jeudi 16 juillet 2020

Propos centristes. France – La priorité absolue c’est l’emploi; pas de jeunes au bord de la route; covid19: port du masque obligatoire dans les lieux confinés; réindustrialisation du pays; relance écologique; protéger ceux qui nous protègent; la foi n’est pas au-dessus de la loi; Ségur de la santé…


Voici une sélection, ce 16 juillet 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
Les 16 et 17 juillet 1942, plus de treize-mille Juifs furent arrêtés. Par des Français, par l'État français. Parce qu’ils étaient Juifs. Plus de huit-mille furent détenus au Vel d’Hiv avant d’être déportés à Auschwitz. N’oublions jamais.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)
- [Covid19] L'actualité me conduit à rappeler que la crise, c’est encore et toujours la crise sanitaire. Je voudrais préciser les intentions du Gouvernement dans la période actuelle marquée à la fois par une forte activité de l'épidémie dans certaines parties du monde et par une situation nationale qui demeure au contraire plutôt favorablement orientée, même si certaines situations localisées appellent à la plus grande vigilance, telle la Guyane, où j'ai d'ailleurs tenu à me rendre dès ma prise de fonction. En conséquence et dans cette situation, les dispositions que je vais prendre, annoncées par le chef de l'État, ne visent pas tant à répondre ici en métropole, à une situation d'urgence, mais plutôt à nous inscrire dans une logique préventive. Nous allons à cet effet agir dans 3 directions. Je voudrais d'abord vous dire que nous sommes en train de renforcer nos dispositifs de contrôle d'entrée sur le territoire pour les personnes, qui peuvent souvent être des ressortissants français - c’est pour cela que des mesures d'interdiction absolue sont difficiles à envisager - en provenance de tous les pays où la circulation virale est plus forte. L'idéal serait, et c'est ce qui est d'ailleurs envisagé, que les contrôles sanitaires puissent être réalisés dans les pays de départ. Mais nous devons être pragmatiques et sans certitude absolue que cela soit possible. J'ai décidé que nous allions amplifier les mesures de contrôle sanitaire à l'arrivée sur le territoire national, dans les ports et les aéroports. Nous entendons également développer encore les tests de dépistage. Ceux-ci sont en constante augmentation, et le point le plus positif, c'est que leurs résultats, quand ils sont pratiqués, demeurent très largement favorables. Et en tout cas, les tests positifs sont très nettement inférieurs aux modélisations qui avaient été réalisées au mois de mai. Ce qui témoigne sans doute de l'efficacité de la politique conduite. Mais le nombre de tests demeure insuffisant et cela est expliqué par la considération précédente. Non, je le dis au Sénat, que nous manquions d'équipements et de personnel pour les réaliser, notamment depuis que les techniciens de laboratoire ont été autorisés à effectuer les prélèvements, mais tout simplement parce que nos concitoyens ne se font pas suffisamment tester. Ils sont sensibles à l'ambiance générale où l'on dit que l'épidémie est maîtrisée, ce qui est le cas. Il faut donc lever tous les obstacles, y compris psychologiques, qui expliquent cette situation. Le Président de la République a ainsi annoncé la fin des prescriptions médicales obligatoires pour se faire tester, et j'ai par ailleurs demandé à ce que nous accélérions l'évaluation de la fiabilité scientifique des tests salivaires, beaucoup plus simples à réaliser, beaucoup moins douloureux. Et il nous faudra par ailleurs continuer à intensifier les actions proactives invitant les habitants de certaines communes, de certains quartiers à réaliser des tests, ce que nous avons déjà commencé depuis plusieurs semaines à faire, notamment en Ile-de-France, avec une efficacité certaine. Enfin, le port du masque constitue, avec le respect des gestes dits barrière, une mesure de prévention et de protection efficace. J'ai donc proposé que l'obligation de le porter soit renforcée dans tous les établissements recevant du public clos en particulier, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, les commerces. Cela nécessite un décret alors que dans les locaux dits professionnels, cela suppose une évolution des protocoles sanitaires régissant les activités concernées. Nous envisagions une entrée en vigueur de ces dispositions le 1er août, parce qu'encore une fois, nous agissons dans une logique préventive et pas sous l'empire de l'urgence. J'ai entendu et compris que cette échéance apparaissait tardive, suscitait quelques interrogations. Le décret entrera donc en vigueur la semaine prochaine. J'ai demandé par ailleurs aux ministres chargés de la Santé, de l'Éducation nationale, l'Enseignement supérieur, de donner très rapidement des indications précises aux familles et au corps enseignant sur les conditions dans lesquelles se déroulera la rentrée de septembre dans les établissements d'enseignement.
- Merci aux députés qui ont accordé leur confiance au Gouvernement que j'ai l'honneur de diriger sous l’autorité du président de la République. Avec et pour les Français, dans la concertation, la proximité et le dialogue, nous mettrons toutes nos forces au service du pays.

Barbara Pompili (ministre de la Transition écologique)
- Je veux porter une écologie qui apporte des solutions au quotidien, une écologie pratique, qui permette à chaque Français d'agir et de contribuer à la transition à son échelle.
- Jean Castex trace une feuille de route puissante et juste pour la transition écologique du pays. Un plan de relance ambitieux dans tous les secteurs : bâtiments, industrie, transports, agriculture. Une méthode inclusive en accompagnant chaque Français et chaque territoire.
- «Le plan de relance déploiera au moins un tiers de ses crédits à destination de la transition écologique.» Jean Castex confirme une ambition très forte pour l’écologie dans le plan de relance.
- Il faut pérenniser les pistes cyclables mises en place pendant le déconfinement et accompagner l'acquisition et l'entretien de vélos. C'est ce que nous faisons : depuis la fin du confinement, 360 000 vélos ont été réparés grâce au Coup de pouce vélo de 50 euros.
- Pour réduire fortement la pollution de l’air, nous allons créer d'ici la fin de l'année des zones à faibles émissions, dans lesquelles les véhicules les plus polluants ne pourront pas entrer. Nous accompagnerons en parallèle ceux qui souhaitent changer de véhicule.

Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports)
- Le fait d'avoir désormais un ministère de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports est une opportunité formidable.
- Mens sana in corpore sano. Nous développerons le sport et la culture au cœur d’une vision cohérente du temps scolaire et du temps périscolaire de l’enfant. Pour son épanouissement:
- La jeunesse est notre priorité. Aucun jeune ne doit se retrouver sans solution à la rentrée. Un plan pour la jeunesse sera discuté vendredi: favoriser l’embauche des jeunes ; lutter contre le décrochage ; soutenir les étudiants les plus modestes ; 100000 services civiques en plus.
- Priorité absolue à la jeunesse ! 100.000 places de service civique créées au cours des prochains mois. En plus des 140.000 actuelles. Une annonce concrète de la plus haute importance pour les jeunes et pour les services qu’ils vont rendre à notre pays.
- La rentrée scolaire est préparée avec un protocole sanitaire qui permettra la scolarisation de tous. L’éducation est une priorité fondamentale. Il y aura un accompagnement personnalisé pour tous les élèves qui auront besoin d’un rattrapage en début d’année.

Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance)
- Le gouvernement soutient la trésorerie des entreprises : report de 35 Mrds € de charges sociales et fiscales depuis mars, 4 Mrds € d’annulation de cotisations sociales sur les secteurs les plus touchés et, nouveauté, possibilité d’étaler les charges sur 12, 24 ou 36 mois.
- Ce plan de relance se construit avec les collectivités territoriales. Nous continuerons de travailler avec les Régions de France avec lequel les discussions sont constructives.
La relance c'est depuis le début de la crise sanitaire! Le gouvernement est présent depuis le premier jour pour défendre les entreprises et soutenir les salariés. Il continuera à être présent.
- La transition écologique doit être l’horizon de notre économie. C’est une belle ambition qui permettra la création d'emplois, des innovations technologiques et des implantations d'entreprises sur notre territoire.
- Priorité du plan de relance, les jeunes! Nous prévoyons: soutien à l'apprentissage et aux contrats professionnels avec des primes allant jusqu'à 8000€, 300 000 nouveaux contrats d'insertion, 4000€/an de réduction de charges pour l'embauche d'un jeune de moins de 25 ans.
- Produire en France sera moins cher : les impôts de production baisseront massivement de 20 milliards d'euros d'ici 2 ans. Notre objectif est de relocaliser et développer l'industrie en France.

Florence Parly (ministre des Armées)
- La loi de programmation militaire en action. Un troisième A330 Phénix vient d’être livré au ministère des Armées avec quatre mois d’avance. Chargé du ravitaillement en vol et du transport stratégique, l’A330 est un outil incontournable de nos armées.
- En hommage aux personnels soignants, la Patrouille de France survole du 15 au 17 juillet plusieurs établissements de santé des régions les plus durement touchées par le Covid19.

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)
- Avec mon homologue britannique, nous étions dimanche auprès des forces de l'ordre de Calais, qui réalisent un travail exemplaire dans un contexte difficile. Nous allons travailler ensemble pour renforcer les moyens de sécurité et lutter contre l'immigration illégale.
- Depuis trop longtemps, les conducteurs de bus, les professeurs des écoles, les médecins, les pompiers, les policiers et les gendarmes sont insultés, blessés et parfois perdent leur vie parce qu'ils représentent la République. Je veux leur rendre hommage.
- [Conducteur de bus assassiné à Bayonne] Je veux vous dire toute l'indignation qui est celle de la République devant cet acte odieux. (...) C'est un peu de la République qui a été blessée, tuée.
- Les premières victimes des violences ce sont les policiers, les gendarmes et les pompiers. Ils sont les garants de notre sécurité et de notre liberté, nous devons les protéger.
- La question du séparatisme est une priorité absolue du Président de la République et du Premier ministre. Ce que nous devons, c’est garantir le libre exercice des cultes, dans le respect des lois de la République. La foi n’est pas au-dessus de la loi.
- Je serai le ministre du quotidien des forces de l’ordre et je me suis engagé à améliorer leurs conditions de travail sur le terrain.
- Jamais la République ne doit accepter des accommodements, des communautés qui revendiquent d'être en dehors de la République.
- L'année dernière, il y a eu 2045 agressions contre des pompiers. Ce sont 2045 agressions contre la République. Les pompiers s'engagent pour servir les autres, pas pour subir des coups ou des tirs. Nous devons protéger ceux qui nous protègent.
- Cette nuit, un sapeur-pompier a été blessé par arme à feu alors qu’il intervenait pour éteindre un incendie. Soutien indéfectible à ceux qui nous protègent au péril de leur vie. J’ai veillé à ce qu’une plainte soit déposée. Ces actes odieux ne doivent pas rester impunis. Chaque agression de ce type sera systématiquement suivie d’un dépôt de plainte des autorités. S’attaquer à ceux qui nous protègent, c’est s’attaquer à l’ordre républicain.
- Je travaille à renforcer la lutte contre les séparatismes, notamment celui de l’islamisme politique. La liberté de culte doit être garantie, mais jamais la foi ne doit s’imposer devant de la loi.

Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)
- Notre priorité absolue, c’est l’emploi. 100 milliards€ seront investis dans le plan de relance. Nous allons protéger nos emplois, en créer de nouveaux, accompagner nos concitoyens vers les emplois de demain.
- Nous avons demandé des sacrifices importants à nos jeunes pendant le confinement pour protéger nos aînés, et nous devons maintenant leur renvoyer l'ascenseur.
-Aucun jeune sans solution ! Nous voulons des réponses adaptées à chacun d'eux : 4000€/an pour faciliter l'embauche, primes pour encourager l'apprentissage, 300 000 parcours d'insertion, 100 000 services civiques.
- On prépare un plan pour la jeunesse qui vise à apporter des réponses adaptées à chaque situation.
-La priorité absolue c’est l’emploi, et notre objectif c’est qu’aucun Français ne reste sur le bord de la route.
- Encourager l’apprentissage, favoriser les embauches, développer les parcours d’insertion : autant de mesures concrètes pour protéger les jeunes face à la crise. En cette Journée mondiale des compétences des jeunes, je veux leur dire que leur avenir est notre priorité.

Jacqueline Gourault (ministre des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales)
- [Décentralisation] Tout le monde sait qu'il y a besoin de clarifier un certain nombre de compétences, qu'il y a des trous dans la raquette, des compétences qui seraient mieux exercées au plus près des territoires que ça ne l'est aujourd'hui.
- La taxe d'habitation de toute façon va être supprimée pour tout le monde. C'est constitutionnel. C'est une question de calendrier.

Olivier Véran (ministre des Solidarités et de la Santé)
-15.000 recrutements à l'hôpital, hausse des salaires pour 1,8 million de professionnels qui prennent soin de nous quand on en a besoin, ouverture de lits... Nous l'avons dit, nous le ferons !
- Plus qu’une priorité, la lutte contre l’isolement des personnes âgées est un enjeu de société majeur : ce sera un pilier de la loi autonomie que nous porterons.
- Le Ségur de la santé, c’est une hausse générale des salaires, mais pas que. C’est aussi 6 milliards d’euros pour moderniser nos hôpitaux et nos EHPAD, prendre le virage numérique, encourager les coopérations ville/hôpital, développer la médecine libérale dans tous les territoires.
- Des millions de familles font face à la perte d'autonomie d'un parent, d'un proche. La loi autonomie que nous préparons permettra à nos aînés de rester plus longtemps chez eux, moderniser les EHPAD, augmenter la présence de soignants, mieux payés, à leurs côtés.
- La solidarité nationale n’est pas un mot vain. Revalorisation exceptionnelle de l’allocation de rentrée scolaire, amplification du plan pauvreté... Dans les prochaines semaines, des mesures fortes de soutien aux plus fragiles seront prises.

Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation)
- Notre jeunesse, c'est notre avenir ! Plusieurs mesures fortes annoncées: division par 3 du prix d'un repas en resto U pour les boursiers, gel des droits d'inscription pour la 2ème année consécutive. Nous poursuivons le travail pour réduire encore davantage le coût de la rentrée!
-Notre première urgence, c'est la jeunesse ! Soutenir l'apprentissage, favoriser l'embauche, réduire le coût du travail, lutter contre le décrochage, soutenir les étudiants les plus modestes : aucun jeune ne doit se trouver sans solution!
- Dès la rentrée, les repas dans les restaurants universitaires seront à 1€ pour les étudiants boursiers contre 3.30€ actuellement. Un engagement fort et concret annoncé par Jean Castex pour faire baisser le coût de la vie étudiante et lutter contre la précarité!
- Création de places dans les filières les plus demandées, mise en place de dispositifs "oui si", accompagnement individuel par les équipes de parcoursup: le gouvernement s'y engage, aucun jeune ne sera sans solution à la rentrée!
- 25 milliards d'euros pour réinvestir massivement dans la recherche publique, anticiper, se projeter sur le long terme.

Julien Denormandie (ministre de l'Agriculture et de l'alimentation)
- Protéger et partager sont des axes majeurs de notre politique. Protéger nos agriculteurs en investissant et en permettant un juste prix. Partager en faisant en sorte que l'alimentation française soit accessible à tous. C'est la meilleure alimentation au monde. Soyons fiers du travail de nos agriculteurs, construisons notre souveraineté alimentaire et achetons français!
- Jean Castex, c’est une méthode, celle du dialogue et des territoires. Il a fixé un cap: l’emploi, l’emploi, l’emploi. L’ensemble du gouvernement est au travail pour y arriver.

Amélie de Montchalin (ministre de la Transformation et de la fonction publique)
- Dès les premiers jours, nous mettons le dialogue social au coeur de la méthode du gouvernement. C'est la clé pour redonner du sens à l’action des agents publics.
- «C'est le règne de l'impuissance publique qui a fait le lit du discrédit de la volonté politique. Il est urgentissime de faire évoluer le logiciel de l'action publique.» C’est ma mission auprès d’Emmanuel Macron et de Jean Castex pour ces 600 jours ;
- Affecter des agents de l'Etat au niveau de nos départements, et non plus dans les administrations centrales à Paris, c'est ça une action publique plus proche des Français dans tous les territoires.

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)
Comme l'a rappelé Jean Castex, nous allons poursuivre et amplifier le travail accompli pour l'égalité femmes-hommes ! Au travail.

Franck Riester (ministre chargé du commerce extérieur et de l'attractivité)
- Objectif : faire du site France le choix numéro 1 des investisseurs ! L’ensemble du Gouvernement, en lien direct avec les territoires, va continuer à amplifier cette dynamique collective dans le cadre du plan de relance.
- Le gouvernement est mobilisé depuis le début de la crise sanitaire pour trouver une réponse adaptée aux difficultés rencontrées par nos compatriotes à l’étranger. Un plan de soutien de plus de 200 millions d’€ a été décidé : soutien sanitaire, aides sociales, paquet éducatif.
- 600 jours pour l’emploi et la croissance. 600 jours pour renforcer notre pacte social et républicain.

Agnès Pannier-Runacher (ministre chargée de l'Industrie)
- Relance de l'économie. L’État a été au rendez vous de ses responsabilités : auprès des salariés, des indépendants et des entreprises avec 460 milliards d'€ mobilisés pour notre économie. Et nous poursuivrons avec le plan de relance de 100 milliards d'€ annoncé par le Premier ministre. Nous ne confondons pas urgence et précipitation. C'est tout l'enjeu du plan de relance de 100 milliards d'euros.
- Avec la loi encadrant le démarchage téléphonique et luttant contre les appels frauduleux, nous renforçons les sanctions à l'encontre des fraudeurs, nous améliorons l'information des consommateurs et nous interdisons le démarchage téléphonique dans la rénovation énergétique.
- Des projets de relocalisations industrielles nous en avons et c’est très concret : dans la santé avec Sanofi, dans l’automobile avec Renault, par exemple. Nous ne sommes pas dans l’incantation, nous sommes dans l’action. Avec des mesures concrètes et mesurables.
- Jean Castex fait de l’emploi et de la lutte contre le chômage la priorité absolue des prochains mois. Le sujet, c’est de reconstruire notre économie en investissant massivement pour l’emploi des jeunes, la formation et la transition écologique.

Marlène Schiappa (ministre chargée de la Citoyenneté)
- Je suis dans l’action, je n’ai aucune leçon de féminisme à recevoir de qui que ce soit, et certainement pas de gens qui font de la récupération politicienne sur le dos des droits des femmes. Je n’appartiens à personne.
- Je suis profondément républicaine, je me réjouis que les valeurs de la République soient au cœur de l’action de ce Gouvernement, notamment la laïcité. Nous menons partout ce combat culturel pour rappeler qu’aucune coutume n’est supérieure aux lois de la République !
- Ce qui caractérise la politique menée par le Premier ministre c’est la proximité. Il incarne cette écoute des territoires: c’est un Maire du Sud-ouest, un homme de dialogue et d’action. Nous sommes un Gouvernement de combat et de terrain!
- Il y a maintenant une habitude de manifestation de la haine dans notre société (...) Nous n'acceptons pas cette haine et la violence vis-à-vis de ceux qui nous protègent.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)
- Une nouvelle organisation territoriale de l’État, un partenariat accru avec les territoires dès 2020 : un engagement fort du Premier ministre Jean Castex. Traiter les sujets en partant des territoires, c’est s’assurer que les décisions soient suivies d’effet.
- La France, patrie des Lumières et des droits de l'homme, terre d'accueil et d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable. Vel d’Hiv. Cet "esprit de vigilance" évoqué avec force il y a 25 ans, dans ce discours historique du Président Chirac, ne doit pas nous quitter.
- Je salue le large vote de confiance accordé au Gouvernement. Les objectifs et la méthode posés par Jean Castex répondent aux nécessités de modernisation de notre pays, de relance économique, écologique, sociale et culturelle, de dialogue et de cohésion nationale.

Stanislas Guerini (délégué général)
- Le Premier ministre a tenu un discours à la hauteur des défis qui sont devant nous. Il a tracé un chemin concret pour reconstruire notre pays en investissant massivement dans les secteurs essentiels à notre avenir collectif comme la santé, l'éducation, l'environnement.
- Le discours de Jean Castex est à la hauteur du moment que nous vivons : assumer une politique d'investissements massifs pour faire face à la crise et protéger les Français. Nous avons là une possibilité de nous rassembler autour d'un pacte social et républicain très clair.
- Tirer sur un pompier mobilisé pour éteindre un incendie... C'est une honte absolue. Au nom de LaREM, je tiens à assurer ce pompier et l'ensemble de ses collègues de notre soutien sans faille.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Faire de la crise une opportunité pour rendre la France plus forte : les députés LaREM adhèrent au nouveau chemin proposé par Emmanuel Macron et à ses deux priorités absolues : pas un jeune sans emploi ou sans formation ; et l'écologie du mieux plutôt que l'écologie du moins.

●MoDem
Patrick Mignola (président du groupe à l’Assemblée nationale)
- Je suis sûr que, demain les familles du grand courant humaniste qui surmonte les divisions et rassemble au centre de la vie politique, sauront, tout en restant elles-mêmes, se retrouver dans une grande famille des Démocrates, d'un grand Centre pour la France.
- Je fais observer à cette noble assemblée que les conseils municipaux, les conseils régionaux et que le Sénat sont principalement élus à la proportionnelle et que leurs chefs ne me semblent pas illégitimes, ni leurs assemblées ingouvernables.

Sarah El Hairy (porte-parole)
Il y a 25 ans le Président Chirac reconnaissait "les heures sombres" de notre histoire et permettait ainsi de regarder avec vérité ce triste dévoiement de l'État français. Souvenons nous aussi de l'autre France, celle des Justes & des Résistants! Mais n'oublions jamais le Vel d’hiv.

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
- On va se faire plaisir en inscrivant le réchauffement climatique dans la Constitution. Ça changera quoi? Rien! Ce qui m'inquiète, c'est qu'on ait pas de vraie stratégie pour sauver le climat en se débarrassant du pétrole, du gaz et du charbon.
- La priorité, ce n'est pas de disserter sur la "reconstruction" mais c'est d'éviter les destructions à la rentrée !
- En 2017, Emmanuel Macron n'a pas eu de mandat pour imposer aux Français de travailler plus longtemps à la fin de leur carrière. Ce sera l'un des grands débats de la présidentielle de 2022.
- Nous ne devons pas perdre de temps : le masque doit être obligatoire sans attendre !

●Mouvement radical
Jean-Claude Requier (sénateur)
La crise sanitaire a montré que notre modèle social fonctionnait, n'en déplaise à ceux qui n'en regardent que le coût. Il faut maintenant aller plus loin sur le plan social pour bâtir les fondations de la France de demain.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.