mercredi 7 janvier 2015

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Non, Charlie, les assassins n’auront pas notre liberté

Charlie n’est pas mort.
Charlie ne mourra jamais.
Car nous sommes tous des Charlie.
Ceux qui ont tué douze personnes et en ont blessé des dizaines d’autres dans la rédaction de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris ce matin dans leur haine aveugle de la liberté et de la démocratie ne gagneront pas.
Ils ne peuvent pas gagner, ils ne doivent pas gagner.
Quoi qu’il arrive, la liberté de dire ce que l’on veut ne périra pas.
Mais il faut la protéger évidemment.
Et cette protection, elle passe aussi par l’indignation de toute la communauté nationale et internationale quand des faits tels que celui-ci sont commis.
Cet attentat est le plus sanglant à Paris depuis 180 ans.
Au-delà de cette statistique morbide, c’est la liberté de parole qui a été attaquée.
Donc, c’est nous tous, citoyens d’une démocratie qui sommes visés aujourd’hui, il ne faut pas se méprendre.
Oui, nous, les centristes avons souvent été éreintés voire ridiculisés plus que de mesure dans les colonnes de Charlie hebdo, hebdomadaire satirique qui n’a jamais brillé par son bon goût.
Mais nous partageons quelque chose de fondamental et de merveilleux avec ces journalistes et ces salariés du magazine, la liberté.
Nous, les centristes nous croyons fermement et sans hésitation dans la liberté des opinions, dans cette liberté de la presse inséparable de la démocratie.
Comme l’expliquait un de nos grands penseurs, Alexis de Tocqueville, «en matière de presse, il n'y a pas de milieu entre la servitude et la licence. Pour recueillir les biens inestimables qu'assure la liberté de la presse, il faut savoir se soumettre aux maux inévitables qu'elle fait naître».
C’est vrai, la presse n’est pas toujours sans reproche et c’est un journaliste qui le dit.
Mais aujourd’hui la seule chose qui compte c’est de dire non aux assassins de ces personnes dont la seule faute selon ces terroristes minables mais malheureusement sanglants, est de dire ce qu’ils pensaient et de le revendiquer haut et fort.
En ayant atteint Charlie Hebdo, les terroristes ont atteint pas simplement les journalistes mais tous les citoyens qui peuvent encore dire ce qu’ils pensent quand ils le veulent, où ils le veulent.
Ces sombres personnages qui répandent la haine plutôt que l’amour ont atteint tous les démocrates du monde entier, toutes les démocraties, tous ceux qui veulent vivre libre et qui ne le peuvent pas à cause de ces criminels.
Oui nous portons le deuil de tous les morts et de tous les blessés de l’attaque de Charlie Hebdo.
Comme nous portons le deuil, à chaque attentat, de toutes les victimes du terrorisme, de ceux qui tombent sous les balles et les bombes.
Oui, nous les centristes sommes tous des Charlie, comme tous les Français.


Aucun commentaire: