vendredi 15 décembre 2017

Actualités du Centre. MoDem ou comment éviter l’éphémère résurrection

François Bayrou
Alors que le congrès du Mouvement démocrate s’ouvre samedi 16 décembre et que François Bayrou, seul candidat à sa succession, en sera encore le président pour les années à venir malgré une volonté de certains de voir une nouvelle génération prendre le pouvoir, une question existentielle se pose à la formation centriste.
Ressuscitée uniquement grâce à la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle et au soutien improbable que Bayrou lui accorda à un moment-clé de la campagne électorale, le MoDem doit éviter que sa première expérience au pouvoir depuis sa création en 2007 ne soit sa dernière et qu’un phénomène éphémère.
Car, aujourd’hui, rien ne garantit qu’il pourra survivre à la fin de la présidence Macron, voire même ne pas se déliter pendant celle-ci.
Pour éviter que survienne une possible disparition ou un retour à la coquille vide, le parti de François Bayrou doit exister par lui-même et montrer qu’il n’est pas un simple appendice à La république en marche, voire une anomalie politique qui ne doit son existence qu’au fait du prince, en l’occurrence d’Emmanuel Macron.
On l’a bien vu dans les tentatives de se porter à la gauche de la majorité présidentielle en regrettant, par exemple, l’absence d’un projet social.
De même, sur des sujets comme la laïcité ou l’environnement, il tente de faire entendre une petite musique originale.
Néanmoins, l’exercice n’est pas aussi simple que cela.
D’une part, parce qu’on l’a vu, le MoDem n’existe à l’Assemblée nationale que parce Ma cron l’a bien voulu et qu’il suffirait sans doute qu’il ne le veuille plus pour que le parti centriste soit laminé lors de prochaines élections.
Il faut donc montrer qu’on est indépendant mais pas trop…
Et, d’autre part, parce que le gouvernement n’a pas besoin de lui pour avoir une majorité à l’Assemblée nationale, LREM ayant la majorité absolue à elle seule.
Du coup, il est bien difficile de faire pression sur l’exécutif pour acquérir un pouvoir sur celui-ci.
La situation dans laquelle se trouve le Mouvement démocrate est, à bien des égards, assez unique et la façon de résoudre la problématique de son existence à moyen et long terme n’a pas de précédent qui permettrait à sa direction de savoir comment et quoi faire.
De ce point de vue, ce congrès sera l’occasion de voir si des solutions ont été d’ores et déjà envisagées et lesquelles dans les discours et les attitudes, surtout dans les propos de François Bayrou.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire