dimanche 1 septembre 2019

Actualités du Centre. Les radicaux se rapprochent de la majorité présidentielle

Laurent Hénart, président du Mouvement radical
Lors de son université d’été qui s’est tenue ce week-end à Bordeaux, le Mouvement radical a fait un pas de plus pour s’intégrer dans la majorité présidentielle centriste.
On se rappelle, à l’opposé de l’UDI, que les radicaux avaient décidé de faire liste commune avec LaREM et le MoDem lors des dernières élections européennes.
Et ce n’était pas la volonté de faire un coup électoral comme l’a précisé Laurent Hénart, leur président:
«Le choix de l'alliance dans Renaissance est un choix de long terme.»
Désormais, dans le droit fil de ce chois de long terme, ils souhaitent aller plus loin dans leurs convergences avec Emmanuel Macron.
C’est le sens, en tout cas, du discours de Laurent Hénart, notamment lorsqu’il déclare que «La construction d'une force politique centrale, c'est l'affaire des radicaux. Nous voulons des politiques humanistes où la dignité humaine est prioritaire».
De même, l’on retrouve dans sa bouche des propos qui ressemblent étrangement à ceux du Président de la République:
«J’ai été élu président du Mouvement radical, pour tenir une ligne politique et de droite et de gauche, nous sommes et de droite et de gauche!!! C’est ça le sujet il est temps d’arrêter les faux débats.
Ou encore:
«La force du Mouvement radical c’est sa liberté de parole et sa capacité à accepter la diversité des points de vue.»
Les radicaux sont désormais tournés vers les prochaines municipales où, toujours selon Hénart, ils veulent «régénérer le tissu local», une «dynamique» que «nous appelons de nos vœux».
Mais s’il souhaite autant d’alliances que possible, le Mouvement radical estime qu’il ne transigera pas sur ses élus qui peuvent être concurrencés par des candidats de la majorité présidentielle.
De même, Laurent Hénart a apporté son soutien au maire de Bordeaux (et ancien adjoint d’Alain Juppé), Nicolas Florian, qui aura face à lui un candidat LaREM.
A noter que ce rapprochement est accepté et souhaité par une majorité de membres du Mouvement radical qui sont intervenus lors de cette réunion bordelaise.
Ceux qui s’y opposaient au nom d’un positionnement à gauche ont d’ailleurs quitté le mouvement il y a quelques mois ce qui n’a pas désorganisé ce dernier alors que les dissidents n’ont pas réussi à construire une quelconque alternative crédible pour l’instant.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire