mercredi 18 novembre 2020

Propos centristes. Monde – Lutte contre la covid19; présidence de Joe Biden; blocage du budget européen par la Hongrie et la Pologne; Aides aux PME européennes; alliances politiques en Espagne et Italie; mémoires de Barack Obama…


Voici une sélection, ce 18 novembre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux dans l’Union européenne et dans le monde.

► Union européenne

Renew Europe

- Renew Europe soutient un environnement réglementaire stable et prévisible pour les PME, afin qu'elles aient la certitude des investissements et la sécurité de la planification!

- Nous soutenons un système paneuropéen de référence de crédit auquel les PME peuvent souscrire volontairement lorsqu'une demande de prêt bancaire a été rejetée. Un tel système pourrait identifier d'éventuelles sources de financement de marché alternatives adaptées au profil de risque.

 

Dacian Ciolos (président)

L'adoption du mécanisme de l'état de droit relève de la responsabilité de tous les États membres, pas seulement d'un ou deux. Dans l’Union européenne, la démocratie ne peut se construire avec des vetos sur des valeurs inscrites dans nos traités! Il y a une crise sanitaire, sociale et économique en cours. Nous avons besoin de solutions, pas de blocages. (…) La plus grande crise de tout cela est celle créée par la marge de manœuvre donnée depuis trop longtemps à ceux qui veulent saper nos valeurs. Les politiciens qui souhaitent opposer leur veto doivent expliquer à leurs citoyens pourquoi ils bloquent les 1.800 milliards d'euros de financement d'urgence pour des investissements  nécessaires pour notre avenir.

 

Guy Verhofstadt (député)

Orbàn et Kaczyński jouent avec la vie d'Européens menacés par le covid19 et les moyens de subsistance de tous ceux dont l'emploi ou les affaires sont lésés, simplement parce qu'ils veulent que l'UE finance leur prise de pouvoir corrompue. Toutes les options sont sur la table pour obtenir le soutien de l'UE à ceux qui en ont besoin maintenant!

 

Katalin Cseh (députée)

Alors qu'Orban venait de faire capoter l'accord budgétaire de l'UE, mettant en péril une bouée de sauvetage pour les familles et les entreprises en difficulté à travers l'Europe, j'ai pensé que ce serait le bon moment pour demander au PPE [groupe de la droite européenne]: y a-t-il des mises à jour sur vos lignes rouges ou est-ce une démarche appropriée d'un parti membre de votre groupe?

 

Luis Garicano (député)

Orban et Kaczynski opposent leur veto à l'approbation du fonds de redressement (dont ils sont bénéficiaires!) si on ne le détache pas de la défense de l'Etat de droit. Je souhaite clarifier la réponse de mon groupe Renew Europe au Parlement européen: Non, Nem, Nie. Nous ne rouvrirons pas la négociation.

 

Sophie int’Veld (députée)

Ecoutez, écoutez! Le mécanisme de l'état de droit n'affecte pas les citoyens mais uniquement les dirigeants corrompus. C'est pourquoi Orban & Kaczynski sont vexés: ils voient la poule aux œufs d'or disparaître à l'horizon.

 

Martina Dlabajova (députée)

Nous devons arrêter de parler et de faire des promesses claires pour les PME et plutôt commencer à prendre des mesures concrètes. Nous devons aider les entrepreneurs dans les moments difficiles et rendre les PME visibles dans les projets futurs de l'UE.

 

Dragos Pislaru (député)

Les droits humains fondamentaux ne dépendent pas de la couleur de votre passeport, ils dépendent uniquement de votre condition d'êtres humains.

 

Moritz Körner (député)

Cher M. Orbán, cher M. Kaczyński: En tant que négociateur du groupe libéral au PE, je peux dire très clairement: mon groupe n'envisage pas de démanteler l'accord conclu sur le mécanisme de l'état de droit dans le budget de l'UE. Fini les réductions sur les valeurs  de UE!

 

Billy Kelleher (député)

Il est temps pour le Fine Gael [parti de centre droit  irlandais membre du PPE] et le PPE [groupe de la droite au Parlement européen] de choisir un camp: État de droit, droits LGBT, indépendance judiciaire et liberté des médias, ou Fidesz et Victor Orban. Depuis des années, tout le monde sait que le Fidesz, le parti membre du PPE en Hongrie, est un parti de fanatiques et d’ultra-nationalistes. Fine Gael le sait. Le PPE le sait. Pourtant, ils n'ont rien fait d'autre que de simplement les suspendre. Ce n’est tout simplement pas suffisant. Il est temps qu’ils soient expulsés. Comment le reste de l'UE peut-il négocier de bonne foi avec le PPE sur des questions cruciales alors que nous savons que le parti Fidesz et son leader anti-libéral et anti-démocratique Victor Orban exercent une influence à l'arrière-plan? À mon avis, la seule raison pour laquelle ils sont maintenus dans leur famille politique est de maintenir l’influence politique du PPE - un PM supplémentaire au Conseil européen, un commissaire supplémentaire à la Commission européenne et 12 membres supplémentaires du Parlement européen. Je ne ferais jamais le saut et n'accuserais jamais le Fine Gael de croire aux choses que fait le Fidesz. Cependant, parfois acquiescer et faciliter leur implication continue au sommet de la politique européenne peuvent être tout aussi mauvais. (…) Il est temps [que le PPE] agisse comme il se doit et qu’il agisse rapidement pour expulser le Fidesz pour leurs actions qui vont à l’encontre de nos règles et valeurs communes de l’UE.

 

● Allemagne

FDP
Christian Lindner (président)

- [Covid19] La société pharmaceutique américaine Moderna a présenté de nouvelles données pour son vaccin coronavirus. Cela donne de l'espoir et montre ce que la recherche et l'innovation peuvent faire moins d'un an après le début de la pandémie.

- [Covid19] Aujourd'hui, les gouvernements fédéral et des États parlent de nouvelles restrictions à la liberté. Du point de vue du FDP, cependant, l'efficacité des mesures existantes doit d'abord être attendue et analysée avant d'initier de nouvelles restrictions, et dans certains cas sensibles. Il ne faut pas donner l'impression qu'il y a une expérimentation constante des spécifications et des interdictions sans que le gouvernement fédéral n'explique quelles mesures sont réellement efficaces. Toute restriction de liberté doit être justifiée de manière précise et scientifique. En résumé, les propositions actuelles de la chancellerie équivalent à un verrouillage étendu. C'est du point de vue du FDP, ni nécessaire, ni proportionné pour le moment. Il est nécessaire de réduire les contacts, mais l'ampleur même de la séparation familiale est excessive. La quarantaine recommandée pour les symptômes du rhume de toute nature paralyserait le pays. Des tests rapides complets seraient mieux. En particulier, le changement dans le fonctionnement des écoles se ferait entièrement au détriment des enfants et des jeunes qui seraient de nouveau privés de possibilités d'éducation. Si les leçons étaient réduites de moitié, les plus faibles en souffriraient. Encore une fois, les parents sont menacés de se retrouver en masse face à des problèmes de soins. D'un autre côté, nous pensons que des innovations telles que l'utilisation de filtres à air dans les salles de classe soutiendront les écoles à l'échelle nationale. Du point de vue du FDP, il y a toujours un manque de gestion durable des risques. La priorité doit être donnée à la protection des personnes âgées particulièrement vulnérables aux maladies antérieures. En soumettant des masques FFP2, la Chancellerie se range désormais aux suggestions du FDP. L'orientation vers les besoins des personnes ayant un besoin particulier de protection doit cependant être plus cohérente, afin que, globalement, plus de vie publique et culturelle puisse avoir lieu à nouveau.

 

● Belgique

cdH
Catherine Fonck (députée)

- Oyez oyez l’heure est à la mobilisation générale! Faisons changer de cap au gouvernement qui pour rappel a déjà prévu dans son accord Vivaldi de régionaliser encore plus la santé! Manifestezvous pour la refédéralisation de la santé!

- Ne reproduisons pas les mêmes erreurs Covid19! Rentrée scolaire avec transports en commun risquant d’être bondés, sans tests ni des asymptomatiques ni dans les écoles, sans tracing renforcé, sans accompagnement pour isoler, sans ventilation efficace des lieux fermés...

 

● Espagne

Ciudadanos
Le budget doit être amélioré: Il doit aider les familles, les indépendants et les PME. Il ne peut pas céder aux chantage du séparatisme.

 

Inés Arrimadas (présidente)

- Quelle voie choisira M. Sánchez? Celui de la modération ou celui du séparatisme?

- [Budget] Écoutez [premier ministre Sanchez] les voix modérées de votre gouvernement et de votre parti [PSOE]. Souvenez-vous de vos paroles disant que vous n'accepteriez pas d’accord avec Bildu [indépendantistes basques]. Nous verrons si Iglesias [Podemos, extrême gauche] ou le bon sens l'emportent. Vous pouvez encore rectifier le tir.

- [Covid19] 435 personnes sont décédées aujourd'hui en Espagne des suites de la Covid19, les pires données de la deuxième vague. 435 autres familles brisées et des projets de vie tronqués. Nous avons besoin de pactes d'État, d'un plan national et de critères techniques et communs pour lutter contre la pandémie. On ne peut pas continuer comme ça.

 

Carlos Square (vice secrétaire général)

[Budget] Le gouvernement a encore le temps de rectifier et de choisir la voie modérée et raisonnable. Cs continuera jusqu'à la fin d’être à la table des négociations, luttant pour les budgets dont l'Espagne a besoin. Ils ne pourront pas dire qu'il n'y avait pas d'autre alternative.

 

José Maria (député)

Sánchez doit choisir: Cs ou ERC et Bildu [indépendantistes catalans et basques]. Les voix modérées du gouvernement et de son parti sont claires sur le choix. Si vous choisissez de continuer à céder aux chantages du séparatisme, vous ne pourrez jamais dire que vous n'aviez pas d'autre choix.

 

Maria Muñoz (députée)

Nous ne pouvons plus nous permettre de faire des bêtises. L'aide européenne est une opportunité historique, mais elle porte également une responsabilité historique. Cs fera tout son possible pour que ces fonds soient gérés de manière responsable. L'Espagne en a besoin.

 

● Italie

Italia Viva
Matteo Renzi (président)

- Je pense que l'idée de Goffredo Bettini [coordinateur du Parti démocrate, centre gauche], d'appeler au travail" les meilleures énergies du pays "est une proposition judicieuse. Beaucoup sous-estiment l'ampleur du problème économique à la fin de la pandémie [de covid19]: dette publique à 160% du PIB, dépenses bloquées pendant des décennies, chômage. Tout cela dans un cadre international instable où de la Libye aux Balkans, de la Chine aux États-Unis, beaucoup de problèmes existent. Face à ce scénario, si Forza Italia [droite] a la volonté de vaincre le populisme, les dirigeants du Parti démocrate ont raison de dire qu’il faut négocier. Objectivement, cette disponibilité peut produire une nouveauté politique . (…) Dans Forza Italia, deux âmes coexistent: il y a le groupe que l'on peut appeler le front nazaréen, qui veut des accords bipartites et se place dans la lignée du PPE [coalition de la droite au Parlement européen] dirigé par Merkel, et il y a le groupe que nous définissons le front de Pontida qui veut uniquement une alliance avec la Ligue [extrême droite]. Nous verrons qui l'emportera. À mon avis, Berlusconi tel que je le connais n'abandonnera pas Salvini et Meloni [leaders de la Ligue]. Si c'était le cas, cependant, ce serait un virage très précieux. Il y a eu une ouverture. Et donc je suis d'accord avec Zingaretti [secrétaire du Parti démocrate]: rendons-nous disponibles de manière sérieuse. Si ce sont des roses, elles fleuriront.

- Nous avons créé une coalition qui a repoussé les populistes de ce pays. Et cette majorité veut élire un président de la République qui sauvera le Quirinal jusqu'en 2029 en gardant droite la barre sur l'alliance atlantique et sur l'Union européenne. Pour Berlusconi, c'est l'occasion de démontrer que Forza Italia est un allié de Merkel et non de Le Pen. Concrètement, cela peut aussi conduire à un élargissement de la majorité, mais cela dépend de qui remportera le défi interne entre le front du Nazaréen et celui de Pontida.

- Je ne vois aucune inquiétude quant à la majorité au Sénat. Tant qu'il y aura Italia Viva, ce gouvernement n'aura pas de problème de majorité. Cependant, il y a un saut qualitatif à faire dans la gestion de la santé, sur le plan de relance, dans le déblocage des chantiers. (…) Cette législature se terminera en 2023: j'aimerais qu'elle se termine avec une majorité politique qui exclut les souverainistes de droite. Après tout, la victoire de Biden rouvre l'espoir pour toutes les familles démocratiques et progressistes.

- Dans la majorité, beaucoup demandent des changements à l'équipe gouvernementale pour faire un saut qualitatif, mais personne ne propose un nouveau premier ministre. Cela dit, pour moi, la question n'est pas de changer les ministres mais de savoir où nous amenons le pays dans les vingt-quatre prochains mois, comment nous changeons ce qui ne fonctionne pas, comment nous définissons les règles partagées constitutionnelles et non constitutionnelles, comment nous créons des emplois. Je vois la crise et encore plus je vois les opportunités d'après-crise: parce que lorsque le vaccin arrivera dans le monde, une euphorie d'après-crise se déclenchera. Où sera donc l'Italie? C'est ce qui m'intéresse, pas les petits arrangements.

 

► Monde

● Canada
Justin Trudeau (Premier ministre)

- [Covid19] La nouvelle concernant le candidat-vaccin de Moderna est encourageante. On en a déjà réservé des millions de doses pour les Canadiens. Mais ça sera inutile si vous tombez malade maintenant. En attendant de pouvoir être vacciné, continuez de suivre les règles de la santé publique.

- On fera tout ce qu’on peut, pour aussi longtemps qu’il le faudra, afin de vous protéger contre la Covid19. Mais vous devez aussi faire votre part.

- Pour protéger vos renseignements personnels en ligne, notre projet de loi sur la mise en œuvre de la Charte du numérique vous permet notamment d’avoir plus de contrôle sur la façon dont les entreprises traitent vos informations et de les faire supprimer. Pour les entreprises qui ne respectent pas les règles, le projet de loi permet au commissaire à la protection de la vie privée de rendre des ordonnances et prévoit les amendes les plus élevées parmi les pays du G7.

 

Chrystia Freeland (vice première ministre)

Le Canada s'est joint à 36 autres pays pour la deuxième Conférence mondiale sur la Liberté de la presse. Plus que jamais, nous devons défendre le droit des journalistes de travailler en toute sécurité et sans crainte de représailles. Les faits et la vérité ont de l’importance.

 

Parti Libéral
Annie Koutrakis (députée)

Les cas Covid19 sont en augmentation. À l'approche des mois d'hiver, n'oubliez pas de suivre les conseils de santé publique et de limiter autant que possible les contacts étroits avec les autres. C'est à nous tous de limiter la propagation du virus.

 

● Etats-Unis
Joe Biden (Président-élu des Etats-Unis)

- Kamala Harris et moi avons rencontré certains des experts en sécurité nationale les plus expérimentés de notre pays pour discuter des défis auxquels notre pays, nos institutions et le monde sont confrontés. Nous sommes prêts à relever les défis dont notre administration héritera dès le premier jour.

- Les Américains veulent que nous coopérions. Ils veulent que nous produisions des résultats. C’est le choix que Kamala et moi allons faire. C'est pourquoi je suis heureux qu'aujourd'hui nous ayons pu réunir des chefs d'entreprise et des syndicats pour faire ce choix avec nous. Nous sommes tous américains. Mettons-nous au travail ensemble.

- Lorsque nous reconstruirons mieux, nous le ferons avec des salaires plus élevés - y compris un salaire minimum de 15 $ - de meilleurs avantages et des droits de négociation collective plus solides sur lesquels vous pouvez élever une famille. C’est ainsi que nous reconstruirons la classe moyenne mieux que jamais.

- À l'heure actuelle, le Congrès devrait se réunir et adopter un paquet de secours Covid19 comme la loi HEROES que la Chambre a adoptée il y a six mois. Une fois que nous aurons mis fin au virus et apporté une aide économique aux travailleurs et aux entreprises, nous pouvons reconstruire mieux que jamais.

- [Covid19] L'annonce d'aujourd'hui d'un deuxième vaccin est une raison supplémentaire d'avoir de l'espoir. Ce qui était vrai avec le premier vaccin reste vrai avec le second: nous sommes encore à des mois de sa mise sur le marché. Jusque-là, les Américains doivent continuer à pratiquer la distanciation sociale et le port de masques pour maîtriser le virus. Une fois de plus, je félicite les femmes et les hommes brillants qui ont produit cette percée et qui nous ont rapprochés de la lutte contre ce virus. Je suis également reconnaissant aux travailleurs de première ligne qui sont toujours confrontés au virus 24 heures sur 24.

 

Kamala Harris (Vice-présidente-élue des Etats-Unis)

-  [Covid19] L'administration Biden-Harris contrôlera le Covid19 en écoutant les experts, en mettant en œuvre des tests et des traçages à l'échelle nationale et en s'assurant que les vaccins sont sûrs et gratuits pour tous.

- [Covid19] Cette pandémie a frappé particulièrement durement les communautés de couleur. Les Noirs américains, les Latinos et les Amérindiens sont quatre fois plus susceptibles d'être hospitalisés pour Covid19 que les autres. Joe Biden et moi sommes résolus à affronter ces disparités de front.

- Pendant la campagne électorale, Joe et moi avons rencontré des travailleurs essentiels qui sont restés au travail, soucieux de la sécurité de leur famille. Nous avons rencontré des propriétaires de petites entreprises qui ont puisé dans leur propre épargne pour payer leurs emplpoyés. Leurs histoires sont restées avec nous. Nous reconstruirons mieux pour eux.

- Le chemin à parcourir ne sera pas facile, mais le président-élu Joe Biden et moi ne chômeront pas. Parce que si les défis auxquels l'Amérique est confrontée sont grands, le peuple américain n'en mérite pas moins. Nous n'avons pas un moment à perdre.

 

Barack Obama (ancien président des Etats-Unis)

- Ce pays est divisé. Cela ne date pas de Donald Trump, mais cela a certainement été accéléré par sa présidence. Je crois que Joe Biden et Kamala Harris  représentent un retour à certaines normes (...). Je pense que le combat des idées va devoir continuer. Je crois qu'un examen de la façon dont nous pensons nos démocraties et dont nous les réformons est un projet à long terme.

- Quand je suis parti [de la Maison Blanche], j'avais une assez bonne réputation auprès du peuple américain (...). Mais ce qui était clair, c'était les divisions dues aux réactions de la mondialisation, le fait que les habitants des zones urbaines avaient mieux réussi économiquement et qu'ils avaient adopté un point de vue plus cosmopolite, qu'ils acceptaient et encourageaient la diversité. Tout cela a laissé à beaucoup de gens qui vivent dans les zones rurales, le sentiment d'avoir perdu leur statut.

- Je pense que les médias de droite ont attisé tous ces ressentiments et ont encouragé les gens à penser, d'une certaine manière, que l'Amérique dont ils se souvenaient n'existait plus. Et ça, c'est très puissant. Le politique (...) ce n'est pas seulement une question matérielle. C'est souvent une question d'histoires concurrentes pour dire qui nous sommes, ce que signifie notre vie, notre identité. La majorité des Américains a adopté l'histoire que je leur ai racontée, mais un grand nombre ne l'a pas fait et Donald Trump a certainement reflété cela.

- Ceux qui accèdent à des postes de pouvoir sont encore des êtres humains, avec des craintes, des doutes. Il y aura toujours un fossé entre l'image publique et la fonction présidentielle avec ses aspects iconiques comme voler à bord de l'avion Air Force One (...). Mais jusqu'en 2008, j'étais quelqu'un qui lavait sa voiture, qui faisait ses courses avec ses filles et devait s'inquiéter de payer ses factures. Raconter cela me paraît utile pour démystifier la fonction et expliquer que c'est un emploi (...). Ce que je veux dire aux jeunes, pas seulement des Etats-Unis, mais du monde entier, c'est qu'eux aussi ont une voie.

- On ne peut pas résoudre un problème en prétendant qu'il n'existe pas (...). Un des débats qui fait rage en Amérique, c'est : comment peut-on surmonter notre fossé racial ? L'esclavage, la ségrégation... On ne peut pas prétendre que ça n'a jamais existé, parce que ça continue à avoir une énorme influence aujourd'hui [avec] les énormes écarts de richesse, de revenu, d'éducation et de santé. Nous sommes en pleine pandémie, et les taux de mortalité sont nettement plus élevés chez les Noirs et les gens de couleur. (…) Les Etats-Unis d'Amérique doivent travailler davantage ces questions (...). Nous avons tous la responsabilité d'aller de l'avant sur un chemin meilleur que celui du passé.

 

Adam Schiff (représentant de Californie)

- Le directeur Krebs a travaillé avec diligence pour protéger nos élections de l'ingérence et de la désinformation. Il a protégé notre démocratie. Et a dit la vérité au pouvoir. C’est pourquoi Trump a riposté et l’a congédié. C’est pathétique et prévisible de la part d’un président qui considère la vérité comme son ennemi.

- Joe Biden peut annuler la dette étudiante le premier jour. Il n'a pas besoin d'attendre le Congrès. Et des millions d'Américains aux prises avec des dettes ne peuvent pas attendre non plus. C'est également une bonne politique - et cela stimulera rapidement l'économie. Nous devons voir grand pour bâtir une économie meilleure et plus juste pour tous.

- Vous comptez chaque vote. Parfois, vous gagnez. Parfois, vous perdez. C'est l'essence de notre démocratie. Sauf si vous êtes le GOP de Trump. Ensuite, soit vous gagnez, soit vous criez à la fraude et essayez de faire rejeter les votes légaux. Biden a gagné. La seule question maintenant est de savoir combien de dégâts Trump fera avant son départ.

 

● Autres
Michael Bloomberg (ancien maire de New York)

- Super de voir Joe Biden adopter une approche gouvernementale globale du changement climatique - et dès maintenant.

- La pandémie, notre économie, la crise climatique, etc. L'Amérique est confrontée à de nombreux défis. Des maires et des gouverneurs ont travaillé ensemble pour trouver des solutions à travers les divisions. Nous pouvons tous apprendre d'eux.

 

● Royaume Uni

Liberal democrats

L'hiver sera différent cette année alors que nous faisons face aux défis du coronavirus. Mais personne ne ressentira plus la dureté de l'hiver que les sans-abri.

 

Ed Davey (leader)

- Le plan de 12 milliards de livres du gouvernement n'a aucune ambition sérieuse de lancer une reprise verte ou de donner au Royaume-Uni une chance de diriger le monde dans les industries du futur.

- Le plan des Lib Dems de reprise économique verte de 150 milliards de livres sterling relancerait la révolution industrielle verte dont nous avons besoin et ferait du Royaume-Uni un des leaders mondiaux de celle-ci.

- [Covid19] De nombreuses entreprises sont à genoux à cause du Covid19. Mais ça va empirer. Avec la fin de la transition, les commerçants et les entreprises qui dépendent des chaînes d'approvisionnement ne connaissent toujours pas les règles auxquelles ils seront confrontés Sauver des emplois et des affaires nécessitent une période d'adaptation.

 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.