Le Gouvernement est intraitable. Elles seront sanctionnées et la loi Antigaspillage fera la transparence

Emmanuelle Wargon (secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire)
L’écologie est une source de progrès et les énergies renouvelables nous aideront à vivre mieux partout en France en respectant la planète.

Marlène Schiappa (secrétaire d’Etat à l’Egalité hommes-femmes et à la Lutte contre les discriminations)
- Nous avons allongé de 10 ans en plus les délais de prescription pour les crimes sexuels commis sur mineur, une victime a désormais jusqu’à l’âge de 48 ans. C’était un engagement de campagne du président Emmanuel Macron, nous l’avons tenu, c’était important pour nous.
- Cela fait des générations que les violences conjugales existent. Pour la 1ère fois, un Premier ministre mobilise tout son gouvernement avec autour de la table les forces de l’ordre, la justice, les soignants, les associations, les élus pour les éradiquer.
- Principe philosophique, politique et juridique, la laïcité doit être mieux défendue.
- C’est insupportable qu’une femme ayant porté plainte une fois, deux fois, sept fois ait été tuée par son conjoint ! Nous agissons : formation des forces de l’ordre ; plateforme de signalement avec 2 unités de police 24/24h ; renfort des moyens et de la connaissance du 3919.
- Non, on ne peut pas appeler au viol des femmes ! Oui à l’humour et au second degré, non à la banalisation des violences sexistes et sexuelles !
- Depuis des générations chaque année 130 à 150 femmes environ sont tuées par leurs conjoints. Je suis révoltée mais je refuse la fatalité, je refuse de m’y résigner. C’est le sens du Grenelle des violences conjugales les choses commencent enfin à bouger. 
- La particularité des violences conjugales c’est que vous vivez sous le même toit que l’agresseur, parfois dormez avec lui et partagez les repas. C’est toute la difficulté pour l’Etat de mettre en place des politiques publiques qui interviennent à l’intérieur des domiciles.
- Je mène un combat contre la culture du viol et croire les femmes en est un préalable. Ne passons pas de la présomption d’innocence pour les hommes accusés à la présomption de mensonge pour celles qui parlent !
- Par principe, je crois et soutiens les femmes qui parlent de violences sexistes et sexuelles vécues. Personnellement, ne ferai donc pas la démarche d’aller acheter une place de cinéma pour le film de Roman Polanski sans pour autant appeler au boycott.
- France: 147 femmes ont été mises à l'abri en 2018 pour «risque élevé» de féminicide.

Laurent Nunez (secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’intérieur)
- Nous menons une action concrète et déterminée dans les quartiers où l'emprise communautaire est très forte : c'est une priorité. Près de 130 débits de boisson, 12 lieux de culte, 4 écoles hors contrat et 9 établissements associatifs ont été fermés depuis février 2018.
- Il n'y a aucune fébrilité du Gouvernement sur les réformes en cours mais beaucoup de sérénité : nous discutons, nous concertons, comme nous y a invité Emmanuel Macron pour aborder l'acte II du quinquennat. Et nous le faisons à notre niveau, Place Beauvau, avec Christophe Castaner.
- Le quotidien Libération s'est procuré un document de travail sur le schéma national du maintien de l'ordre. Il est prématuré d'en tirer des conclusions : rien n'a été validé. Cet article repose en outre sur une appréciation des troubles à l'ordre public totalement dépassée.
- [Gilets jaunes] Ce samedi 16 et dimanche 17 novembre, un dispositif d'ordre public conséquent et adapté sera déployé. À Paris, le préfet de police a établi un arrêté d'interdiction de manifester sur le périmètre des Champs-Elysées et à proximité des lieux sensibles.
- Pour lutter contre l’immigration irrégulière, notre détermination est totale : au plan international avec notamment la régulation de l’octroi de visas ou le renforcement de Frontex ; au niveau national avec la création de places en CRA et l’augmentation des éloignements.
- La menace terroriste reste très élevée mais elle a changé de nature, avec la déliquescence de l'état islamique. Nous redoutons désormais plus le risque endogène, avec des individus dans un processus de radicalisation rapide mais nous restons attentifs à toute alerte extérieure.
- Les autorités turques ont indiqué que des ressortissants français seront expulsés vers le territoire national. Nous sommes dans un processus classique : ces personnes seront prises en charge immédiatement par la Justice à leur arrivée et les majeurs seront placés en détention.

Sibeth Ndiaye (porte-parole)
- Nous avons conscience de la difficulté de l'hôpital public, nous avons fait le choix d'avoir une transformation en profondeur du système.
- Si Agnès Buzyn a la pugnacité qui lui permet de porter un certain nombre de mesures pour l'hôpital, c'est parce que la blouse blanche, elle l'a portée.
- Ce qui a du sens, c'est déjà de nous interroger sur ce qui ne va pas dans l'hôpital public. Nous avons des professionnels de santé dont le pouvoir d'achat s'est atrophié...
- [Réforme des retraites] Elle sera ambitieuse... nous irons jusqu'au bout pour réaliser cette réforme.
- [Les directeurs d’hôpitaux] ont raison de pointer les très grandes difficultés dans lesquelles se trouve l’hôpital public.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Stanislas Guerini (délégué général)
- [Les contrats aidés] Les oppositions nous avaient accusés de tous les maux lors de cette réforme. Pourtant, grâce à elle, ce sont des milliers de gens qui ont pu trouver un emploi durable et sortir de la précarité. Face aux postures, nous choisirons toujours l'efficacité !
- Avec cette décision historique, celle d'aligner toute son activité sur les objectifs de l'accord de Paris ou encore de mobiliser 1000Md€ pour la planète, la banque européenne du climat, engagement majeur d'Emmanuel Macron, voit le jour !
- Félicitations à Thierry Breton qui a su démontrer qu'il sera à la hauteur du portefeuille hautement stratégique dont dispose la France à la Commission européenne. Le futur de l'Europe et des Européen(ne)s est entre de bonnes mains !

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
- Le sens de la réforme des retraites est celui de l’égalité et de la pérennité. Notre rôle : écouter, négocier et agir. Notre but : convaincre. Nous irons au bout de notre engagement pour l’avenir des retraites des Français.
- Notre difficulté c'est d'articuler des réformes de fond, qui peuvent mettre du temps, et d'apporter des réponses de plus courts termes pour toutes les catégories de populations qui se dévouent au service public.
- Nous avons tous changé avec les gilets jaunes. Nous apprenons. Les gilets jaunes ont été une secousse pour le pays, qui nous a poussé à un devoir d'humilité.

Huguette tiegna (députée)
La Seconde délibération sur l’amendement prolongeant l’avantage fiscal sur l’huile de palme s’est terminée par un vote contre. Plus que jamais nous devons continuer le combat écologique et lutter contre toutes formes de déforestation.

Brigitte Bourguignon (députée)
Le Président Emmanuel Macron a rappelé l’attachement des Français à l’hôpital public. Les personnels soignants expriment aujourd’hui un sentiment légitime d’abandon. Nous avons entendu ce cri d’alarme: Edouard Philippe annoncera un plan d’urgence avec des décisions fortes mercredi.

Monique Iborra (députée)
- [Contrats aidés] Ils sont plus efficaces car privilégient d’abord qualité, ils représentent moins u  effet d’aubaine qu’ils sont plus rigoureux par la formation de ceux qui en bénéficient ce qui permet accès à un emploi pérenne et lutte donc contre précarité. 100 000 contrats aidés ont été mis à la disposition des préfets.

Thomas Mesnier (député)
- Dire on veut 1, 2, 3 milliards ne suffit pas ! Il faut fixer des objectifs, redonner du sens à l’hôpital public. Lui redonner de l’attractivité pour nos soignants, investir pour le moderniser. Il est au cœur de notre promesse républicaine. 
- Ma Santé 2022, Mission urgences, augmentation des tarifs hospitaliers la plus importante depuis dix ans, nous agissons depuis 2017. Des mesures complémentaires sont nécessaires, Agnès Buzyn fera un certain nombre d’annonces en ce sens la semaine prochaine.

Stéphanie Rist (députée)
L’hôpital public est dans le cœur des citoyens. Il arrive encore à faire la charité et à être moderne : c’est un vrai miracle. Il faut persévérer pour qu’il continue de le faire! C’est notre objectif avec le plan de transformation Ma Santé 2022.

Olivier Véran (député)
On sécurise le financement des hôpitaux de proximité, ces hôpitaux situés dans les campagnes surtout, en tenant compte de la population.

●MoDem
Sarah El Hairy (porte-parole)
- [Gilets jaunes] Force doit rester à la loi. (...) On a des instances, on est dans un pays de droit.

Bruno Millienne (député)
Nous avons pris nos responsabilités, collectivement, pour faire respecter la parole du parlement et le vote de l’an dernier concernant la fin de l’avantage fiscal pour l’huile de palme. Une avancée réelle. Merci aux collègues, de tous les bancs. Ne remettons pas cela chaque année.

Erwan Balanant (député)
- Un élève sur dix, victime de harcèlement scolaire : il faut développer de nouveaux outils juridiques pour protéger nos enfants du rejet et de la haine
- Amendement adopté! Pour aider les femmes victimes de violences, je propose d'appliquer le même dispositif fiscal qui existe pour les associations de lutte contre la grande pauvreté à celles qui luttent contre les violences conjugales.

Isabelle Florennes (députée)
J'apprécie la réaction de Franck Riester [sur l'affaire Polanski]. (...) Je suis choquée et je découvre les témoignages de ces femmes. (...) On est passé à une autre époque avec MeToo et les différents mouvements citoyens. Nous ne pouvons pas rester indifférents.

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
L'huile de palme dont la plantation ravage les forêts et menace les orangs-outans n’est pas un biocarburant!

●Mouvement radical
Laurent Hénart (président)
[Communiqué : Lyon II : Au-delà de l’émotion, le Mouvement Radical appelle à une réforme ambitieuse garantissant l’égalité des chances à tous les étudiants] Le Mouvement Radical comprend la légitime émotion suscitée par l’immolation d’un étudiant de l’Université Lyon II. Ce geste désespéré pose notamment la question de l’orientation des étudiants et de la valeur certificative des diplômes et notamment du baccalauréat. Pour éviter ces désillusions aux conséquences parfois dramatiques, les Radicaux se sont prononcés, dès juillet 2017, pour un profilage des admissions. Ils ont proposé de mettre en œuvre, dans le respect de l'autonomie des universités et en accord avec les acteurs économiques, des poursuites d'études universitaires adaptées et sécurisées pour les bacheliers technologiques et surtout professionnels. Ce triste événement met aussi en lumière la dégradation de la condition étudiante et notamment leurs difficultés croissantes d’accès au logement au cœur des métropoles. Dès la rentrée 2019, le Mouvement Radical avait proposé des mesures concrètes en faveur du logement étudiant : accélérer et amplifier le plan « 60 000 logements étudiants 2022 », rendre public par l’Observatoire de la Vie étudiante, au moment des choix d’inscription des étudiants, des comparatifs du coût de la vie dans les villes, accentuer la décentralisation de la politique du logement afin de permettre aux collectivités d’apporter une réponse adaptée, revaloriser le montant des bourses pour faire face à l’augmentation du coût des études, mieux informer les étudiants sur l’existence du dispositif Visale, lancé en janvier 2016, qui dispense l’étudiant de fournir une caution personnelle pour l’obtention de son logement. Par ailleurs, le développement du logement social étudiant en centre-ville pose la question de la mixité sociale de ces zones urbaines. Les métropoles doivent avoir la volonté de maintenir ces populations à proximité des centres universitaires et l’Etat doit leur donner les moyens de le faire. Dans cette perspective, les fonds disponibles pour financer le logement social pourraient être utilisés pour créer des foyers d’accueil étudiants/jeunes actifs, confrontés au même problème, en sus des 60.000 logements déjà annoncés. Plus généralement, si nous voulons que la réussite de nos jeunes ne dépende plus de l’état de fortune de leurs parents, il nous faudra raisonner à partir du reste à charge des familles, quelles que soient les charges induites par la localisation de l’Université qui n’est pas leur fait.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire