vendredi 7 avril 2017

Présidentielle 2017. Macron: la France a besoin d’«un projet positif» et d’«une vision progressiste»

Emmanuel Macron
Dans une interview donnée récemment au magazine américain Time, Emmanuel Macron a affirmé que sa volonté était de «gagner un vote positif» et non être le candidat élu par défaut ou uniquement pour faire barrage à Marine Le Pen.
Il a ajouté: «Je veux convaincre les Français qu’un projet positif et une vision progressiste sont ce qui est le mieux adapté à nos challenges».
Il a également estimé que l’Europe était indispensable pour la France: «Si vous prenez la situation en matière de climat, d’énergie, d’industrie, d’agriculture, d’innovation, d’attaques terroristes, nous avons beaucoup de défis. Mais la meilleur réponse est au niveau européen, parce que vous êtes beaucoup plus crédible, plus fort», notamment «vis-à-vis des Etats-Unis et de la Chine».
Par ailleurs, lors de l’Emission politique sur France 2, le candidat d’En marche! est revenu sur sa volonté d’union des progressistes dans un grand axe central, ce qui constitue, selon lui, l’originalité et la grande force de son projet: «En marche! n’est pas une recyclerie. Je porte l’alternance profonde, pas le tic tac droite-gauche (…) Pour la première fois je dis que je veux faire venir gens de la société civile et réconcilier des familles politiques qui partagent les mêmes valeurs: les sociaux-démocrates, les écologistes raisonnables et européens, le Centre, le centre-droit, les gaullistes sociaux, la droite sociale et européenne».
En outre, il a précisé qu’«un président n'est pas normal. Ce n'est pas quelqu'un de normal car il doit conduire la politique du pays».
Enfin, il a affirmé que l’on pouvait mettre en place une  action politique  bien meilleur et beaucoup plus forte, «qu’on pouvait transformer le pays».


Alexandre Vatimbella



A lire aussi:


Aucun commentaire: