lundi 24 février 2020

L’Humeur du Centriste. Non monsieur Lagarde, Julian Assange ne doit pas obtenir l’asile politique en France

Jean-Christophe Lagarde
Jean-Christophe Lagarde a perdu une bonne occasion de se taire lorsqu’il a estimé que Julian Assange devrait obtenir l’asile politique en France comme l’ont suggéré les avocats du co-créateur de Wikileaks dans un effort désespéré de lui éviter de devoir rendre des comptes à la justice pour ses agissements.
S’il avait pris le temps de s’informer exactement sur ce qui est réellement reproché à ce trublion du net, il n’aurait pas pu, en tant que centriste, se montrer favorable à accueillir un tel personnage sur le sol français alors même qu’il est réclamé par la justice des Etats-Unis, qui est jusqu’à présent, encore, un pays démocratique où les droits de la défense sont garantis.
Car monsieur Assange n’est pas, mais alors pas du tout, un héros de la liberté mais un obscur ennemi de la démocratie et un narcissique du plus haut degré qui a été capable de vouloir déstabiliser les régimes démocratiques par vengeance personnelle et par idéologie (il se revendique d’extrême-gauche et ennemi de la démocratie libérale) tout en servant les régimes autoritaires et autocratiques comme la Russie de Vladimir Poutine.
Rappelons à monsieur Lagarde que le sieur Assange s’en est pris à Barack Obama, Hillary Clinton et Emmanuel Macron, entre autres, c'est-à-dire que des centristes et des défenseurs de la démocratie!
Sans oublier qu’il a noué, lors de l’élection de 2016, une alliance objective avec Donald Trump (d’ailleurs celui-ci lui a proposé de l’amnistier contre un «petit service» du genre de celui qu’il avait demandé à l’Ukraine)…
Sans doute cela fait «bien» de demander la clémence d’Assange comme ceux qui ne comprennent pas pourquoi on s’en prend à Roman Polanski parce qu’il ne veut pas, tout comme le premier nommé, rendre des comptes à la justice américaine.
Rappelons à monsieur Lagarde, comme le notaient voici peu Jean-François Borrou et Alexandre Vatimbella ici même dans un article édifiant sur qui est vraiment Assange (lire ici), ce que dit la presse étasunienne du personnage.
Le Washington Post (positionné à gauche) a écrit «Un vrai journaliste n’aurait pas participé au complot des services de renseignement d’un régime autoritaire visant à nuire à un candidat à la présidence des Etats-Unis et à en faire profiter un autre.»
Quant au le Wall Street journal (positionné à droite), il notait que «Ses cibles semblent toujours être des institutions ou des gouvernements démocratiques, pas les autoritaires. S’il est vraiment un défenseur de la transparence, il ne devrait pas craindre un procès pour défendre ses méthodes.»
Alors, monsieur Lagarde, quand on vous entend dire qu’Assange «nous a fait découvrir des choses honteuses, y compris dans notre propre intérêt», on croit rêver.
Ou vous êtes très mal informé, ou vous avez manifestement un anti-américanisme primaire ou vous attendez de vos propos des gains électoraux (on n’ose penser que ce serait des limites intellectuelles qui vous amènent à dire ces âneries).
Non, monsieur Lagarde, la France ne s’honorerait pas à donner l’asile politique à un ennemi de la démocratie et oui il doit rendre des comptes à la justice.
Et on aurait aimé que quelqu’un comme soit sur la même longueur d’onde… centriste!

Centristement votre,

Le Centriste


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.