mercredi 8 juillet 2020

Actualités du Centre. Jean Castex veut un gouvernement de combat, efficace et de dialogue qui ne laisse «personne au bord du chemin»

Jean Castex

A défaut de savoir encore exactement quelle sera l’orientation politique majeure de son gouvernement – on en saura un peu plus les 14 et 15 juillet avec une intervention d’Emmanuel Macron pour la Fête nationale puis son discours de politique générale à l’Assemblée nationale –, Jean Castex a donné quelques précisions ce jour lors d’une interview à la télévision puis des interventions devant les députés et les sénateurs.
Selon lui, son gouvernement sera «un gouvernement de combat, qui sera un gouvernement tourné vers l'efficace, qui sera un gouvernement de dialogue, qui sera un gouvernement des territoires. Parce que cela ne répond pas simplement à une conviction dans le cadre des orientations dégagées par le président de la République. Parce que, surtout, ce sera un gage d'efficacité pour lutter contre la crise.»
«Mon obsession, ajoute-t-il, faire en sorte qu'il y ait personne au bord du chemin. Le fil conducteur, je le répète, c'est la vie des gens, la vie quotidienne des gens».
Et de préciser:
«Il n'aura échappé à personne que ce nouveau gouvernement entre en fonctions dans un contexte très particulier. Une crise sanitaire d'une ampleur exceptionnelle qui n'est pas terminée. Une crise économique et sociale qui a déjà commencé et qui s'annonce comme étant sans doute la plus difficile que la France, l'Europe et le monde auront à affronter depuis la crise de 1929.»
Pour y faire face, le gouvernement va «engager un plan de relance ambitieux qui sera à la fois marqué par la nécessité de faire face aux drames humains que vont rencontrer des personnes et des territoires (...) Nous investirons dans l'avenir, la transition écologique, les territoires, la solidarité nationale.»
Pour autant, il n’est pas question de «renoncer à un certain nombre de réformes qui ont été entreprises, même si certaines «peuvent se discuter», voire «devront être réorientée dans le cadre de cette crise et de ce contexte nouveau».
«Mais rien ne serait pire, explique Castex que de faire face à la crise qui s'annonce en retournant à une forme d'immobilisme».
Concernant spécifiquement la réforme des retraites, le premier ministre a souligné qu’elle sera poursuivie:
«Nous ne renoncerons pas à un système de retraites plus juste (…) qu'attendent de leurs vœux tous les Français.»
D’autant que «la situation financière de ce système n'est pas tout à fait la même depuis qu'il subit lui aussi de plein fouet l'impact de la crise économique (...) Nous devons donc, avec les partenaires sociaux et dans un cadre concerté, prendre les dispositions nécessaires pour en assurer la sauvegarde».
En matière d’écologie, il a indiqué:
«On va s'occuper de tout : des pistes cyclables, de l'isolation thermique, des bâtiments, des énergies renouvelables, de l'artificialisation des sols, des circuits courts, tout est là. Vous verrez que toutes les prétentions idéologiques - les convertis, les anciens, les nouveaux, les modernes -, toutes se mettront d'accord».
Mais, selon Jean Castex, pour que son gouvernement réussisse, «nous devrons être unis».
Peut-être sa tâche la plus difficile à réaliser.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire