jeudi 14 avril 2011

Une semaine en Centrisme. Pourquoi l’Alliance centriste doit «oser» dire non à la confédération version Borloo actuelle


L’Alliance centriste a été fondée en 2009 pour «réunir tous les centristes». Bel objectif mais qui a pâtit des tergiversations de son fondateur, Jean Arthuis, à lancer réellement cette nouvelle formation pendant de nombreux mois au cours desquels elle a fait un surplace désespérant. Du coup, elle est demeurée un groupuscule qui compte quelques élus et très peu de militants malgré une volonté de ces derniers de la faire exister. Dommage pour le Centre.
Car, aujourd’hui, alors que le Parti radical tente de faire une OPA sur le Centre avec l’aide d’un Nouveau centre inquiet pour son avenir et quelques groupuscules comme la Gauche moderne, il n’y a pas de refondation du Centre et encore moins de réunion de «tous les centristes».
Des centristes, des vrais, il y en a encore à l’UMP, il y en a dans cette nébuleuse de confédération qui se met en place et il y en a au Mouvement démocrate. Si le projet de Jean-Louis Borloo, le président du Parti radical, est de réunir tous ceux qui penchent à droite, il n’a pas envie d’y associer ceux qui penchent au centre, comme le Mouvement démocrate mais aussi comme une forte majorité de ceux qui ont rejoint les rangs de l’Alliance centriste.
Lorsque Jean Arthuis, dont nous avons souvent défendu le point de vue dans nos analyses, a proposé –et a eu raison de le faire-, au début de l’année, de créer une confédération centriste et a commencé celle-ci par un accord avec Hervé Morin, il était entendu que c’était le premier pas et que la prochaine étape serait de faire venir le Mouvement démocrate de François Bayrou et non le Parti radical qui se trouvait encore à l’intérieur de l’UMP et dont la sensibilité centriste ne sautait pas aux yeux. Rappelons que son président, Jean-Louis Borloo a été de tous les gouvernements de droite depuis 2002, sauf le dernier, et que, lorsqu’il a failli être nommé premier ministre de Nicolas Sarkozy, il avait repris à son compte tout le programme de celui-ci, alors qu’il ressemblait déjà dangereusement à celui d’une droite extrême.
Si des démarches secrètes ont bien eu lieu entre Jean Arthuis et François Bayrou, elles n’ont guère été poussées très loin et elles n’ont jamais débouché sur des réelles initiatives publiques. Même si le dernier comité exécutif de l’Alliance centriste a demandé à son président de prendre langue avec toutes les composantes du Centre, force est de constater que les derniers développements dans la galaxie centriste n’ont rien à voir avec une réunion de toute la famille, bien au contraire. Et l’idée que le Mouvement démocrate pourrait, en l’état, se fondre dans cette confédération est, au mieux, une naïveté, au pire, un mensonge.
Beaucoup plus problématique pour l’Alliance centriste, de déclarations en déclarations, les membres du Parti radical, du Nouveau centre, de la Gauche moderne et de tous ceux qui, dans la majorité présidentielle, voient d’un bon œil la naissance de cette confédération précisent bien qu’elle est dans une alliance à droite avec l’UMP et que son candidat à la présidentielle, s’il n’est pas qualifié pour le second tour, se désistera pour le candidat de droite, en l’occurrence, Nicolas Sarkozy, selon toutes probabilités.
Or, ceci va à l’opposé de la position politique de la formation présidée par Jean Arthuis. Celle-ci a posé comme préalables que toute formation réunissant les différentes composantes du Centre soit au centre du Centre, accueille tout le monde sans exclusif, propose un projet centriste défendant les valeurs du Centre, présente un candidat à la présidentielle qui ne roule que pour le Centre et ne se détermine dans ses alliances qu’entre les deux tours au vu des programmes de chacun des deux finalistes –s’il n’en est pas un- et d’un accord de gouvernement reprenant une partie de son programme.
Comme on peut le voir, ces préalables sont très loin des volontés de Jean-Louis Borloo, d’Hervé Morin, de Jean-Marie Bockel et de leurs lieutenants, d’arrimer cette confédération à l’UMP.
Dès lors, la seule réponse de l’Alliance centriste, en l’état actuel (ce qui ne préjuge pas d’une possible inflexion des positions du Parti radical et du Nouveau centre), est de dire non aux projets de Jean-Louis Borloo. Sauf à perdre son âme, c’est-à-dire la raison profonde de sa création.
Il s’agit, pour elle, à la fois de garder sa spécificité mais aussi de continuer à exister tout court. Car si beaucoup de demandent à quoi elle sert, on peut répondre que ce sont les valeurs qu’elle défend et son positionnement politique qui en fait sa différence dans la galaxie centriste.
Ses valeurs sont réellement centristes dans cet équilibre humaniste entre liberté et solidarité.
Son positionnement est d’être au centre du Centre et d’y rester quoiqu’il arrive afin d’être ce point d’ancrage pour tous les courants centristes qui se déchirent.
Or, le ralliement inconditionnel décidé par Jean Arthuis vide l’Alliance centriste de son originalité et de son utilité. Sans doute, ce dernier ne se fait plus d’illusions sur sa capacité à influencer le débat du Centre et cherche à monnayer la position au centre du Centre du parti qu’il dirige quand il peut encore le faire. Sa récente déclaration où il demande à ses troupes d’être «pragmatiques» le laisse supposer.
Car ce pragmatisme est d’accepter ce que les militants qui ont rejoint l’Alliance centriste refusent, c’est-à-dire un Centre encore morcelé et une confédération centriste tirant à droite.
S’agit-il d’une simple opération électorale (en vue des sénatoriales puis des législatives) ou, plus grave, d’un manque de courage politique d’un parti qui connait ses faiblesses? A la fin de son plaidoyer pour rejoindre inconditionnellement les centristes de la majorité, Jean Arthuis écrit, «osons». Il a raison, l’Alliance centriste doit oser. Elle doit oser être ce qu’elle est. Sinon elle disparaîtra.
Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC

Aucun commentaire: