mercredi 14 octobre 2020

Propos centristes. France – covid19; plan de relance; emploi; budget vert; voiture électrique; tourisme; budget de la police; lutte contre la drogue; lutte contre la précarité; guerre commerciale avec les Etats-Unis; politique sociale; aides aux entreprises; Brexit…


Voici une sélection, ce 14 octobre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.


Emmanuel Macron (Président de la République)

Heureux de l’élection de la France au Conseil des droits de l’Homme [de l’ONU pour la période 2021-2023]. Alors que les droits de l’Homme et le multilatéralisme sont remis en cause à travers le monde, la France fera entendre sa voix humaniste, féministe et progressiste.

 

Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)

- Baisse des impôts, croissance soutenue, niveau record d'investissements internationaux: ce sont ces indicateurs économiques positifs qui nous ont permis d'amortir mieux qu'ailleurs les effets de la crise de la covid19 et d'y apporter une réponse immédiate et puissante.

- Tournant historique pour notre système de soins, les accords du Ségur de la Santé prévoient un investissement historique dans l'hôpital public mais aussi des revalorisations salariales inédites pour notre personnel soignant: elles seront accélérées.

- Le secteur du tourisme vit une période difficile. Au-delà des mesures déjà annoncées, le Gouvernement va poursuivre son travail quotidien avec les professionnels que j'ai réunis ce matin. Notre objectif : apporter des réponses immédiates et un soutien durable à la filière. Nous agissons : 75 000 nouvelles entreprises bénéficieront des mesures du plan tourisme ; pour tous les bénéficiaires du plan, l'indemnisation des employeurs à 100% de l'activité partielle est prolongée jusqu'à fin décembre ; fonds de solidarité porté à 10 000 €.

 

Jean-Yves Le Drian (ministre de l'Europe et des Affaires étrangères)

- Je me félicite du soutien apporté par les Européens à la proposition franco-allemande de réponse ferme des Européens à la tentative d’assassinat d’A. Navalny. Tout emploi d’armes chimique appelle une réaction unie face à cet acte déstabilisateur pour la sécurité de l’Europe.

- Sur la Biélorussie, l’Europe continuera de défendre ses valeurs et de soutenir les aspirations démocratiques du peuple biélorusse. Nous sommes prêts dans ce cadre à étendre les sanctions européenne à A. Loukashenko dès lors qu’il se refuse au dialogue.

 

Barbara Pompili (ministre de la Transition écologique)

- La voiture fait plus que nous déplacer, elle est un mythe. Un mythe qui doit s'inscrire dans un monde aux ressources limitées. La solution est technologique et sociétale. La voiture de demain est électrique et cohabite davantage avec les transports en commun, le vélo ou la marche. Pour rendre l'électrique plus accessible nous lançons: jusqu'à 9000€ d'aide pour installer des bornes de recharge ouvertes au public, 100 m€ pour les bornes de recharge rapide sur autoroutes et routes nationales, un bonus de 1000€ pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion

- Je m’y étais engagée : à compter du 1er janvier 2021, la prime à la conversion sera réservée aux véhicules les moins polluants et ne concernera plus les modèles diesel. C'est une question de cohérence de notre politique de lutte contre la pollution de l’air.

 

Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports)

- Avant 2017, il était plus facile d’ouvrir une école qu’un bar!  Pour nos enfants, nous agissons! Avec la loi Gatel et la loi pour l’École de la confiance.  Avec la future loi renforçant la laïcité qui nous permettra d’agir pour la République et les droits de l’enfant.

- Faire vivre et respecter au quotidien les valeurs de la République et la laïcité. Nous réunissons aujourd’hui les équipes « Valeurs de la République » en Sorbonne pour établir un diagnostic juste, établir un bilan de l’action menée et préparer les nouvelles mesures.

 

Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance)

- La relance économique de notre pays se fera avec et pas sans l’Europe. Mais elle se fera aussi et surtout avec les générations à venir.

- Je ne prétendrai jamais que nous avons tout fait parfaitement mais nous avons fait de notre mieux. Et nous continuerons à faire de notre mieux pour redresser notre pays et notre économie. Et nous y arriverons !

- Comme ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, je m’opposerai à toute taxation de l’épargne des Français!

- La France est le premier pays au monde à présenter un Budget vert. C'est historique ! Ce budget n'est pas qu'un simple effort environnemental, c'est un nouvel instrument qui permettra d'articuler la relance de notre économique aux enjeux écologiques de demain.

- Je le dis à tous les salariés qui craignent pour leur emploi mais aussi aux secteurs les plus touchés : l'État est à vos côtés et sera toujours à vos côtés aussi longtemps que la crise durera.

- L’État a joué pleinement le rôle fondamental qui doit être le sien en cette période de crise. Il a protégé les entreprises. Il a protégé les salariés. Comme toujours dans son histoire, l’État a protégé la France.

- La France se félicite de l'accord trouvé avec les membres du G20 sur le prolongement du moratoire de la dette des pays les plus pauvres jusqu'en juin 2021. Cette décision est nécessaire pour aider ces pays à faire face aux difficultés économiques générées par la crise sanitaire.

 

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)

- D’ores et déjà des moyens exceptionnels ont été obtenus par le ministère de l’Intérieur dans le cadre du budget 2021 et de France Relance pour améliorer le quotidien des forces de l'ordre, avec une augmentation historique du budget de la police de 325 millions d’euros!

- Lutte contre l’islamisme radical: au mois de septembre, 12 lieux de radicalisation ont été fermés (commerces, écoles hors contrats, lieux de culte...) soit 73 lieux fermés depuis le début de l’année.

- Notre première priorité, c’est la lutte contre les stupéfiants. C’est l’alpha et l’oméga de toutes nos interventions car les trafics sont au cœur d’une très grande partie de la délinquance. C’est aussi une grande mesure de santé publique. Depuis le début du mois de septembre il y a eu : 1189 trafiquants interpellés (+25,64% par rapport au mois précédent), 1107 trafics démantelés (+22,05% par rapport au mois précédent).

- Avec la mise en place de l’amende forfaitaire, on frappe les trafics là où ça fait mal. C’est une politique pragmatique et efficace : action, réaction. Du 1er septembre au 8 octobre, ce sont 9 532 amendes pour consommation de drogue qui ont été dressées.

- Je veux redire tous mes sentiments de réconfort, de soutien et de courage aux forces de l'ordre, qui ont vécu ces derniers temps des agressions très choquantes.

- L'un des rôles essentiels de l’État est de s'assurer que les écoles clandestines ne viennent pas s'imposer en lieu et place des écoles de la République.

 

Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)

- Jeunes, séniors, moins qualifiés: tous les leviers doivent être utilisés pour donner un emploi à chacun.

- L'insertion des personnes éloignées de l'emploi est une priorité du Gouvernement. Alors je le redis : aucun territoire prêt à expérimenter le dispositif "zéro chômeur de longue durée" ne sera mis de côté.

- Pourquoi soutenir l'insertion par l’activité économique ou l'initiative « Territoires zéro chômeur de longue durée » ? Parce que nous en sommes convaincus : permettre à tous d'accéder à l'emploi est un facteur essentiel de dignité et de cohésion pour l’ensemble de notre pays.

- J’invite toutes les entreprises qui vivent des temps difficiles à se saisir de l'activité partielle de longue durée pour conserver les emplois, former leurs salariés et être prêtes à rebondir après la crise.

- Avec le Premier ministre, nous l'avons redit aux acteurs du tourisme: nous resterons à leurs côtés pour affronter la crise. Pour ce secteur aussi, l'Etat prendra en charge l'intégralité de l'activité partielle jusqu'à la fin de l'année.

 

Jacqueline Gourault (ministre des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales)

Pour renforcer la proximité et l’efficacité dans l’action publique : un État fort dans les territoires, une meilleure adaptation du droit aux spécificités locales et plus de souplesse accordée aux collectivités.

 

Eric Dupond-Moretti (Garde des Sceaux, ministre de la Justice)

- Avocat j’ai défendu des policiers touchés dans leur chair et des familles révoltées par ces situations inacceptables. Garde des Sceaux j’apporte mon soutien total aux forces de l’ordre et à leurs proches. Le ministère de la Justice sera toujours à leurs côtés.

- Je souhaite que plus d'audiences pénales et civiles se tiennent à l'extérieur des tribunaux, dans une justice de proximité, une justice faite pour les plus défavorisés de nos concitoyens.

 

Olivier Véran (ministre des Solidarités et de la Santé)

Les plus précaires des plus précaires doivent être protégés, plus que jamais. Nous développons l’accueil des grands exclus, grâce à un hébergement adapté à leur situation. L’Etat continuera de soutenir les associations qui les prennent en charge.

 

Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation)

- Accord « rémunérations et carrières 2021-2030 » : un moment historique, résultat d’une grande concertation avec les syndicats, qui marque le plus grand plan de revalorisations et de promotions des carrières scientifiques depuis des décennies. (…)Cet accord engage la plus longue et la plus remarquable politique de revalorisation des carrières scientifiques depuis des décennies. Une politique de promotion et de requalification sans précédent.

- Aujourd'hui, nous avons plus que jamais besoin de science. C’est l’objectif de la Loi Recherche: 25 mds€ sur 10 ans pour améliorer l'attractivité des carrières scientifiques, renforcer les compétences de la recherche et accroître la place de la science dans notre société.

 

Julien Denormandie (ministre de l'Agriculture et de l'alimentation)

- La meilleure répartition de la valeur pour mieux rémunérer les agriculteurs est notre priorité.

- [Néonicotinoïdes] Cessez d'opposer l'agriculture à l'environnement ! Les agriculteurs étaient écologistes avant même que vous ne le deveniez.

 

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)

- Réunion du comité de suivi du Grenelle des violences conjugales: 100% des mesures engagées et la moitié effective.

- Notre intention c'est que 1000 bracelets anti-rapprochement soit déployé avant la fin de l'année sur l'ensemble du territoire

- Le combat pour l'égalité des droits et la lutte contre les discriminations et la haine envers les personnes LGBT+ est un combat que la France porte au niveau européen. Les droits fondamentaux ne se divisent pas.

- L'une des insultes les plus violentes dans les cours d'école ou les stades, c'est pédé. Il faut commencer par éduquer, sensibiliser.

 

Franck Riester (ministre chargé du commerce extérieur et de l'attractivité)

- Avec les 4 Md$ de sanctions que l’OMC nous autorise à imposer aux Etats-Unis, nous voulons avant tout adresser un message clair aux USA pour les inviter à ouvrir les négociations et à lever leurs tarifs. Dans ce cas, nous n’appliquerons pas nos taxes. (…) Si les États-Unis maintiennent leurs sanctions inacceptables dans l'affaire Airbus-Boeing, notre seul choix sera de répliquer pour faire respecter nos droits et notre souveraineté. (…) Un grand nombre de produits pourront être taxés, en plus de l’aéronautique: productions agricoles comme la patate douce, biens manufacturés, aliments transformés... L’essentiel est d’être fermes à 27 européens et de faire comprendre aux Etats-Unis  que nous ne céderons pas.

- [Produits américains taxés par l'Union européenne] Nous discutons avec nos alliés européens d'une liste, depuis que l'OMC a jugé que les Etats-Unis avaient illégalement soutenu Boeing, il y a 18 mois. Le secteur aéronautique sera certainement visé, comme le Boeing 737, pour réparer le dommage causé à notre industrie aéronautique par les aides américaines. Au-delà, rien n'a encore été figé, mais pourraient figurer sur la liste certains produits agroalimentaires, comme le ketchup ou la patate douce. Rien qu'en France, les exportations américaines de patates douces représentent un bon tiers de ce marché. Il faut que l'Europe démontre sa détermination à défendre ses intérêts en imposant des taxes aux entreprises américaines. C'est le seul moyen d'inciter les Etats-Unis à revenir à la table des négociations et à jouer à la loyale.

- Cela fait plusieurs années que nous tendons la main aux Américains sur ce sujet. C'est pour cela que nous devons réagir au niveau européen en utilisant tous les moyens pour défendre nos entreprises et surtout nos emplois. C'est pourquoi nous allons appliquer des taxes dès que l'OMC nous y autorisera pour convaincre les Américains de retirer les leurs. Notre objectif n'est pas de réduire nos échanges, d'entrer dans un protectionnisme où tout le monde est perdant. Nous voulons la désescalade, mais cela suppose que l'UE assume sa puissance et le rapport de force.

- Quel que soit le résultat des élections américaines, nous devons renforcer la souveraineté européenne et défendre nos intérêts fermement pour que Washington change de politique. Nous discutons avec nos partenaires européens du détail de notre réponse, mais nous ne lâcherons rien et nous préparons nos propres taxes.

 

Emmanuelle Wargon (ministre chargée du Logement)

- [Covid19] L'objectif est de prendre des mesures qui préservent l'activité économique, scolaire, la liberté de déplacement, pour lutter contre la maladie.

- La crise sanitaire est aussi une crise sociale: nous devons redoubler de solidarité envers les plus démunis et les personnes sans-abri. Nous créons cette année 10 nouvelles structures d’accueil adaptées aux SDF avec un long parcours de rue.

- [SDF] 14 000 places sur les 30 000 places ouvertes pendant le confinement sont pérennisées. On souhaiterait ouvrir une dizaine de centres de plus pour les grands marginaux ou encore les jeunes, souvent avec des animaux. J'en appelle aussi aux maires.

- Nous avons besoin de multiplier les centres d'accueil avec des animaux. Nous souhaitons en ouvrir une dizaine de plus. En France 180 000 personnes sont hébergées chaque nuit, c'est en augmentation.

- La fin des chaudières au fioul se confirme au 1er janvier 2022. Je précise que c'est la fin de la possibilité d'en acheter, les gens qui viennent d'en acheter une pourront continuer de l'utiliser le temps qu'elle durera

 

Jean-Baptiste Djebbari (ministre chargé des Transports)

- La décarbonation de l’industrie automobile est en train de devenir réalité. Aujourd’hui, il y a 31 000 bornes de recharge en France. Rien qu’avec les engagements pris aujourd’hui, nous allons doubler ce nombre. (…) Pour tous les budgets, pour tous les usages, l’électrique n’est plus réservé qu’à quelques-uns.

 

Olivier Dussopt (ministre chargé des Comptes publics)

- C'est ce gouvernement qui a mis en place la plus grande revalorisation des minima sociaux, c'est ce gouvernement qui fait preuve de la plus grande solidarité vis-à-vis des plus fragiles, les leçons de solidarité, nous n'en avons pas besoin.

- Un célibataire rémunéré au smic a vu son revenu disponible augmenter de 140 euros par mois, soit 1677 par an depuis le début du quinquennat.

- Conformément à notre choix de ne pas augmenter les impôts, il n’y aura pas de changement de fiscalité sur l’essence SP95-E10 et E5.

 

Agnès Pannier-Runacher (ministre chargée de l'Industrie)

- Nous avons réuni les représentants des producteurs agricoles, des industries agro-alimentaires et des distributeurs. Notre priorité : la mise en œuvre du plan de relance pour la filière et une meilleure répartition de la valeur.

- Qualité du dialogue social, acceptabilité du projet : nous sommes très exigeants à l'égard des entreprises qui restructurent. Notre travail, c'est de protéger l'emploi et les compétences dans des entreprises pérennes.

- L'argent public du plan France relance sera investi en France et vise à créer de l'emploi en France. Le but de ces dispositifs : aider les entreprises qui ont un projet à passer le cap de la crise et à rebondir. Notre boussole : sauver l'emploi, investir, moderniser.

- La 5G est avant tout un enjeu industriel et de compétitivité. (…) Nous avons multiplié par trois le déploiement de la 4G, par deux le déploiement du très haut débit. Opposer 4G et 5G n'a pas de sens.

- Nous, notre travail, c'est de sauver le maximum d'emplois. (…) On ne va pas sauver des entreprises qui ne sont plus viables.

- Une entreprise ne reçoit pas de l'argent public comme ça, elle reçoit de l'argent public pour un projet.

- [Gratuité dans les transports publics] Gouverner, c'est choisir (...) Je ne pense pas que la gratuité généralisée soit une décision politique.

- C’est certainement dans le domaine écologique que la réconciliation d’objectifs légitimes mais parfois opposés est le plus nécessaire, en même temps qu’elle est la plus complexe. Avec le Budget vert nous avons côté 38 Md€ de dépenses du budget de l’État favorables à l’environnement et 10 Md€ de dépenses défavorables. Il nous revient à tous de nous saisir de ce bel outil pour l’améliorer et d’en tirer les conséquences.

 

Marlène Schiappa (ministre chargée de la Citoyenneté)

- 90 000 enfants sont embrigadés dans des sectes, où leur liberté de conscience est brimée. Je confie une mission conjointe aux directeurs de la police et de la gendarmerie et au Secrétariat général du Comité interministériel de la prévention de la délinquance,  de la radicalisation du séparatisme et des dérives sectaires pour mieux évaluer l’essor des nouvelles dérives sectaires, dont l’Eglise de Philadelphie.

- Je voudrais dire à tous policiers, tous les gendarmes, tous les pompiers, que le gouvernement est avec eux.

- Les actions ce sont 325 millions d'euros supplémentaires dans le budget police, 15 millions pour le matériel, 125 millions pour le parc automobile.

- La plateforme de signalements des violences sexistes et sexuelles, qui existe depuis novembre 2018, a recueilli "18 500 signalements" depuis son lancement, dont plus de 10 000 pour la seule année 2020.

- Parce que le corps des femmes n’appartient à personne d’autre qu’à elles-mêmes, nous avons inscrit pour la première fois au monde la verbalisation de l’outrage sexiste dans la loi. Plus de 2 000 infractions contre le harcèlement de rue.

- [Covid19] Il n'y a pas de bonnes solutions. Le problème c'est qu'on est en permanence avec des dilemmes, des nouveaux choix, extraordinairement difficiles.

 

Clément Beaune (secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes)

- [Brexit] Ces derniers jours, le gouvernement britannique a dit souhaiter  parvenir à un accord. Nous aussi. Mais un accord doit respecter nos conditions, qu’il s’agisse de la pêche, des conditions de concurrence ou de la gouvernance. Sinon, il n’y aura pas d’accord.

- [Brexit] On ne peut pas isoler le sujet de la pêche du reste des négociations. Les Britanniques veulent récupérer leurs eaux, et cela, pensent-ils, leur donne un moyen de pression. Mais ils oublient que, pour tous les autres sujets sur lesquels ils négocient, ils ont beaucoup plus à demander qu’à offrir. La pêche ne doit pas être la variable d’ajustement, il n’y aura pas d’accord global possible sans un bon accord dans ce domaine. Un accord qui offrirait de la visibilité dans le temps aux pêcheurs et leur garantirait un accès aux eaux britanniques. On ne sacrifiera pas leurs intérêts.

- [Brexit] Nous ne pouvons être taxés d’« inflexibles » alors que les Britanniques ne nous ont pas donné de signaux clairs de leur volonté de mouvement pour un accord d’ensemble.

- [Brexit] Il ne peut pas y avoir de dumping à nos frontières, c’est une condition de concurrence loyale. Si les Britanniques veulent avoir accès au marché intérieur, il ne faut pas que leurs entreprises puissent être plus aidées que les nôtres et fassent du dumping contre nous. Le Conseil va déterminer si un accord est encore possible. Soit les chefs d’Etat et de gouvernement estiment que ce n’est pas le cas et on se préparera aux conséquences d’un « no deal ». Soit les Britanniques auront bougé d’ici là, et Michel Barnier aura quelques jours – quelques semaines au plus – pour tenter de finaliser un accord. Cela ne veut pas dire qu’il y arrivera, mais il y aura un chemin.

- [Objectif de neutralité carbone pour 2050 pour l’UE à l’exception de la Pologne]  C’est vrai, l’accord de décembre contenait une ambiguïté : le degré d’engagement de Varsovie. Il faut donc que la Pologne s’engage de manière explicite sur 2050 – on en discutera cette semaine, puis en décembre –, même si, en réalité, ce serait plus symbolique que concret. Car aujourd’hui, l’objectif de neutralité carbone en 2050 est intégré à toutes les initiatives européennes. Et d’ailleurs, les Européens ont prévu des mécanismes pour aider les économies les plus carbonées, au premier rang desquelles celle de la Pologne. La moitié du Fonds de transition juste – dont la Pologne serait la première bénéficiaire – ne peut être versée s’il n’y a pas d’engagement sur cet objectif. Varsovie a déjà bougé, puisqu’elle a adopté une stratégie de réduction de la part du charbon plus rapide que prévu. Donc il y a des signaux clairs, en Pologne comme au niveau européen, quant à la mise en œuvre de l’objectif de neutralité en 2050.

- [La Pologne et la Hongrie bloquent le plan de relance européen en refusant de conditionner le versement des fonds communautaires au respect de l’Etat de droit] Je ne crois pas à un blocage durable, même si le débat ne sera pas facile. Nous avons tous intérêt à aller vite, et ceux qui bloquent ont aussi besoin des fonds européens. En juillet, un accord inédit est survenu pour établir un lien entre budget et respect de l’Etat de droit. Je pense qu’on aura, d’ici à la fin de l’année, ce mécanisme de conditionnalité. Ce sera un compromis. Parfait et complet ? Je ne le crois pas. Sera-ce la fin de l’histoire ? Je ne le crois pas non plus. Mais ce sera une avancée très importante. Une solidarité financière entre les pays membres ne peut s’envisager sans le respect minimum d’un certain nombre d’exigences politiques ou sociales. Sinon, il n’y a pas de projet politique européen, seulement un vaste marché où chacun prend ce qui l’intéresse. Ce n’est pas ce que veulent les Français.

- Si l’Europe ne réussit pas son plan de relance, elle aura créé une immense déception démocratique. C’est la dernière ligne droite, on ne lâche rien.

- Début octobre, Ankara avait donné quelques gages et exprimé une volonté de dialogue. Les Européens en avaient accepté l’augure, sans exclure des sanctions éventuelles. Les signaux de ces derniers jours sont très mauvais. S’ils se confirment, nous mettrons nos menaces à exécution. C’est à la Turquie de choisir : le dialogue et la coopération, ou tourner le dos à l’Union en assumant les conséquences.

- « L’Europe puissance » n’est pas l’Europe de la baguette magique, capable de résoudre tout d’un coup toutes les crises. Mais l’Europe a su adopter récemment une posture plus ferme, plus nette. Le temps de sa naïveté est passé. Elle s’affirme progressivement et suit une trajectoire claire. Elle est une puissance en construction, avec ses fragilités et son incomplétude, et la France est pour beaucoup dans cette affirmation.

 

Sarah El Hairy (secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de l’Engagement)

- [Mesures pour l'emploi des jeunes] On a des premières tendances plutôt bonnes, 190.000 recrutements, les entreprises jouent le jeu.

- Je ne suis pas d'accord avec le terme de génération sacrifiée. Bousculée ? Oui. Mais notre jeunesse a dans son ADN la recherche de solutions, elle a l'avenir de notre pays entre ses mains et c'est tout mon rôle que de lui témoigner de ma confiance.

 

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques)

- Le numérique a bouleversé notre quotidien. C’est une source formidable de progrès qu’il faut maintenant mettre au service de la transition écologique!

- Il faut travailler sur la mesure de l'impact environnemental du numérique.

- Le vrai sujet du numérique et de l'environnement c'est celui de l'obsolescence programmée, on doit travailler sur l'allongement de la durée de vie des objets.

- L'inclusion numérique marche sur 2 jambes : Outiller les aidants qui réalisent les démarches administratives et démultiplier les médiateurs qui forment les Français qui le souhaitent.

 

Gabriel Attal (porte-parole du gouvernement)

- Notre plan de relance va pouvoir accélérer la transition écologique. Nous continuons à parier sur les énergies renouvelables, comme l'éolien et l'hydrogène vert dans lequel nous allons beaucoup investir.

- [Plan de relance] Des mesures profitent à toutes les entreprises, comme le Plan jeunes. On considère que certaines vont particulièrement bénéficier aux ETI: la baisse des impôts de production et un fonds d'1Md€ de subventions

 

Assemblée nationale

Richard Ferrand (président)

L’évaluation des politiques publiques est une prérogative constitutionnelle du Parlement. Son objectif : augmenter les effets bénéfiques de nos politiques publiques pour améliorer la vie de nos concitoyens.

 

Partis politiques

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Stanislas Guerini (délégué général)

- La crise que nous traversons touche chaque jour de nouveaux Français. Agissons vite pour que personne ne reste sur le bord du chemin.

- Je me réjouis des annonces du Plan LGBT 2020/2023, qui vont permettre de renforcer les droits des personnes LGBT+ et de poursuivre la lutte contre la haine et les discriminations. Nous continuerons à œuvrer pour une société plurielle et inclusive !

 

Christophe Castaner (président du groupe à l’Assemblée nationale)

Vous savez mon engagement, et celui des députés LaREM pour l’égalité. Ce plan national d'actions doit permettre l'égalité des droits, et une lutte plus forte encore contre la haine et les discriminations anti-LGBT+. Des mesures concrètes et ambitieuses que je salue!

 

Aurore Bergé (présidente déléguée du groupe à l’Assemblée nationale)

- Nous ne pouvons accepter que nos forces de l'ordre soient soumises au diktat de petits caïds. Nous avons besoin que nos forces de l'ordre soient respectées et cela passe d'abord par une réponse pénale adaptée et dissuasive.

- Les entraves persistent dans notre pays à l'encontre des femmes qui veulent avoir recours à l'IVG. Et c'est intolérable. Il faut aussi aller plus loin dans l'éducation et la prévention : pourquoi la contraception n'est pas prise en charge à 100% pour les 18-25 ans?

- Ce qui est en jeu en Arménie, c'est un combat pour la vie, pour la démocratie, pour nos valeurs.

 

●MoDem

Jean-Noël Barrot (secrétaire général)

- Il nous faut reprendre notre destin industriel en main.

- Le gouvernement est aux côtés des TPE et des PME: +500000 entreprises ont bénéficié du prêt garanti par l'État, dont une immense majorité de petites entreprises +1,5 millions d'indépendants ont bénéficié du fond de solidarité

- Il est plus que jamais essentiel que la confiance revienne! Pour que la confiance progresse, il faut que le virus régresse!

- Nous veillerons à ne laisser personne au bord du chemin.

 

Erwan Balanant (député)

Remise officielle du rapport de mission gouvernementale sur la lutte contre le harcèlement scolaire. Un travail colossal d’auditions et de réflexions pour aboutir à 120 propositions fortes pour combattre le fléau du harcèlement à l’école.

 

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)

- [Couvre feu] je ne crois pas à l’efficacité de la mesure. Quand les bars ferment, les gens se retrouvent chez eux. Qui contrôlera le respect du couvre-feu alors que nous n’avons pas assez de policiers sur le terrain? Personne! Il faut renforcer et accélérer la politique de tests.

- Tout notre soutien aux policiers régulièrement agressés. Les peines contre les auteurs de violences sont trop souvent symboliques. Nous devons adopter des peines planchers et automatiques contre les auteurs de ces violences envers les forces de l'ordre.

 

Autres

● Organisations centristes
♦ Renaissance
(Députés français du groupe centriste Renew Europe au Parlement européen)

 

Nathalie Loiseau

[Brexit] Éviter le No Deal est possible, c’est une pure question de volonté politique britannique. Elle a clairement manqué jusqu’ici. Si le gouvernement britannique veut sérieusement un accord, c’est à lui de bouger, maintenant.

 

Stépane Séjourné

- L’état de droit n’est pas une clause budgétaire, mais un principe général du fonctionnement de l’Union européenne. On parle ici de nos valeurs fondamentales.

- Je ne crois pas à des quotas de migrants qu’on pourrait se répartir entre États comme des enveloppes budgétaires du plan de relance : on parle ici de vies humaines !

- Je crois profondément que la défense européenne est le sens de l’histoire.

 

Pascal Canfin

Je me réjouis de la position votée à une large majorité par la Commission Environnement sur le plan de relance européen. Pas de financement des fossiles car nous investissons pour l'avenir, non dans le passé. C’est aussi la position soutenue par la France.

 

Marie-Pierre Vedrenne

Pour que l’Europe passe du «libre-échange» au «juste échange» en prenant en considération le respect par nos partenaires des normes sanitaires européennes, les droits des travailleurs, les objectifs climatiques de l’accord de Paris

 

● Personnalités centristes
Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre)

Le tourisme doit être une priorité de la relance en France. Cette industrie de "l’heureux partage de nos valeurs" (géographiques, historiques, culturelles, gastronomiques,..) est un atout majeur de La France.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.