jeudi 14 janvier 2021

Propos centristes. Monde – Lutte contre la covid19; deuxième impeachment de Trump; lutte contre le terrorisme en ligne; parquet européen indépendant; crise économique…

Voici une sélection, ce 14 janvier 2021, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux dans l’Union européenne et dans le monde.

► Union européenne

Renew Europe (groupe centriste et libéral au Parlement européen)

- La commission Justice du Parlement européen a approuvé l'accord provisoire entre le Parlement européen et le Conseil de l'UE sur un règlement visant à prévenir les contenus à caractère terroriste en ligne. La lutte contre le terrorisme est notre priorité et cela marque un jour important pour notre Union, qui se dotera d'un nouvel outil pour lutter contre le terrorisme. Nous sommes fiers d'avoir contribué à la conclusion d'un accord garantissant la suppression rapide des contenus à caractère terroriste tout en garantissant des garanties pour les droits et libertés des citoyens. Avec les plates-formes Internet supprimant le contenu terroriste en une heure, nous réduirons sa propagation et empêcherons les attaques.

- Renew Europe exprime ses plus vives inquiétudes concernant le processus de nomination du procureur portugais au sein du parquet européen, José Guerra. Ces derniers jours, nous avons été témoins de rapports médiatiques affligeants soulignant que la décision du Conseil pourrait avoir été motivée politiquement et basée sur de fausses informations fournies par le gouvernement portugais. Si ces rapports sont corrects, le Conseil a mis en danger le fonctionnement et la crédibilité du Parquet européen. Dans une lettre officielle adressée au président du Conseil européen et au Premier ministre du Portugal - le pays qui occupe la présidence du conseil - Renew Europe demande une clarification publique immédiate quant à cette nomination. Il doit être précisé s'il y a eu ingérence politique, alors toutes les informations fournies sur le candidat doivent être confirmées d'urgence. Si la légitimité de la nomination ne peut être vérifiée, Renew Europe demandera un débat sur cette question lors de la prochaine session plénière et n'exclut pas de demander une enquête indépendante.

- La crise de la COVID-19 a révélé la fragilité de l’Union européenne en matière de santé publique. Les compétences limitées de l’Union dans le domaine pharmaceutique et sa dépendance dangereuse à l’égard de pays tiers tels que la Chine et l’Inde l’ont empêchée de réagir rapidement. Cette crise a révélé plusieurs faiblesses dans la coordination de la collecte et de la transmission des données épidémiologiques.

 

Dacian Ciolos (président)

- [Parquet européen] Si les rapports sont corrects, alors le Conseil a choisi de nommer un candidat allant à l'encontre de la recommandation du jury de sélection indépendant, éventuellement sur la base de fausses informations et pour des raisons politiques. Ce faisant, le Conseil a potentiellement mis en danger le fonctionnement du Parquet européen et a affaibli le procureur européen. Cela crée un précédent dangereux et inacceptable pour Renew Europe et c'est pourquoi nous avons demandé une clarification immédiate avant de prendre les prochaines mesures.

- Nous devons tirer les leçons de la crise du covid19 et mettre en place une Union de la santé pour renforcer la capacité de l'Union européenne à mieux protéger la santé de tous les Européens. Cette crise a montré que nous sommes plus forts ensemble et plus faibles séparément. Aucun pays ne peut faire face seul aux crises sanitaires!

Il y a 30 ans, le peuple lituanien a défié les soldats soviétiques, défendant leur liberté. Des gens non armés se sont opposés et ont vaincu une force féroce. 14 vies innocentes ont été perdues. Nous nous souvenons de leur courage et avons une pensée particulière pour le peuple biélorusse qui lutte pour ses droits.

- Très triste d'apprendre la disparition de Marielle de Sarnez, pilier de la famille démocrate pendant de nombreuses années au Parlement européen, militante infatigable de la cause européenne.

 

Guy Verhofstadt

- La Commission européenne doit présenter dès maintenant une carte de vaccination commune de l'UE (et ne pas attendre que 27 autres soient utilisées!). Ceci est urgent car il existe différents vaccins et une grande variation dans les stratégies de vaccination.

- Triste nouvelle qu’est la disparition de Marielle de Sarnez. Nous ne perdons pas seulement une grande européenne qui a menée tant de combats pour plus d’Europe pendant tellement d’années, mais aussi un pilier du mouvement centriste.

- [Deuxième impeachment de Trump] Après 4 ans passés de mal en pis, la Chambre des représentants des États-Unis a appelé à mettre un terme à la destruction de la démocratie. C’est plus qu’une fin historique d’une terrible présidence: c’est un signal adressé à tous les futurs présidents et aux espoirs de plus jamais!

- [Exécution d’une femme aux Etats-Unis] Qu'est-ce que l'Europe a jamais fait pour nous? la Convention européenne des droits de l'homme a été le premier instrument juridique à abolir la peine de mort en 1982. 40 ans plus tard, d'autres sont fiers de leur dureté barbare...

- Faites ce qu'il faut Ursula von der Leyen: renégocier l'accord d'investissement avec la Chine. Sinon, le Parlement européen le fera pour vous ...

- Si nous permettons à Orbán de détruire l'état de droit chez lui, il ignorera bien sûr également l'état de droit de l'UE.

- La Covid19 utilisé comme excuse pour augmenter l'autoritarisme dans certains pays de l'UE comme la Hongrie et la Pologne avec une Union européenne échouant souvent en tant que défenseur des droits de l'homme. Le projet européen perd son âme!

 

Sophie int’Veld

L'Europe a besoin d'un organe de poursuite fort et indépendant qui puisse s'attaquer aux crimes internationaux graves. C'est pourquoi un jury indépendant a recommandé des candidats appropriés pour le parquet européen. Le fait de ne pas suivre les recommandations compromet et nuit gravement au fonctionnement de ce bureau. C'est pourtant exactement ce que fait le Conseil, en choisissant des candidats favoris des gouvernements belge, portugais et bulgare. Le Conseil doit s'engager à garantir l'indépendance du Parquet européen et s'abstenir de s'écarter, pour des raisons politiques, de la recommandation du comité de sélection indépendant.

 

Maite Pagaza

[Accord provisoire sur les contenus à caractère terroriste en ligne] Je crois fermement que l'accord est très équilibré et juste. Nous avons un accord et un mécanisme qui nous permettront de lutter contre les contenus terroristes et d'éviter qu'Internet ne devienne un terrain fertile pour la radicalisation.

 

● Espagne

Ciudadanos
Inés Arrimadas (présidente)

Une autre victoire pour la liberté en Catalogne. Après les actions de Ciudadanos, le gouvernement est contraint de retirer la propagande séparatiste des bâtiments publics. Nous méritons des institutions neutres qui servent tous les Catalans.

 

● Italie

Italia Viva
Matteo Renzi (président)

- La démocratie est ou n’est pas. Ceux qui, au nom de la pandémie, prétendent arrêter le jeu démocratique, ne bloquent pas la pandémie, bloquent la liberté. Cela ne bloque pas le virus, mais la politique.

- Soit il y a un projet et alors vous pouvez imaginer une vision d'ici 2023 et un programme pour la fin du trimestre, soit si vous ne vous souciez que de former des groupes de «responsables» nous avons dit au Premier ministre: allez de l’avant.

 

► Monde

● Canada
Justin Trudeau (Premier ministre)

- [Covid19] Avec la hausse du nombre de cas et plusieurs confinements à travers le pays, je tiens à être clair : on va continuer à faire ce qu’il faut, aussi longtemps qu’il le faudra, pour vous protéger et vous aider.

- Avec la hausse du nombre de cas et plusieurs confinements à travers le pays, je tiens à être clair : on va continuer à faire ce qu’il faut, aussi longtemps qu’il le faudra, pour vous protéger et vous aider.

- Les propriétaires d’entreprise ayant besoin d’aide pour garder leurs employés peuvent toucher la Subvention salariale d’urgence du Canada jusqu'en juin. Il y a aussi le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes qui offre des prêts sans intérêt pouvant atteindre 60 000$.

- Le point sur les vaccins : on a conclu un accord pour obtenir 20 millions de doses supplémentaires du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer. Grâce à nos accords avec Moderna et Pfizer, on recevra cette année 80 millions de doses de vaccin de ces deux entreprises. D’ici à la mi-printemps, entre avril et juin, on aura assez de doses pour vacciner jusqu’à 20 millions de personnes au pays. Comme on l’a déjà dit, on est en voie de permettre à tous les Canadiens qui le veulent de se faire vacciner d’ici le mois de septembre. On a indiqué aux provinces et aux territoires combien de vaccins par semaine ils recevront d’ici à la fin février, et on poursuivra nos efforts pour que d’autres vaccins soient livrés dès que possible.

 

● Etats-Unis
Joe Biden (Président-élu des Etats-Unis)

- Aujourd'hui, lors d'un vote bipartisan, la Chambre a voté la destitution et la responsabilisation du président Trump [dans les émeutes séditieuses de Washington]. Maintenant, le processus se poursuit au Sénat - et j'espère qu'il s'acquittera de ses responsabilités constitutionnelles en matière de destitution tout en travaillant également sur les autres affaires urgentes de cette nation.

- Le travail des quatre prochaines années doit être le rétablissement de la démocratie et le rétablissement du respect de l’état de droit, et le renouvellement d’une politique qui consiste à résoudre les problèmes - sans attiser les flammes de la haine et du chaos.

- [Covid19] Nous sommes en proie à cette crise et nous devons prendre des mesures immédiates pour maîtriser le virus. (….) Ma priorité numéro un est de faire vacciner les gens le plus rapidement possible pour remettre notre pays sur la bonne voie.

- [Covid19] Vacciner l’Amérique sera l’un des plus grands défis opérationnels auxquels nous ayons jamais été confrontés, mais mon administration n’épargnera aucun effort pour y parvenir. Nous allons nous assurer que le vaccin est distribué rapidement, équitablement et gratuitement à tous les Américains.

- Il est grand temps d’augmenter le salaire minimum, de sorte que les gens qui travaillent dur gagnent au moins 15 dollars de l’heure. J'espère que le contrôle démocratique de la Chambre et du Sénat garantira une action rapide pour y parvenir.

 

Kamala Harris (Vice-présidente-élue des Etats-Unis)

- Les 100 premiers jours de l'administration Biden-Harris se concentreront sur la maîtrise de cette pandémie, en veillant à ce que les vaccins soient distribués équitablement et gratuitement pour tous.

- Notre première priorité doit être de maîtriser cette pandémie, de remettre les gens au travail et de ramener nos enfants à l'école. C’est notre objectif.

- L'un des défis les plus urgents auxquels notre nation est confrontée est de restaurer et de renforcer le leadership mondial de l'Amérique en tant que champion de la démocratie, des droits de l'homme et de la dignité de tous.

- Les banques alimentaires s'efforcent de nourrir les gens qui s'inquiètent de l'endroit où ils trouveront leur prochain repas. Les travailleurs essentiels continuent de risquer leur propre santé et leur famille pour nous tous. Les propriétaires de petites entreprises, des restaurants aux salons de coiffure, souffrent. Nous avons besoin de chèques de relance de 2.000 $.

- Nous avons vu la dévastation que la crise climatique a eue sur notre pays: des maisons et des quartiers en cendres, certaines des saisons des ouragans les plus actives jamais enregistrées et des inondations historiques dans le Midwest. À partir du 20 janvier, nous aborderons cette crise de front ici et dans le monde.

- Nous devons mieux reconstruire notre économie pour qu'elle élève tout le monde, peu importe ce que vous faites dans la vie ou où vous vivez, que ce soit dans les petites villes, les grandes villes ou n'importe où entre les deux. Cela commence par un salaire minimum plus élevé, des congés payés, des lieux de travail sûrs et des syndicats plus forts.

 

● Parti démocrate
Nancy Pelosi (speaker de la Chambre des représentants)

- Nous savons que le président des États-Unis a incité cette insurrection - cette rébellion armée - contre notre démocratie américaine. Il doit partir.

- Le président Trump a prouvé qu'il représentait un danger clair et présent pour notre démocratie américaine. Il doit être destitué et démis de ses fonctions.

 

 

Hillary Clinton (ancienne secrétaire d’Etat)

- La démocratie est fragile. Nous, le peuple, sommes ses intendants. Et nous avons beaucoup de travail à faire pour le protéger de ceux qui l'attaquent. Encourageons nos représentants à adopter la Loi sur les droits de vote de John Lewis comme première étape pour garantir l'accès au bulletin de vote.

- Voici comment les républicains élus et les médias conservateurs peuvent entamer le processus de guérison et d'unification: déclarez avec précision que Joe Biden a été dûment élu président lors d'élections libres et équitables, exhortez les partisans de Trump à s'abstenir de nouvelles violences. Pour un début.

