jeudi 20 août 2020

Présidentielle USA 2020. Kamala Harris officiellement désignée comme candidate démocrate à la vice-présidence

Kamala Harris
La sénatrice de Californie, Kamala Harris, a été officiellement investie par le Parti démocrate comme sa candidate à la vice
-présidence après que Joe Biden ait été désigné candidat à la présidentielle la veille.

► Voici le discours de Kamala Harris

Salutations à l’Amérique.
C'est vraiment un honneur de vous parler.
Le fait que je sois ici ce soir témoigne du dévouement des générations qui m’ont précédée. Des femmes et des hommes qui croyaient si férocement à la promesse de l'égalité, de la liberté et de la justice pour tous.
Cette semaine marque le 100e anniversaire de l'adoption du 19e amendement. Et nous célébrons les femmes qui se sont battues pour ce droit [de voter].
Pourtant, un si grand nombre de femmes noires qui ont aidé à obtenir cette victoire n'avaient toujours pas le droit de voter, longtemps après sa ratification.
Mais elles n'étaient pas découragées.
Sans fanfare ni reconnaissance, elles se sont organisées, ont témoigné, se sont rassemblées, ont défilé et se sont battues - pas seulement pour leur vote, mais pour être reconnues. Ces femmes et les générations d’après ont œuvré à faire de la démocratie et de ses opportunités une réalité dans la vie de tous ceux d'entre nous qui les ont suivies.
Elles ont ouvert la voie au leadership novateur de Barack Obama et d'Hillary Clinton.
Et ces femmes nous ont inspirées à reprendre le flambeau et à continuer à nous battre.
Des femmes comme Mary Church Terrell et Mary McCleod Bethune, Fannie Lou Hamer et Diane Nash, Constance Baker Motley et Shirley Chisholm.
On ne nous apprend pas souvent leurs histoires. Mais en tant qu'américaines, elles nous ont permis d’être là où nous sommes.
Il y a une autre femme, dont le nom n'est pas connu, dont l'histoire n'est pas partagée. Une autre femme qui me permet d’être là où je suis. Et c'est ma mère, Shyamala Gopalan Harris.
Elle est venue d'Inde à 19 ans pour poursuivre son rêve de guérir le cancer. À l'Université de Californie à Berkeley, elle a rencontré mon père, Donald Harris qui était venu de la Jamaïque pour étudier l'économie.
Ils sont tombés amoureux de la manière la plus américaine - tout en marchant ensemble pour la justice dans le mouvement des droits civiques des années 1960.
Dans les rues d'Oakland et de Berkeley, j'ai eu une vue directe sur ces gens qui se battaient pour ce que le grand John Lewis appelait «de bons ennuis».

Quand j'avais 5 ans, mes parents se sont séparés et ma mère nous a élevées la plupart du temps seule. Comme beaucoup de mères, elle a travaillé 24 heures sur 24 pour que cela fonctionne préparer le déjeuner avant de nous réveiller et payer les factures après le coucher, nous aider avec les devoirs à la table de la cuisine et nous faire la navette à l'église pour la pratique de la chorale.
Elle a rendu les choses faciles, même si je sais que cela ne l'a jamais été.
Ma mère a inculqué à ma sœur Maya et à moi les valeurs qui traceraient le cours de nos vies.
Elle nous a élevées pour être des femmes noires fières et fortes. Et elle nous a élevées pour connaître et être fières de notre héritage indien.
Elle nous a appris à donner la priorité à la famille, la famille dans laquelle vous êtes né et la famille que vous choisissez.
La famille, c'est mon mari Doug, que j'ai rencontré lors d'un rendez-vous à l'aveugle [blind date] organisé par ma meilleure amie. La famille, ce sont nos beaux enfants, Cole et Ella, qui, comme vous venez de l'entendre, m'appellent Momala. La famille, c’est ma sœur. La famille, c’est ma meilleure amie, mes nièces et mes filleuls. La famille, ce sont mes oncles, mes tantes, mes chitthis. La famille, c’est Madame Shelton, ma deuxième mère qui a vécu deux portes à côté et a aidé à m’élever. La famille, c’est mon Alpha Kappa Alpha bien-aimé ... notre Divine 9 ... et mes frères et sœurs HBCU. La famille, ce sont les amis vers lesquels je me suis tourné lorsque ma mère, la personne la plus importante de ma vie, est décédée d'un cancer.
Et même si elle nous a appris à garder notre famille au centre de notre monde, elle nous a également poussées à voir un monde au-delà de nous-mêmes.
Elle nous a appris à être conscientes et compatissantes des luttes de tous. Croire que le service public est une noble cause et que la lutte pour la justice est une responsabilité partagée.
Cela m'a conduit à devenir avocate, procureure de district, procureure générale et sénatrice des États-Unis.
Et à chaque étape du processus, j'ai été guidée par les mots que j'ai prononcés depuis la première fois que je me suis présentée dans une salle d'audience: Kamala Harris, pour le peuple.
Je me suis battue pour les enfants et les survivants d'agression sexuelle. J'ai combattu les gangs transnationaux. J'ai fait condamner les plus grandes banques et aidé à démanteler l'une des plus grandes univerités à but lucratif.
Je reconnais un prédateur quand j'en vois un.

Ma mère m'a appris que le service aux autres donne un but et un sens à la vie. Et comme j'aurais aimé qu'elle soit là ce soir mais je sais qu'elle me regarde d'en haut. Je n'arrête pas de penser à cette Indienne de 25 ans - mesurant 1m50 - qui m'a donnée naissance à l'hôpital Kaiser d'Oakland, en Californie.
Ce jour-là, elle n'aurait probablement jamais pu imaginer que je me présenterais devant vous en prononçant ces mots: j'accepte votre nomination à la vice-présidence des États-Unis d'Amérique.
Je le fais, attachée aux valeurs qu'elle m'a enseignées. À la Parole qui m'apprend à marcher par la foi et à vue. Et à une vision transmise à travers des générations d'Américains - celle que partage Joe Biden. Une vision de notre nation en tant que communauté bien-aimée - où tous sont les bienvenus, peu importe à quoi nous ressemblons, d'où nous venons ou qui nous aimons.
Un pays où nous ne sommes peut-être pas d'accord sur tous les détails, mais où nous sommes unis par la conviction fondamentale que chaque être humain a une valeur infinie, mérite compassion, dignité et respect.
Un pays où nous nous soucions les uns des autres, où nous nous élevons et tombons ensemble, où nous relevons nos défis et célébrons nos triomphes ensemble.
Aujourd'hui ce pays se sent abandonné.
L'échec du leadership de Donald Trump a coûté des vies et des moyens de subsistance.
Si vous êtes un parent aux prises avec l'apprentissage à distance de votre enfant, ou si vous êtes un enseignant qui a des difficultés de l'autre côté de cet écran, vous savez que ce que nous faisons actuellement ne fonctionne pas.
Et nous sommes une nation en deuil. Pleurer la perte de vies humaines, la perte d'emplois, la perte d'opportunités, la perte de la normalité. Et oui, la perte de certitude.
Et bien que ce virus nous touche tous, soyons honnêtes, les peuples noirs, latinos et autochtones souffrent et meurent de manière disproportionnée.
Ce n'est pas une coïncidence. C'est l'effet du racisme structurel.

Des inégalités en matière d'éducation et de technologie, de soins de santé et de logement, de sécurité d'emploi et de transport.
L'injustice en matière de soins de santé reproductive et maternelle. Dans l'usage excessif de la force par la police. Et plus largement dans notre système de justice pénale.
Ce virus n'a pas d'yeux, et pourtant il sait exactement comment nous nous voyons et comment nous nous traitons.
Et soyons clairs: il n'y a pas de vaccin contre le racisme. Nous devons faire le travail.
Pour George Floyd, pour Breonna Taylor, pour la vie de trop d'autres personnes à nommer. Pour nos enfants, pour nous tous.
Nous devons faire le travail pour tenir cette promesse de justice égale devant la loi. Parce qu'aucun de nous n'est libre tant que nous ne sommes pas tous libres.
Nous sommes à un point d'inflexion.
Le chaos constant nous laisse à la dérive. L'incompétence nous fait peur. La dureté nous fait nous sentir seuls.
C'est beaucoup.
Et voici l’idée: nous pouvons faire mieux et mériter beaucoup plus.
Nous devons élire un président qui apportera quelque chose de différent, quelque chose de mieux, et fera le travail important. Un président qui nous réunira tous - Noirs, Blancs, Latino, Asiatiques, Autochtones - pour réaliser l'avenir que nous voulons collectivement.
Nous devons élire Joe Biden.
Je connaissais Joe en tant que vice-président. J'ai connu Joe pendant la campagne électorale. Mais j'ai d'abord connu Joe comme le père de mon ami.
Le fils de Joe, Beau, et moi avons été procureurs généraux de nos États, du Delaware et de la Californie. Pendant la Grande récession, nous avons parlé au téléphone presque tous les jours, travaillant ensemble pour récupérer des milliards de dollars des propriétaires des grandes banques qui avaient saisi les maisons des gens ordinaires.
Et Beau et moi parlions de sa famille.
Comment, en tant que père célibataire, Joe passait 4 heures par jour à faire des allers-retours en train de Wilmington à Washington. Beau et Hunter ont pu prendre le petit déjeuner tous les matins avec leur père. Ils s'endormaient tous les soirs au son de sa voix lisant des histoires au coucher. Et bien qu'ils aient enduré une perte indescriptible, ces deux petits garçons savaient toujours qu'ils étaient profondément, inconditionnellement aimés.
Et ce qui m'a aussi ému chez Joe, c'est le travail qu'il a fait, comme il allait et venait. C'est le leader qui a rédigé la loi sur la violence à l'égard des femmes et a promulgué l'interdiction des armes d'assaut. Qui, en tant que vice-président, a mis en œuvre The Recovery Act, qui a ramené notre pays de la grande récession. Il a défendu la loi sur les soins abordables, protégeant des millions d'Américains souffrant de maladies préexistantes. Qui a passé des décennies à promouvoir les valeurs et les intérêts américains à travers le monde, à défendre nos alliés et à tenir tête à nos adversaires.
À l'heure actuelle, nous avons un président qui transforme nos tragédies en armes politiques.

Joe sera un président qui transforme nos défis en but.
Joe nous réunira pour bâtir une économie qui ne laisse personne de côté. Où un emploi bien rémunéré est le plancher, pas le plafond.
Joe va nous rassembler pour mettre fin à cette pandémie et s'assurer que nous sommes prêts pour la prochaine.
Joe nous rassemblera pour affronter et démanteler carrément l'injustice raciale, en faisant avancer le travail de générations passées.
Joe et moi croyons que nous pouvons bâtir cette communauté bien-aimée, une communauté forte et décente, juste et gentille. Une communauté dans laquelle nous pouvons tous nous reconnaître.
C'est la vision pour laquelle nos parents et grands-parents se sont battus. La vision qui a rendu ma propre vie possible. La vision qui fait la promesse américaine - malgré toutes ses complexités et imperfections - une promesse pour laquelle il vaut la peine de se battre.
Ne vous y trompez pas, le chemin à parcourir ne sera pas facile. Nous trébucherons. Nous pouvons échouer. Mais je vous promets que nous agirons avec audace et relèverons nos défis honnêtement. Nous dirons des vérités. Et nous agirons avec la même foi en vous que celle que nous vous demandons de placer en nous.
Nous croyons que notre pays, nous tous, sera solidaire pour un avenir meilleur. Nous le sommes déjà.
Nous le voyons chez les médecins, les infirmières, les travailleurs de la santé à domicile et les travailleurs de première ligne qui risquent leur vie pour sauver des gens qu'ils n'ont jamais rencontrés.
Nous le voyons chez les enseignants et les camionneurs, les ouvriers d'usine et les agriculteurs, les postiers et les responsables de l’élection, qui mettent tous leur propre sécurité en jeu pour nous aider à traverser cette pandémie.
Et nous le voyons chez tant d'entre vous qui travaillez, non seulement pour nous aider à traverser nos crises actuelles, mais nous emmener vers un endroit meilleur.
Il se passe quelque chose dans tout le pays.
Ce n'est ni Joe ni moi.
C'est à propos de vous.
Il s'agit de nous. Des gens de tous âges, couleurs et croyances qui, oui, descendent dans la rue et persuadent aussi les membres de notre famille, rassemblent nos amis, organisent nos voisins et sortent pour voter.
Et nous avons montré que lorsque nous votons, nous élargissons l'accès aux soins de santé, élargissons l'accès aux urnes et veillons à ce que davantage de familles de travailleurs puissent gagner leur vie décemment.

Je suis inspirée par cette nouvelle génération de leadership. Vous nous incitez à réaliser les idéaux de notre nation, en nous poussant à vivre les valeurs que nous partageons: la décence et l'équité, la justice et l'amour.
Vous êtes les patriotes qui nous rappellent qu'aimer notre pays, c'est lutter pour les idéaux de notre pays.
Dans cette élection, nous avons une chance de changer le cours de l'histoire. Nous sommes tous dans ce combat.
Vous, moi et Joe, ensemble.
Quelle responsabilité incroyable. Quel privilège incroyable.
Alors, battons-nous avec conviction. Battons-nous avec espoir. Battons-nous avec confiance en nous et un engagement des uns envers les autres. Pour l'Amérique que nous connaissons. C'est possible. Pour l'Amérique que nous aimons.
Dans plusieurs années, ce moment sera passé. Et nos enfants et nos petits-enfants vont nous regarder dans les yeux et nous demander: où étiez-vous quand les enjeux étaient si élevés?
Ils nous demanderont ce que nous avons fait.
Et nous leur dirons. Nous leur dirons, pas seulement comment nous nous sommes sentis.
Nous leur dirons ce que nous avons fait.
Je vous remercie. Dieu vous bénisse. Et que Dieu bénisse les États-Unis d'Amérique.

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.