samedi 16 décembre 2017

Actualités du Centre. Morin et Les centristes constatent la mort de l’UDI… sans (encore) la quitter!

le parti Les centristes
A l’issue de son conseil national qui s’est tenu ce 16 décembre à Paris, Les centristes, parti dirigé par Hervé Morin et membre de l’UDI a publié un communiqué dans lequel il constate la mort de l’UDI que vient de quitter le Parti radical mais ne parle pas encore de partir officiellement de la confédération tout en appelant de ses vœux la constitution d’un grand parti de centre-droit.
Voilà qui est une nouvelle pierre dans le jardin de Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI et de l’autre dernière composante encore membre, la FED (Force européenne démocrate) qui tente par tous les moyens de ne pas couler avec le naufrage de la formation créée par Jean-Louis Borloo en 2012.
Dans le texte publié, Les centristes s’en prennent d’ailleurs à Lagarde sans aucune délicatesse:
«Nous avions participé avec enthousiasme à la création de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI). Aujourd’hui, force est de constater que l’UDI que nous avions voulu avec Jean-Louis Borloo est devenue une formation politique dont l’expression est quasi inexistante avec une ligne politique changeante et une gouvernance trop solitaire. Au cours des dernières années, l’UDI n’a jamais su peser suffisamment dans le débat sinon à travers des coups médiatiques sans lendemain. Et ses idées ne sont plus entendues.»
Et de constater dans la foulée que «Le récent départ du Parti Radical Valoisien pourtant principal moteur de la construction de l’UDI en est le témoignage le plus significatif. Il a préféré le regroupement avec le PRG au maintien dans l’UDI.»
Du coup, il faut reconstruire:
«La recomposition du paysage politique est dominée par la division voire l’implosion des partis de gouvernement traditionnels. Le Centre est en partie occupé par le parti du Président de la République. Nombreux sont les élus DVD, centristes ou républicains qui s’interrogent dans un paysage politique dont ils comprennent bien qu’il est loin d’être stabilisé.Il nous semble indispensable de répondre aux besoins de la France des territoires, celles des villages, des bourgs et des quartiers car aujourd’hui plus que jamais Paris doit s’appuyer sur les forces vives de la France des territoires. Il faut arrêter enfin d’opposer les Métropoles aux autres territoires. Nous devons imaginer ensemble la France de 2030. La transition numérique et écologique, l’esprit de liberté et de solidarité, ainsi qu’un engagement européen retrouvé doivent être les fers de lance de notre politique.»
En conséquence, il faut «Construire un vaste mouvement de centre droit, girondin, participatif et audacieux.»
Mais pas avec Jean-Christophe Lagarde et ses troupes, en tout cas, pas seulement avec lui et surtout pas avec lui comme chef:
«Pas question pour autant de nous isoler et de rester entre nous.  Nous voulons au contraire participer à la constitution d’une force qui s’appuiera sur un renouvellement profond de notre pensée politique : Innovation des territoires, expérimentation de politiques nouvelles, big society, société du care, impact des technologies et du digital sur la société et l’humanité, élaboration d’un pacte girondin sont autant de pistes sur lesquelles il faut travailler.»
Voici la motion adoptée par le conseil national de Les centristes et déposée par plusieurs fédérations qui parlent de «s’affranchir de l’UDI»:
«Nous voulons un mouvement qui soit porteur de nos valeurs humanistes et républicaines, de nos valeurs de liberté, de responsabilité, de partage, de notre foi dans l’Europe et dans l’importance des territoires pour le développement de la France.
Nous voulons un mouvement qui prenne le temps de l’écoute, de la réflexion, du débat et de la proposition.
Nous voulons un mouvement qui assume son ancrage au centre droit, qui soit clair dans ses alliances, qui croit au principe des grandes coalitions pour transformer profondément un pays.
Nous voulons un mouvement issu de nos territoires qui implique, respecte et responsabilise ses adhérents, qui crée le statut de sympathisant pour mieux s’ouvrir vers les autres, qui remet au cœur de sa gouvernance les fédérations locales.
Pour bâtir et construire ce vaste projet, il nous faut nous affranchir de l’UDI pour être libres: libres dans notre expression, libres dans nos mouvements, libres dans nos choix et dans nos alliances.
Dépassons-nous. Dépassons nos clivages et faisons-nous confiance les uns les autres.»


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire