mercredi 15 janvier 2020

Une Semaine en Centrisme. La France incapable de s’adapter à la réalité pour en profiter?

Une majorité de Français a soutenu le mouvement des gilets jaunes et une majorité d’entre eux fait de même pour les grévistes qui s’opposent à la réforme des retraites…
A chaque fois qu’un changement pour une raison légitime (réchauffement climatique et adaptation du système des retraites à la situation économique et sociale actuelle en l’occurrence) est décidé les Français sont «vent debout» -- terme très en vogue dans les médias pour dramatiser à outrance ces épisodes – pour dire non.
Un non qui est de principe et qui vient souvent en totale contradiction avec leurs soi-disant convictions profondes dont on commence à douter de leur réelle existence.
Exemple avec ces écolos qui fraternisent avec des gilets jaunes dont le mouvement de foule était essentiellement… anti-écolo!
La raison premières? Ils détestent Macron…
Exemple encore avec ces Français qui soutiennent des grévistes qui bénéficient d’avantages avec leurs régimes spéciaux qu’ils payent avec leurs impôts qu’ils trouvent trop élevés!
Et on pourrait multiplier ces incohérences dont le seul objectif est de s’opposer par définition et par principe contre un pouvoir même s’il va dans le sens de son intérêt.
Dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde, Christian Lequesne, professeur de science politique au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po dénonce avec justesse cette attitude d’un peuple préférant le conflit à la négociation, l’affrontement au compromis, l’anathème à la discussion constructive dans un archaïsme qui démontre une grande immaturité démocratique du pays.
Il estime ainsi que «nous sommes dans un pays où la violence et le rapport de force continuent de s’imposer pour réaliser n’importe quelle décision collective».
Selon lui, «La culture politique française continue à détester le mot ‘pragmatisme’ et cela est bien dommage. Dans une démocratie moderne, il devrait être normal – pour ne pas dire banal – que le gouvernement et les partenaires sociaux règlent les problèmes en trouvant des compromis autour d’une table. Négocier: c’est bien le mot essentiel qui fait défaut à la France. Les élites gouvernementales comme les syndicats français ont l’impression que négocier le social équivaut d’abord et avant tout à se faire avoir par l’autre. C’est ainsi que, si la France est souvent fière d’affirmer qu’elle résiste au libéralisme, il faudrait préciser: surtout au libéralisme politique qui fait du compromis une valeur.»
Et il s’inquiète, à juste titre, de la stigmatisation de ceux qui cherchent le compromis:
«La manière dont le débat français considère avec condescendance ceux qui sont favorables à une société moins conflictuelle est inquiétante. On les range volontiers dans la catégorie des élites mièvres qui vivraient totalement à côté de la plaque. L’opposition entre un peuple pur, sachant ce qu’est le tragique de la vie et de la lutte, et des élites bien pensantes qui en ignoreraient tout répond parfaitement à la définition du populisme. Elle est même la seule définition sur laquelle les sciences sociales s’accordent un tant soit peu.»
Mais ce qui est certainement le plus irresponsable dans ces comportements, c’est qu’ils ne permettent pas à la France de s’adapter au réel pour pouvoir en profiter.
Car c’est bien le but de ces décisions, que ce soit en matière sociale ou environnementale pour reprendre nos deux exemples.
Du coup, le pays se retrouve à la traîne alors qu’il pourrait être souvent en avance sur les autres ce qui est souvent un avantage déterminant.
Oui, de ce point de vue, on peut dire que les Français jouent contre leur camp, contre eux-mêmes.
Et ceci a un prix qu’il leur faudra payer.

Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC

Jean-Louis Pommery
Directeur des études du CREC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire