vendredi 16 novembre 2018

Actualités du Centre. Etats-Unis – Face à la vague démocrate des midterms, Trump panique

Donald Trump
Selon des membres de l’équipe de la Maison blanche, Donald Trump est, à nouveau, dans un comportement erratique et dans une panique selon le terme même de ces sources internes  évidente comme le montrent par ailleurs ses tweets.
Les raisons: la large défaite des républicains lors des élections de mi-mandat face à la «vague bleue» démocrate, essentiellement due aux victoires de démocrates centristes, qui va permettre au Parti démocrate de lancer de nombreuses commissions d’enquête sur les agissements, les finances, les amis et les collusions avec la Russie de Donald Trump.
Mais pourquoi a-t-il attendu plusieurs jours avant de se rendre compte que les démocrates avaient gagné haut la main les élections?
Il s’est, d’une part, auto-convaincu qu’il allait permettre aux républicains de gagner mais, d’autre part, il a cru les médias qui, tous, ont affirmé le soir de l’élection qu’il n’y avait pas de «vague bleue».
Et autant les sondages, contrairement à ce que ces mêmes médias ont prétendu, ne s’étaient pas trompés en pronostiquant la victoire populaire d’Hillary Clinton en 2016 (avec plus de trois millions de voix en plus que Trump), autant ils se sont «plantés» dans leur appréciation des résultats des midterms.
Des spécialistes des élections ont ainsi rappelé aux journalistes qu’un tel scrutin ne délivrait ses résultats finaux que plusieurs jours après le vote.
Mais dans un monde de l’immédiateté et de la concurrence à l’information «exclusive», ces mêmes journalistes ont voulu aller plus vite que le processus électoral.
Du coup, Trump qui n’arrête pas de les insulter et de prétendre qu’ils ne distillent que de «fausses informations», les a crus!
Aujourd’hui, il tente, par tous les moyens, de mettre fin à l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur les collusions de ses proches et de lui-même avec la Russie lors de l’élection de 2016 avant que les démocrates ne prennent réellement le pouvoir à la Chambre des représentants en janvier 2019.
Il a nommé (de manière inconstitutionnelle pour beaucoup de juristes) Matthew Whitaker, un incapable, au poste de ministre de la Justice, simplement parce que celui-ci veut mettre fin à l’enquête de Mueller en renvoyant le précédant titulaire du poste, Jeff Sessions, un conservateur réactionnaire de l’Alabama, qui avait refusé de le faire…
Dans le même temps, il a menacé les démocrates d’enquêtes sur leurs agissements (sans qu’on sache lesquels…), si ceux-ci s’intéressaient aux siens!
C’est sans doute également cette panique, largement alimentée par ses problèmes comportementaux pointés par de nombreux spécialistes mais aussi ses proches collaborateurs, qui sont à l’origine de ses tweets insultants pour la France et Emmanuel Macron dont il disait, il y a moins d’un an qu’il était un «merveilleux ami»…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire