mercredi 4 décembre 2019

Propos centristes. France – Qualité de l’éducation; protection des océans; Otan; COP25; profanation d’un cimetière juif; réforme des retraites; grève du 5 décembre; Taxe Gafa; place des handicapés dans la société; égalité hommes-femmes…

Voici une sélection, ce 4 décembre 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Ma position sur l'OTAN a provoqué des réactions. Je l'assume. Si nous investissons de l'argent et engageons la vie de nos soldats sur des théâtres d'opérations, nous devons être clairs sur les fondements de l'OTAN. Demain, je défendrai les intérêts de la France et l'Europe.
- Les Juifs sont et font la France. Ceux qui s'attaquent à eux, jusque dans leurs tombes, ne sont pas dignes de l’idée que nous avons de la France. L'antisémitisme est un crime et nous le combattrons, à Westhoffen comme partout, jusqu'à ce que nos morts puissent dormir en paix.
- La liberté a souvent, hélas, le goût du sang versé. Loin de France, ce 25 novembre, 13 de nos soldats sont tombés.
- J’aime le caractère des marins, qui n’ont pas peur du risque. [Même quand tous] ne sont pas tous d’accord, au sein d’un équipage ce qui arrive parfois, ils savent que, quand il faut prendre la mer, les désaccords restent derrière. (…) Il y a un équipage. Et un seul. Et c’est cet équipage qui arrive au port, ou pas. Qui réussit la mission, ou pas. Et donc j’aime cet esprit, ce caractère, qui regarde l’horizon, même dans la tempête. Car [les marins] sont solidaires, quelles que soient leurs origines. Car ils ont cet esprit d’équipage qui, seul, permet de faire de grandes choses. Oui, notre pays, aujourd’hui, a besoin de cet esprit d’équipage, de regarder l’horizon. (…) le reste, ça vaut pour ceux qui ne prennent jamais la mer et qui ne veulent pas la prendre Il y en a, parfois.
- L'oxygène que nous respirons ? L'océan en produit plus de la moitié. L'océan est notre poumon, un poumon qui menace aujourd'hui de s'étouffer. Le protéger est un impératif au moins aussi grand que celui de la préservation de l’Amazonie, notre autre poumon.
- Pour lutter contre l'acidification qui mine la biodiversité, le réchauffement des eaux ou les déchets qui s'accumulent, la France a un atout : elle est présente - grâce aux territoires d'outre-mer - sur tous les océans. Partout, c'est en voisin et non en voyageur qu'elle agit.
-Sur le sujet de la biodiversité, nous montrons l’exemple avec 24% de nos espaces maritimes protégés (contre 1 % il y a seulement dix ans). Et j’ai fixé l’objectif d’atteindre 30% d’espaces maritimes protégés, dont un tiers en pleine naturalité, d’ici 2022.
- Nous montrons l’exemple aussi lorsque nous limitons la production des déchets : les assiettes et gobelets à usage unique seront interdits dès le 1er janvier 2020, comme nous l’avions déjà fait pour les sacs plastiques en 2015. C’est autant de déchets en moins dans nos océans.
- La France sera à l'avant-garde dans les instances internationales pour la défense et la protection des océans. L’occasion du prochain Congrès mondial de la nature en juin 2020 devra ainsi être l’occasion pleinement saisi par les États pour promouvoir l’océan comme bien commun.
- Comment exploiter durablement les ressources océaniques sans compromettre l’équilibre de ces écosystèmes ? Une station de recherche sera installée sur les îles Éparses dès l'année prochaine comme je m'y étais engagé et un Programme prioritaire de recherche Océans et climat créé.
- Protéger la biodiversité, c’est par exemple protéger les cétacés. Depuis 2019, les captures accidentelles doivent être déclarées. Nous interdirons aussi d’approcher les cétacés à moins de 100m dans les aires protégées afin qu’ils ne soient pas dérangés par les activités humaines.
- Protéger la biodiversité, c’est aussi protéger nos récifs coralliens. La France est le 4ᵉ pays corallien au monde. Aujourd’hui nous protégeons 2/3 de nos récifs par des aires marines protégées. En 2025, je souhaite que la totalité de ces récifs soient protégés.
- Je l'affirme : nous pouvons concilier pêche et protection de la biodiversité. À l’échelle européenne, dès l’année prochaine, le respect des prélèvements de poissons garantira le renouvellement des réserves pour 90% des stocks soumis à quota.
- Sur le sujet du climat, nous agissons également. Les armateurs français ont pris l'engagement lors du G7 de Biarritz de promouvoir, auprès de l'Organisation maritime internationale, l'abaissement de la vitesse des vraquiers afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
- L’État sera au rendez-vous dans le domaine de l’éolien en mer. Il y a quelques mois, la construction du premier parc éolien français en mer a été lancé à Saint-Nazaire. Je veux confirmer que le mouvement va se poursuivre.
- [Réforme de l’ISF] On ne réforme pas le capitalisme si on est «les faibles. L’on doit avoir un capital français plus fort. Nous, on a traditionnellement plutôt un pays où on aime beaucoup taxer les gens qui deviennent riches chez nous, pour ensuite beaucoup dépendre des gens qui sont riches à l’étranger et dire «c’est pas bien». Et on se fait massacrer nos entreprises. Enfin c’est quand même ce qu’il s’est passé depuis trente ans!
- Ceux qui me connaissent savent que je fonctionne par impatiences – successives et répétées – et entêtement.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Edouard Philippe (Premier ministre)
- Nous voulons que la situation des personnes handicapées ne soit jamais négligée dans les politiques publiques que nous mettons en œuvre. C’est l’engagement que nous portons.
- Révolte et dégoût face aux inscriptions antisémites dans 2 communes du Bas-Rhin. Les auteurs de ces actes doivent être retrouvés et punis. Dans notre République, on respecte les lieux de culte, on respecte les cimetières. Quelle que soit la confession, ou l’absence de confession.
- Chaque euro cotisé par chaque Français, quel que soit son statut, offrira les mêmes droits. C’est une solidarité nationale, où chacun contribuera à hauteur de son travail.
- Depuis quelques années, des phénomènes climatiques intenses se reproduisent avec une régularité accrue. Ceux qui ignorent ces signes commettent une erreur profonde. Nous avons encore des partenaires à convaincre.
-Je ne suis pas un «collapsologue». Je pense tout à fait possible de bâtir un modèle économique qui produise des richesses sans gaspiller, sans contaminer, ni détruire. La décroissance, c’est déjà un renoncement.

Christophe Castaner (ministre de l’Intérieur)
- Profaner une sépulture, c’est l’expression de la haine à l’état pur. Je me rendrai ce matin au cimetière juif de Westhoffen, aux côtés de Jean-Louis Debré, pour apporter mon soutien mais aussi témoigner de la solidarité de l’État à ces familles dont on a souillé la mémoire. (…) Ces actes abjects et répugnants sont une injure aux valeurs de notre République : tout est mis en œuvre pour qu’ils ne restent pas impunis. Nos services de gendarmerie sont mobilisés pour identifier et interpeller leurs auteurs.
- [Grève du 5 décembre] Il y aura des black bloc et des gilets jaunes radicaux [dans les manifestations]. (…) 245 rassemblements et défilés ont été déclarés en préfecture.

Jean-Yves Le Drian (ministre des Affaires étrangères)
Je me réjouis de la ratification par la France du protocole au traité de l’Altantique Nord sur l’accession de la Macédoine du Nord. Je salue ce développement important pour la sécurité et la stabilité de l’espace euro-atlantique.

Nicole Belloubet (ministre de la justice)
- [Grève du 5 décembre] Le gouvernement est tout à fait calme et déterminé. (…) Les mesures de sécurité ont été prises. (…) [Christophe Castaner et Laurent Nunez sont] arc-boutés sur l’exigence de sécurité. (…) S’il y a des débordements, la justice sera prête à répondre.
- [Réforme des retraites] Il a toujours été clair que nous serions prêts fin décembre. (…) Nous sommes dans une période de négociations intenses avec les organisations syndicales.

Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances)
- Le capitalisme du 20e siècle est fini. Refonder le capitalisme pour un projet plus juste, c’est ce à quoi nous devons tendre. 
- Tant que les géants du numérique continueront à payer 14 points d’impôt de moins qu’une PME, nous nous battrons pour mettre en place une taxation internationale du numérique. C’est une question de justice et c'est ce qui nous a amenés à adopter une taxation.
- Accélérons dans l'affirmation de la place des femmes dans la société française. Trouvons des solutions réelles pour renforcer l'égalité femmes-hommes dans l'économie, à tous les niveaux.
-Le combat pour l'égalité femmes-hommes est un combat économique car la réussite de notre pays en dépend ! C'est aussi un combat culturel : cette égalité doit devenir une réalité partout dans la société française.
- Un projet de taxation du numérique à l’échelle internationale est sur la table de l’OCDE. La France a dit oui à ce projet. Nous attendons la réponse américaine. Si les États-Unis disent non, cela veut dire qu’ils ne respectent pas l’engagement pris fin août au G7.
- Le projet de sanctions américaines est tout simplement inacceptable. La taxation française sur les géants du numérique vise à rétablir de la justice fiscale. Elle ne vise pas seulement les entreprises américaines mais aussi les entreprises chinoises ou européennes.

Elisabeth Borne (ministre de la Transition écologique et solidaire)
- [Grève du 5 décembre] Ce sont des inquiétudes. Cela ne peut pas être un rejet, les modalités de la réforme des retraites ne sont pas connues.
- [Grève du 5 décembre] On a demandé aux VTC de ne pas multiplier par quatre leurs tarifs.
- [Grève du 5 décembre] Tous les responsables politiques qui appellent à manifester doivent aussi appeler à le faire dans le calme et surtout sans violence
- [Réforme des retraites] Depuis le début, la CGT refuse de discuter.
- La COP25 qui s’ouvre à Madrid place la communauté internationale face à une triple responsabilité : l’échec du repli sur soi, la nécessité de réhausser l’ambition, et le rôle historique de l’Europe.

Jean-Michel Blanquer (ministre de l’Education)
- [La France se classe en 22e position de Pisa 2018] C’est un résultat auquel je m’attendais. On a stabilisé notre situation. Notre objectif est évidemment le rebond. Ce qui est important c’est de regarder dans le détail ce que dit Pisa des résultats de nos élèves de 15 ans et d’en tirer des conséquences sur notre stratégie éducative. J’observe notamment que le taux de non-réponses a baissé. C’est le signal que nos élèves ont davantage confiance en eux. Au-delà du classement et des points par pays, il y a des éléments plus approfondis à mettre en avant, comme la formation des professeurs, la confiance en soi des élèves, l’aide personnalisée... Aujourd’hui je vois la cohérence entre ce que nous avons engagé depuis plus de deux ans et les enseignements de Pisa 2018.
- Il faudrait que l’on puisse rester ministre de l’Éducation pendant dix ans! Je ne plaisante qu’à moitié quand je dis cela car l’éducation s’inscrit dans le temps long. Je suis conscient qu’il faut creuser un sillon qui, au-delà de ma petite personne, passe par des logiques d’équipe et dépasse les clivages politiques. Il y a des premiers résultats à court terme et d’autres qui viendront à moyen et long terme. Aujourd’hui, les dédoublements de classes de CP et CE1 et l’ensemble des mesures pédagogiques pour l’école primaire nous donnent des résultats très encourageants. Après, ce sera Pisa 2027 qui donnera des indications sur les fruits de cette politique, dont on doit espérer qu’elle devienne de plus en plus consensuelle chez les Français. Un cercle vertueux doit s’enclencher, avec une vision partagée sur ce qui fait réussir un système scolaire. Or, les travaux et les études connus de tous identifient clairement ces leviers. C’est pour cette raison que j’ai créé un conseil scientifique de l’éducation nationale et que les réformes portent sur les facteurs bien identifiés de réussite de l’école.
- Nous sommes en train de transformer l’éducation prioritaire. Nous avons notamment dédoublé les classes de CP et CE1 car nous menons le combat contre les inégalités qui se jouent dès les premières années de la vie au travers notamment du langage écrit et parlé. Nos programmes scolaires ne sont pas en cause. Nos meilleurs élèves sont dans une bonne moyenne internationale. En revanche, les élèves les plus fragiles sont nettement moins bons que la moyenne internationale. C’est sur ces 20 à 30% d’élèves les plus fragiles que nous devons concentrer de grands efforts. Par l’éducation, nous répondons à bien des problèmes sociaux de la France qui se concentrent sur certains élèves, notamment dans la France périphérique et dans certaines banlieues de nos grandes villes.
- Le Royaume-Uni a pris très au sérieux les enseignements de la recherche. Les deux pays qui progressent le plus sont l’Irlande et la Pologne. Ils progressent parce qu’ils ont adopté des méthodes pédagogiques dont l’efficacité est attestée par l’expérimentation. Ce que le mathématicien Zbigniew Marciniak de l’Université de Varsovie a fait pour améliorer l’apprentissage des mathématiques en Pologne, nous sommes en train de le faire en France grâce au plan mathématiques conçu par Cédric Villani et Charles Torossian en développant les manipulations, le plaisir de résoudre un problème, l’esprit pratique.
- Dans tous les pays occidentaux, on observe une baisse de la lecture et de l’activité physique à partir de la classe de 6e. On voit bien que c’est la société des écrans qui a pris la place de ces deux activités, qui sont pourtant fondamentales pour l’épanouissement de l’adolescent. Nous sommes en train de redresser cela. Quand on offre les fables de La Fontaine à chaque élève de CM2, ce n’est pas anecdotique. Nous travaillons aussi avec le ministère de la Culture pour enrichir les bibliothèques des écoles, notamment dans les zones les plus éloignées de l’offre culturelle. Je crois au rebond de la lecture plaisir grâce à notre stratégie actuelle qui fait de la lecture la première des priorités.
- L’encouragement de la lecture est un sujet majeur. Nous allons d’ailleurs déjà dans ce sens avec beaucoup d’écoles et d’établissements qui ont institué un quart d’heure de lecture par jour. Je crois aux contagions positives. C’est d’ailleurs la méthode utilisée par le Royaume-Uni que vous citez en exemple. Une plateforme, véritable laboratoire de pratiques pédagogiques, permet de mutualiser les meilleures expériences.
- Le lien de confiance entre les professeurs et les élèves est un levier essentiel de progrès. De ce point de vue, le dispositif «Devoirs faits», proposé dans tous les collèges, avec, certes, une hétérogénéité, est le point avancé des évolutions souhaitables. Car ce dispositif, très social et pédagogique, favorise les interactions. Nous allons le développer à l’école primaire. Cette logique «devoirs faits» va aussi se déployer, en concevant différemment le temps du professeur et le temps de l’élève, avec des temps magistraux, d’autonomie et de travail en équipe.
- À partir de 2020, nous allons développer une logique d’évaluation des établissements. Les établissements seront évalués tous les cinq ans. Outre leurs performances pédagogiques et le climat scolaire, l’évaluation portera sur leur capacité à développer une aide personnalisée pour ceux qui en ont le plus besoin. Cela fait partie des petites révolutions portées par la loi sur l’école de la confiance. Nous allons aussi développer les postes à profil afin de mieux faire coïncider les talents des professeurs et les besoins des élèves.
- La formation initiale et continue des professeurs est un facteur essentiel de progrès de tous les systèmes éducatifs. Nous agissons simultanément sur les deux leviers en renforçant la formation initiale et en offrant une formation continue au plus près des besoins des professeurs.
- [Réforme des retraites] Un changement profond suscite toujours des inquiétudes et des questionnements. Nous avons fixé des principes rassurants. À travers les déclarations du président et du premier ministre, nous nous sommes engagés à ce que les pensions des professeurs ne baissent pas. Hier matin, j’ai organisé le troisième rendez-vous sur les retraites avec les partenaires sociaux. Nous sommes dans une opportunité historique d’avoir un système plus juste pour tous les Français, qui s’accompagnera pour les professeurs d’un niveau équivalent de pensions, et d’une amélioration des rémunérations. Les plus jeunes enseignants seront les plus concernés. Pour que leurs pensions ne baissent pas, il faut que nous augmentions leur niveau de salaire par des modalités qui peuvent être, entre autres, des primes. Cette réforme est aussi l’occasion d’envisager ce que peut être un professeur au XXIe siècle, ses conditions de travail, son entrée dans la carrière, ses missions …
- [Réforme des retraites] Les pensions ne baisseront pas et nous sommes d’ailleurs dans une période de dialogue social intense avec les syndicats à qui j’ai remis une lettre qui garantit tout cela. Les éléments de cadrage vont être précisés à partir de la semaine prochaine avec la prise de parole du premier ministre.
- Sur la réforme des retraites, ma lettre aux Professeurs: -les pensions ne baisseront pas. Pour y arriver, les rémunérations augmenteront sur l’ensemble de la carrière. C’est l’objet du dialogue social qui est mené sur cette question depuis la rentrée.
- [Syndicats d’enseignants très critiques à l’égard de la réforme du lycée] Certains professeurs disent cela, mais j’en vois aussi qui sont très satisfaits de la réforme du lycée, qui en saisissent le sens. Un professeur de CE1 de Rep+ (éducation prioritaire renforcée), qui a douze élèves par classe et touche une prime annuelle de 2000 euros, ou un professeur de sciences physiques, qui voit arriver des programmes plus ambitieux et des élèves ayant choisi sa matière par plaisir, comprend le sens et l’intérêt des réformes. Au bout de deux ans et demi, nous observons d’ailleurs un taux d’approbation des mesures assez exceptionnel, au-delà de 50 % pour la plupart d’entre elles. Le chemin des réformes est en réalité compris et souhaité par la majorité des Français.

Agnès Buzyn (ministre de la Solidarité et de la Santé)
Grand âge et autonomie: l'Etat prendra sa part pour orienter l'action, appuyer les dynamiques locales et construire avec les départements l'accompagnement des personnes âgées.

Didier Guillaume (ministre de l’Agriculture)
- [Réforme des retraites] Aujourd'hui, notre régime de retraite est trop complexe, il est injuste et fragile économiquement (...) Dans cette réforme, il n'y a aucune stigmatisation.
-Réforme des retraites] Nous voulons de l'équité et de la justice. La réforme des retraites sera très favorable aux agriculteurs. Ils partent de tellement bas que forcément ils vont y gagner.
- [Réforme des retraites] C'est l'avenir de notre société qui est en jeu (...) Ce n'est pas l'avenir du quinquennat qui se joue mais celui de nos enfants et petits-enfants.
- [«Agribashing»] On ne peut pas continuer à sans cesse critiquer les agriculteurs. Je veux être le bouclier. J'aime l'agriculture.

Franck Riester (ministre de Culture)
Pour que l’audiovisuel parle à tous, il faut qu’il parle de tous. Le handicap, nous devons plus le montrer et plus en parler. Mais nous devons surtout mieux le montrer et mieux en parler! C’est l’objectif de la charte du csa signée par les groupes audiovisuels français.

Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics)
- 39 cités administratives vont bénéficier du plan de rénovation de 1 milliard d'euros sur 5 ans. Nous allons rendre la présence de l'Etat plus visible dans les territoires.
- Le gouvernement suivra les recommandations de la Cour des comptes. Beaucoup valident nos orientations pour lutter contre la fraude : mieux prévenir, détecter & sanctionner. La plupart sont reprises dans le Budget 2020, par exemple la lutte sans précédent contre la fraude à la TVA.

Muriel Pénicaud (ministre du Travail)
Nous agissons pour valoriser les compétences des personnes en situation de handicap et élargir leur champ des possibles.

Julien Denormandie (ministre de la Ville et du Logement)
- Le logement est une question essentielle en outremer. Nous avons signé avec Annick Girardin un plan logement qui donne un nouvel élan pour les prochaines années et répond aux défis: produire du logement abordable; lutter contre l’habitat indigne.
- Le système actuel des retraites se meurt du fait d'avoir autant de régimes différents, une illisibilité aussi forte, et des inégalités aussi criantes.

Frédérique Vidal (ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation)
Le budget spatial de 14.4Md€ adopté lors de la conférence ministérielle Space 19 plus est à la hauteur de nos ambitions! Avec un engagement de 2.7Md€, la France témoigne de la priorité qu'elle accorde au secteur spatial et à l'Europe de l'espace.

Adrien Taquet (secrétaire d’Etat à la Protection de l’enfance)
- Plus de 23000 enfants en situation de handicap à l'école depuis 2017; plus de 9000 emplois d'accompagnants ; un forfait de consultations précoces pour les enfants avec des troubles autistiques; plus de 30% pour le complément mode de garde; un bonus pour les crèches inclusives.
- Les enfants en situation de handicap sont au cœur de la Stratégie nationale de prévention et de Protection de l’enfance. En cette Journée internationale des personnes handicapées, le gouvernement se mobilise pour rappeler les avancées et ouvrir de nouveaux chantiers.
- On n’arrête pas d’être parent quand on franchit les portes de son entreprise : être une mère ou un père heureux fait des salariés heureux (et plus efficaces).

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé du numérique)
- Neutralité du net, 5G: des approches différentes mais des préoccupations partagées, discutées avec le président la FCC, Ajit Pai. Nous devons continuer à travailler avec les Etats-Unis pour trouver le bon équilibre entre souveraineté et ouverture de nos réseaux.
-Échange avec Michael Kratsios, directeur de la Technologie de la Maison Blanche. Nous devons travailler avec les États-Unis pour promouvoir un monde numérique conforme à nos valeurs. C’est l’avenir de nos démocraties qui est en jeu.

Gabriel Attal (secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education)

Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances)
- On peut tout bloquer le 5décembre2019 et vouloir l'immobilisme. Mais la réalité aujourd'hui c'est que nos régimes de retraites sont à bout de souffle. Il serait irresponsable d'insulter l'avenir de nos enfants en laissant les choses en l'état.
- L'objectif du Gouvernement est de créer un régime de retraites unique. Que chaque Français faisant le même métier cotise de la même manière pour avoir la même retraite. C'est un principe de base qui fait que le comptable de la RATP sera traité comme celui de BFMTV.
- L'objectif de la réforme des Retraites est partagé par les Français. Aujourd'hui le système est à bout de souffle. Le principe de la réforme est un principe de bon sens
- Le Gouvernement est à l'écoute des commerçants et des artisans pour les accompagner dans des moments difficiles pour leur activité. Ces prochains jours, nous ferons en sorte, en fonction de leurs besoins, de répondre à leurs préoccupations.
- Nous avons adopté un plan d’action ambitieux pour augmenter le nombre de femmes dans l’industrie. Un secteur ne peut pas se priver de 50% de la population active. C’est un enjeu de recrutement des talents, de croissance pour les entreprises et de performance!
- Loi PACTE a créé le statut du conjoint collaborateur qui garantit des droits aux femmes d’artisans, de commerçants et d'agriculteurs qui travaillaient dans l’ombre de leur mari et se retrouvaient sans retraites ou protection sociale au décès ou divorce de leur conjoint.
- Création du Conseil de la Mixité et de l’égalité professionnelle dans l’industrie, avec feuille de route selon 3 axes: éducation et formation; orientation pour faciliter l’entrée dans le secteur; garantir aux femmes un parcours professionnel valorisant et une juste rémunération. Enfin, nous devons mettre en valeur les femmes qui réussissent, des rôles modèles. J’ai lancé en octobre le «Grand défi IndustriElles» pour repérer et rassembler 1000 femmes ambassadrices dans l’industrie, des femmes partout en France, dans tous les métiers.

Christelle Dubos (secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Solidarité et de la Santé)
- En votant le Budget 2020, l'Assemblée Nationale donne le feu vert au service public de versement des pensions alimentaires. Cette révolution pour les familles qui perçoivent une pension alimentaire sera déployée au 1er juin 2020.
- Il faut aussi parler d’égalité économique entre les femmes : selon que vous êtes en couple, seul, en activité, en insertion professionnelle, en formation, vous n’avez pas le même accès aux modes de garde. Est-ce que cela veut dire que vous en avez moins besoin? Non.
- Si l’on veut parler d’égalité économique entre femmes et hommes, il faut parler de la garde d’enfant. Sans la garantie que chaque enfant ait un mode de garde accessible à sa famille, il n’y aura pas d’égalité économique.

Marlène Schiappa (secrétaire d’Etat à l’Egalité hommes-femmes et à la Lutte contre les discriminations)
- Je tiens à dire aux retraités qui nous regardent qu’aucune pension ne va baisser. Rassurons sur ce sujet. Contrairement à ce qui a été dit, la réforme des retraites n’aura aucun impact sur ce que touchent les retraités actuellement.
- Parmi les femmes retraitées, 38% touchent moins de 1000€ par mois! Le gouvernement veut permettre à chaque femme de vivre dignement à tous les âges de la vie. Le seuil minimal de 1000€ apportera une solution.
- [Grève du 5 décembre] Je ne mélange pas les gens qui, de bonne foi, ont des inquiétudes, et des gens qui manipulent.
- 9 à 27% d’écarts de salaires entre femmes et hommes c’est inadmissible. Avec Bruno Le Maire nous travaillons avec Muriel Pénicaud pour mettre fin à ces inégalités et faire en sorte que les femmes soient payées pour leurs compétences.

Laurent Nunez (secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’intérieur)
- La République est partout chez elle. Contre le poison du communautarisme et celles et ceux qui considèrent que la loi de dieu est supérieure aux lois de notre pays, nous nous mobilisons et nous agissons. C’est un combat essentiel et notre détermination est totale.
- En marge du conseil affaires intérieures de l’UE, à Bruxelles, hier, j’ai pu échanger avec le ministre délégué grec en charge des migrations sur l’appui que l’Europe et la France peuvent apporter à son pays, qui fait un nouvelle fois face au défi migratoire.

Sibeth Ndiaye (porte-parole)
Retraites: deux ans de travaux avec les partenaires sociaux dont 350 consultations depuis septembre, 180 000 visites sur la plateforme en ligne, plus de 200 débats citoyens animés partout en France par nos parlementaires et par Emmanuel Macron, Edouard Philippe et JeanPaul Delevoye.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

- Notre système actuel de retraite est fragile, inégalitaire et inadapté au monde tel qu’il est. Réformer c’est garantir : une revalorisation pour les femmes, un système plus juste, et un âge de départ adapté au monde du travail d’aujourd’hui.
V Oui, le futur régime universel de retraite propose bien une retraite minimum de 1 000 euros pour tous les Français.

Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)

Stanislas Guerini (délégué général)
Plan d’urgence pour les hôpitaux, rémunération des «proches aidants», réindexation des petites retraites sur l’inflation... Nous avions promis d’agir pour nos soignants et pour plus de justice sociale. Avec le vote du budget 2020, c’est chose faite.

Pierre Person (délégué général adjoint)
Vote du budget 2020 à l'Assemblée Nationale. Un budget en faveur d'un système social plus juste: plan d'urgence pour les hôpitaux, réindexation des petites retraites sur l'inflation, contraception remboursées pour les mineures, indemnisation du congé des proches aidants.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
V Une profanation de trop. Incompréhension, écœurement, colère. Nous dénonçons ces actes inqualifiables qui sont une injure à nos valeurs. Nous sommes déterminés à lutter sans relâche contre l’antisémitisme et la résurgence des haines.
- A l’initiative de notre collègue Sylvain Maillard, Assemblée Nationale endosse la définition de l’antisémitisme de l’IHRA(Alliance internationale pour la mémoire de l’holocauste), dans le respect des convictions de chacun de ses membres. Fierté de LaREM d’avoir permis ce débat public.
- Avec le gouvernement notre groupe LaREM fait de l’accompagnement des personnes en situation de handicap une priorité concrète: allocation adulte handicapé à 900€/mois ; scolarité améliorée et aide à la garde d’enfant.

Aurore Bergé (porte-parole)
[Réforme des retraites] Notre enjeu est de sauver notre modèle de solidarité, sauver notre système par répartition. Et créer un système plus égalitaire entre les Français.

Laetitia Avia (députée)
Quand le duo François Ruffin/Thomas Piketty se répand en FakeNews. Les hauts salaires cotiseront comme tout le monde (28%) pour les mêmes droits à la retraite que tous jusqu’à 10k€. Au delà 10k€ ils paieront un impôt supplémentaire (2,8%) pour le seul bénéfice de la solidarité.

●MoDem
Nathalie Avy Elimas (députée)
L'Assemblée Nationale a adopté définitivement le projet de loi de financement de la sécurité sociale. Budget social 2020: mesures d'ampleur pour l'hôpital, ouverture de droits pour les aidants, investissement pour le grand âge et l'autonomie, parcours de soins post-cancer.

Isabele Florennes (députée)
Pendant des années, tous les gouvernements successifs, ont renoncé à faire une réforme du système (..) nus voulons une réforme du système universelle (..) avec des garanties pour la justice pour tous (..).

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
- On ne peut pas refuser d'assumer nos propres retraites et laisser une facture de onze milliards d'euros par an à nos enfants. Travailler 37 heures par semaine permettrait d'équilibrer les retraites sans repousser l'âge de départ!
- Il est parfaitement légitime de poser la question de la place de la Turquie dans l'OTAN après la trahison des Kurdes qui ont combattu Daech.
- La France a commis une erreur absolue avec cette taxe GAFA. Ce n'est pas une taxe sur les géants du numérique mais une taxe répercutée sur les citoyens français, les artisans et commerçants qui sont leurs clients.  Je l'avais dénoncé lors des élections européennes.
- Il n'est pas normal que les fonctionnaires aient refusé de répondre sur la fraude sociale. Soit c'est de la rébellion, soit ils ne savent pas répondre et ça veut dire qu'ils ne savent pas ce qu'ils font de notre argent.
- Le véritable problème au Mali, c'est l'absence d'Etat malien dans des zones entières du pays, où les djihadistes remplacent l'Etat !

Hervé Marseille (président du groupe Union centriste au Sénat)
Écœuré par ces actes odieux et lâches perpétrés au cimetière juif de Westhoffen L’antisémitisme doit être combattu sans relâche. Soutien aux familles touchées au cœur par cette profanation et aux habitants choqués par ces actes haineux.

●Mouvement radical
Laurent Hénart (président)
[Communiqué: Taxe GAFA: Trump veut bannir le Roquefort des États-Unis] «Il est inadmissible que les produits français soient pris en otages par Donald Trump», s’insurge Laurent Hénart, Président du Mouvement Radical. En octobre déjà, les Etats-Unis avaient mis en place des tarifs douaniers punitifs sur des produits européens et notamment sur le vin français, en représailles contre des subventions accordées à Airbus au détriment de Boeing. Aujourd’hui, en riposte à l’instauration de la taxe GAFA en France, Washington menace de surtaxer des produits français (fromages, sacs à main, cosmétiques, vins pétillants…) jusqu’à 100%. «Nous n’accepterons pas de voir le Roquefort et le champagne bannis des tables de Noël américaines. L’Europe doit se montrer unie et ne pas céder au diktat d’un président américain, déjà en campagne pour sa réélection», renchérit Laurent Hénart. «Nous demandons que la nouvelle Commission européenne qui vient d’être installée, réagisse sans tarder à ces menaces américaines et préserve les intérêts français et européens. S’il y a des sanctions américaines, nous voulons une réponse immédiate et appropriée de l’Union européenne», poursuit Laurent Hénart pour qui «la proposition française de taxe GAFA pourrait être remplacée par un accord mondial sur le numérique qui permettrait à chaque état où sont déployées les activités des GAFA de recevoir de justes recettes fiscales alors que les géants du numérique en éludent une grande partie aujourd’hui.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire