vendredi 28 avril 2017

Présidentielle 2017. Le courage démocratique d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron à TF1 le 27 avril
Il y a quelques années de cela, avant de devenir président des Etats-Unis, John Kennedy avait signé un livre sur le courage politique, sur l’importance de défendre ses convictions et de le faire quoiqu’il arrive.
Dans cette campagne présidentielle, il y a qu’un des candidats qui n’a jamais rechigné à aller au devant du débat politique, au devant des Français, qu’ils soient ou non pour lui, pour expliquer sans reniement et convaincre sans démagogie, c’est Emmanuel Macron.
Au-delà d’être d’accord avec ses idées et de partager ses valeurs, il faut lui reconnaître cette qualité essentielle en politique et, surtout, pour gouverner un pays et un peuple.
Car, demain, il faudra toujours aller voir les employés d’usine qui risquent de fermer, comme celle de Whirpool à Amiens pour leur tenir des propos responsables et des promesses tenables, mais il faudra aussi se confronter à Vladimir Poutine, à Xi Jinping ou à Donald Trump avec le courage de ses opinions et la volonté de défendre la France, l’Union européenne et le monde libre sans faiblesse et sans reniement.
De ce point de vue, le candidat d’En marche! est exemplaire comme d’ailleurs l’expliquent ses proches ou comme on peut le voir dans les meetings ou les rendez-vous audiovisuels: il veut défendre son point de vue et tenter de le faire partager tout en reconnaissant à l’autre d’avoir son opinion et de le contredire.
A une époque où tout est fait, des réseaux sociaux aux provocations lors de déplacements, pour intimider les personnalités politiques qui, souvent, se cachent plutôt que d’affronter dignement la situation – on l’a vu avec Fillon qui empruntait des véhicules autres que le sien et entrait dans ses meetings par des portes dérobées mais aussi avec Marine Le Pen qui ne se déplace partout qu’avec ses gros bras – il est sain et bon pour la démocratie de voir des comportements courageux parce que l’on croit profondément à ce que l’on défend.
C’est sans doute aussi pourquoi Emmanuel Macron est passé à l’offensive depuis hier soir et son meeting à Arras où il s’est présenté comme le dernier rempart face à Marine Le Pen mais aussi comme celui qui pouvait remettre l’espoir au cœur du pays.
Des propos qu’il a réitéré sur le plateau de TF1, ce jeudi 27 avril, où, contre vents et marées, face aux insultes continuelles de Marine Le Pen et les désordres créés par les sympathisants de Jean-Luc Mélenchon, il continue imperturbablement à affirmer ses valeurs et à défendre son programme en l’expliquant, tout en ayant face à ceux qui l’attaquent de manière particulièrement virulente un comportement civil et sans haine parce qu’il est un vrai démocrate.
Car, le courage, c’est aussi cela ainsi que de ne pas céder à la violence et à l’invective quand vous les avez face à vous, quand la lâcheté des autres qui, par leurs propos irresponsables et démagogiques, risquent, pour plaire à la foule et récolter des voix, de mettre le pays en danger.
Le courage est bien au centre d’une démarche démocrate et républicaine, celle que défendent les centristes et que pratique Emmanuel Macron.

Alexandre Vatimbella


A lire aussi:


Aucun commentaire: