vendredi 28 avril 2017

Actualités du Centre. Les petits calculs électoralistes de l’UDI

Alors que la France vit un moment historique et que le Centre a la chance d’être un élément déterminant du résultat du second tour de la présidentielle puis de la politique qui sera mise en œuvre depuis cinq ans, à l’UDI, on ne parle que des accords électoraux pour les législatives et de sauver les meubles…
Une attitude qui est évidemment en cohérence avec celle qui a conduit cette formation de centre-droit a renié toutes ses valeurs et ses idées afin de soutenir un candidat au programme de droite radicale, dont beaucoup de ses alliés, non seulement, n’appellent pas à voter pour Emmanuel Macron, mais certains souhaitent ardemment sa défaite, comme l’association Sens commun, et s’apprêtent à voter, comme Christine Boutin, pour la candidate d’extrême-droite.
Au lieu de retrouver dignité et responsabilité, au lieu d’expliquer que, depuis le début de la présidentielle, le seul programme et le seul projet centro-compatibles étaient bien ceux de Macron, les leaders de ce qui reste de l’UDI, à l’image de Jean-Christophe Lagarde font leurs comptes.
D’abord en confirmant sans aucun état d’âme leur accord électoral avec LR, il faut dire que prendre le énième train en retard lors de cette présidentielle serait d’un comique insupportable mais, au moins, aurait de la cohérence politique.
Ensuite, en faisant le calcul qu’Emmanuel Macron ne pourra obtenir une majorité législative et qu’il devra former une coalition où l’UDI pourrait se retrouver avec LR.
Petite parenthèse: après tant d’opportunisme déployé et d’électoralisme indécent, l’UDI pourrait quand même faire partie du prochain gouvernement alors que son candidat s’est pris une claque!
Pour autant, les «stratèges» (sic) de l’UDI ne vont pas jusqu’à penser que l’alliance LR-UDI puisse obtenir une majorité parlementaire à elle seule lors des prochaines législatives en cas de victoire de Macron le 7 mai prochain.
Quant au nombre de députés qu’escompte désormais la confédération centriste, il est d’environ 40, bien loin des 60 à 80 qu’elle escomptait avec la victoire de François Fillon.
Mais si l’UDI y parvient, ce sera une victoire que l’on peut trouver totalement imméritée tellement elle a manqué de courage politique et a été inexistante dans le débat de la présidentielle, se cachant presque pour ne pas être en première ligne auprès d’un candidat radical, malhonnête, impopulaire et menteur.
La seule décision positive prise par l’UDI a été d’appeler à voter pour le candidat républicain au deuxième tour pour faire barrage à l’extrême-droite et à sa candidate populiste, démagogique et malhonnête.
Mais, se prononcer pour Macron ne peut rattraper toutes les fautes lourdes commises par l’UDI et qui ont heurté de plein fouet l’image du Centre et du Centrisme.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire