dimanche 23 avril 2017

Actualités du Centre. Borloo n’est pas venu à la rescousse de Fillon

Jean-Louis Borloo
Personne ne sait pour qui va voter Jean-Louis Borloo en ce premier tour de l’élection présidentielle.
Et c’est bien ça le problème pour François Fillon qui a tenté désespérément de faire dire à Borloo qu’il le soutenait afin d’avoir une caution «centriste» autrement plus solide que celle des seconds couteaux de l’UDI.
Mais l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy n’a pas voulu se déclarer pour un homme politique qu’il n’apprécie pas, qui a manigancé à son encontre, surtout qui n’est pas sur sa ligne politique.
Car, sur ce dernier point, Jean-Louis Borloo, comme il l’a expliqué lors d’interviews, notamment au quotidien Le Monde, partage nettement plus celle d’Emmanuel Macron de réunir une partie de la Droite et de la Gauche avec le Centre pour mener une politique progressiste et non de mettre le cap à droite toute, projet de Fillon – mais il n’a pas, non plus, appelé à voter pour le leader d’En marche!
Quoi qu’il en soit, cela n’a pas empêché le camp Fillon de faire de manière éhontée de l’intoxication en faisant croire, sans en apporter la moindre preuve, que Borloo voterait pour le candidat LR.
Pire, François Fillon s’est permis de dire et redire qu’il parlait tous les jours avec l’ancien président et fondateur de l’UDI et qu’ils partageaient le même point de vue alors même que dans ses rares sorties médiatiques ce dernier a dit le contraire…
De même, l’organe officiel de LR lors de cette élection, Le Figaro, a tenté maintes fois d’accréditer la thèse d’une prochaine prise de parole de Borloo pour soutenir Fillon, ce qui ne s’est jamais produit.
Devant son silence, le quotidien de droite n’a pas cessé de suggérer en utilisant systématiquement la formule «selon ses proches» (!), sans en apporter également la moindre preuve, qu’il voterait tout de même pour l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy.
Plus, il a même prétendu, que Borloo se tenait à la disposition de Fillon en cas de victoire de ce dernier.
Comme Jean-Louis Borloo est demeuré silencieux alors même que sa prise de parole aurait beaucoup aidé François Fillon qui, rappelons-le, est à la troisième, voire à la quatrième place, dans les sondages et donc non-qualifié selon leurs résultats pour le second tour, on peut supposer qu’il ne le soutient pas jusqu’à ce qu’il dise le contraire dans une déclaration publique et non l’inverse.
Pour autant, rien ne dit que le soutien public de Borloo aurait changé la donne dans les sondages et aurait suscité une dynamique de vote en faveur de Fillon chez les centristes dont une majorité va voter Macron et une forte minorité va choisir le candidat LR.
En revanche, cette insistance et cette tentative d’embrigader Jean-Louis Borloo en dehors même de sa volonté a démontré que le candidat LR était aux abois.
Ainsi, il n’a cessé d’affirmer dans la plupart des médias qu’il avait une relation proche avec Borloo, l’ayant au téléphone tous les jours.
Or, Borloo – qui, sur ce point, s’était exprimé publiquement – avait expliqué que tous ceux qui prétendaient l’avoir au téléphone quotidiennement étaient des menteurs!
Quoi qu’il en soit, cette insistance à vouloir s’accaparer sans succès Borloo au premier tour démontre surtout que le vote centriste sera crucial pour la qualification au second tour qui se joue aujourd’hui, et qu’il pourrait faire la différence en cas d’un duel Macron-Fillon le 7 mai, ce qui est une bonne nouvelle pour le Centre et le Centrisme.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire