mardi 1 septembre 2020

Présidentielle USA 2020. Propos centristes – Trump organise le chaos; Trump refuse de condamner la violence; plus de 6 millions de cas de la covid19; les menaces de la Russie sur l’élection…

Voici une sélection, ce 1er septembre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux aux Etats-Unis dans le cadre des élections présidentielles du 3 novembre prochain.


Joe Biden (candidat du parti démocrate à la présidentielle, ancien vice-président)

- La peur ne construit jamais l'avenir, l'espoir, oui.

- Nous avons besoin d'un président qui arrêtera la violence, non l'incitera.

- Je veux une Amérique sûre à l'abri du COVID19, à l'abri du crime et du pillage, à l'abri de la violence à motivation raciste, à l'abri des mauvais policiers. Et soyons clairs: à l'abri de quatre ans de plus de Donald Trump.

- Donald Trump n'arrête pas de nous dire que s'il était président, vous vous sentiriez en sécurité. Eh bien, il est président, qu'il le sache ou non.

- Le président Trump a refusé de condamner la violence. Il ne répudiera même pas l’un de ses partisans accusé de meurtre. Il est trop faible, trop effrayé par la haine qu'il a suscitée pour y mettre fin.

- J'exhorte le président Trump à se joindre à moi pour dire que si les manifestations pacifiques sont un droit important, la violence est mauvaise. Point. S'il ne peut pas dire cela, alors il est inapte à être président.

- Donald Trump regarde cette violence et y voit sa bouée de sauvetage politique. Il n'a pas réussi à protéger l'Amérique, alors maintenant il essaie de faire peur à l'Amérique.

- La vérité est que Donald Trump ne peut pas arrêter la violence, car depuis des années, il la fomente.

- Trump et Pence disent: "Vous ne serez pas en sécurité dans l'Amérique de Joe Biden." Et quelle est leur preuve? La violence que vous voyez dans l'Amérique de Donald Trump.

- Plus de policiers sont morts des suites de la COVID19 cette année que de morts en patrouille. Près d'une petite entreprise sur six est fermée. Vous sentez-vous vraiment plus en sécurité sous Trump?

- Donald Trump peut croire que prononcer les mots loi et ordre le rend fort, mais son incapacité à appeler ses propres partisans à cesser d'agir en tant que milice armée dans ce pays montre à quel point il est faible.

- Quelqu'un pense-t-il qu'il y aura moins de violence en Amérique si Donald Trump est réélu?

- Nous sommes confrontés à tant de crises sous Donald Trump: la COVID19, une dévastation économique, une violence policière injustifiée, des nationalistes blancs enhardis, un règlement de compte racial, une diminution de la foi en un brillant avenir américain. Le fil conducteur? Un président qui fait que les choses vont plus mal, pas mieux.

 

Kamala Harris (candidate du parti démocrate à la vice-présidence, sénatrice de Californie)

- Près de 183000 Américains sont décédés des suites d'un coronavirus. Plus de 16 millions de chômeurs. Les étudiants partout dans le pays ne peuvent pas retourner sur les campus. Plus de 110 000 petites entreprises ont fermé définitivement. C’est l’Amérique de Trump.

- Plus de 97% de notre campagne est financée par des dons de la base. La nôtre est vraiment une campagne alimentée par les gens.

- Chaque décision que nous prendrons aura un impact direct sur la vie des Américains. Nous avons besoin de leaders qui comprennent cela. Joe Biden et moi le comprenons.

- À l'heure actuelle, nous avons un président qui transforme nos tragédies en armes politiques. Joe Biden sera un président qui transforme nos défis en but.

- Alors que nous nous souvenons de la vie de George Floyd, Breonna Taylor, Ahmaud Arbery et de tant d'autres dont la vie a été écourtée, nous devons nous engager à réformer les services de police en veillant à ce que les agents soient tenus de rendre des comptes et de subir les conséquences pour leurs abus de pouvoir.

 

Nancy Pelosi (speaker de la Chambre des représentants)

- Les républicains ont été clairs: ils ne comprennent pas la gravité de la situation à laquelle sont confrontées les familles ouvrières américaines.

- Les actions du président Trump prouvent qu'il ne comprend toujours pas la gravité de la crise du coronavirus, alors même que l'Amérique franchit le cap tragique de plus de 6 millions de cas de COVID19 dans tout le pays.

- Le peuple américain a à la fois le droit et le besoin de savoir qu'une autre nation, la Russie, essaie de décider qui devrait être son président.

 

Barack Obama (ancien président des Etats-Unis)

Alors que les gens exercent leur droit de manifester dans tout le pays, laissons les chemins indéniables de notre progrès être notre guide pour aller de l'avant.

 

Hillary Clinton (ancienne secrétaire d’Etat)

Le travail de Donald Trump est d'être le président et le protecteur de tous les Américains, pas seulement de ceux qui le soutiennent. Il n'est pas à la hauteur et il ne le sera jamais. Virons-le le 3 novembre.

 

Cory Booker (sénateur du New Jersey)

Il est temps de susciter un renouveau de la vertu civique dans ce pays. Nous avons tous besoin les uns des autres. Nous appartenons les uns aux autres. Cette nation s'est toujours améliorée lorsque nous trouvons les moyens d’être ensemble.

 

Amy Klobuchar (sénatrice du Minnesota)

C'est incroyable, mais c'est vrai: le président refuse de condamner l'homme accusé du meurtre de deux manifestants à Kenosha. Nous avons besoin d'un président qui unira ce pays plutôt que de semer la division et la haine. Nous avons besoin de Joe Biden à la Maison Blanche.

 

Adam Schiff (représentant de Californie)

Lorsque les néo-nazis ont marché sur Charlottesville, tuant un manifestant pacifique, Trump a déclaré qu'il y avait «de très bonnes personnes des deux côtés». Maintenant, l'un de ses partisans a assassiné deux manifestants et il insinue que c'était de la légitime défense. Trump alimente, tolère et permet ce type de violence.

 

Pete Buttigieg (maire de South Bend, Indiana)

Posez-vous la question: ce moment, ou n'importe quel moment, serait-il un bon moment pour réélire un président qui prospère dans le chaos?

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.