- [Tribune: Trump devrait être destitué. Mais cela seul ne supprimera pas la suprématie blanche de l'Amérique]
L'attaque de mercredi contre le Capitole était le résultat tragiquement prévisible des griefs de la suprématie blanche alimentés par le président Trump. Mais son départ de ses fonctions, que ce soit immédiatement ou le 20 janvier, ne résoudra pas les problèmes plus profonds exposés par cet épisode.
Ce qui s'est passé est source de chagrin et d'indignation. Cela ne devrait pas provoquer de choc. Ce qui passait trop souvent pour des déclamations d'une figure malheureuse mais temporaire de la vie publique fait en réalité partie de quelque chose de beaucoup plus grand. C'est le défi auquel nous sommes tous confrontés.
Au cours de ces derniers jours, j’ai réfléchi à mes expériences en tant que sénateur de New York le 11 septembre 2001 et au rapport de la Commission sur le 11 septembre qui a suivi. Les auteurs du rapport ont exploré les échecs qui ont ouvert la porte à une attaque terroriste dévastatrice. «L'échec le plus important, écrivaient-ils, était celui de l'imagination. Nous ne pensons pas que les dirigeants aient compris la gravité de la menace. »
Près de 20 ans plus tard, nous vivons un autre échec d'imagination: l'incapacité à rendre compte des dommages qui peuvent être causés à notre nation par un président qui incite à la violence, des dirigeants du Congrès qui attisent les flammes et des plateformes de médias sociaux qui sèment les théories du complot. dans l'esprit des partisans de Trump.
À moins que nous ne prenions la mesure des menaces auxquelles nous sommes confrontés, nous risquons de faire en sorte que les événements de la semaine dernière ne soient que le prélude à une tragédie encore plus grave.
Trump s'est présenté à la présidence sur une vision de l'Amérique où la blancheur est appréciée au détriment de tout le reste. À la Maison Blanche, il a donné aux suprémacistes blancs, aux membres de l'extrême droite et aux théoriciens du complot leurs plates-formes les plus puissantes à ce jour, affirmant même qu'il y avait de «très bonnes personnes» parmi les miliciens qui ont convergé vers Charlottesville en 2017.
Au moment où il a perdu en 2020, il a plongé dangereusement notre pays dans une frénésie. Ses partisans ont commencé à planifier leur insurrection, faisant des plans pour marcher sur le Capitole et «arrêter le vol».
Les membres du Congrès, y compris le sénateur Josh Hawley (R-Missouri), Le sénateur Ted Cruz (R-Texas) Et le représentant Mo Brooks (R-Alabama), les ont encouragés. Trump n'a laissé aucun doute sur ses souhaits, à l'approche du 6 janvier et avec ses paroles incendiaires avant que sa foule n’aille au Capitole.
Alors, comment pouvons-nous avancer en tant que pays? Qu'est-ce que cela dit de nous alors que tant étaient complices, tandis que ceux qui ont sonné l'alarme ont été rejetés comme hystériques? L’explication facile est qu’il est difficile de comprendre le danger de ce qui semble être des théories du complot ridicules tant que vous n’avez pas expérimenté ce danger de première main. C’est une leçon que j’ai apprise moi-même. J'ai eu ma part d'expériences désagréables avec des gens qui croyaient que j'étais le mal incarné - tout, depuis le fait d'être brûlé en effigie pour avoir combattu pour la réforme des soins de santé, à prétendre que je dirigeais un réseau de pédophilie dans une pizzeria, à recevoir un bombe postale d'un membre enragé de la secte Trump.
Les idées fanatiques peuvent entraîner des dommages réels, voire mortels. C’est quelque chose que les habitants du Michigan ont réalisé l’année dernière lorsque des membres de la milice armés ont comploté pour kidnapper leur gouverneure. C'est quelque chose que les Nashvilliens ont vu lorsqu'un théoricien du complot a fait exploser un pâté de maisons entier. Maintenant, c’est quelque chose que toute l’Amérique a vécu. Mais il ne suffit pas d'examiner - et de poursuivre - les terroristes nationaux qui ont attaqué notre Capitole. Nous devons tous faire notre propre introspection.
Dans le nouveau livre d'Isabel Wilkerson, «Caste», elle cite une question de l'historien Taylor Branch: «Si les gens avaient le choix entre la démocratie et la blancheur, combien choisiraient la blancheur?» Mercredi nous a rappelé une vilaine vérité: il y a des Américains, plus que beaucoup veulent l'admettre, qui choisiraient la blancheur. Il est décevant que de nombreuses personnes n’aient pas été surprises par ce qui s’est passé la semaine dernière, en particulier les personnes de couleur, pour qui une foule violente brandissant des drapeaux confédérés et suspendant des nœuds est un spectacle familier dans l’histoire américaine.
Pensez à ce que nous avons vu en juin dernier, lorsque des manifestants de Black Lives Matter manifestant pacifiquement à Lafayette Square ont fait face à des agents fédéraux et des gaz lacrymogènes. Si le premier pas vers la guérison et l'unité est l'honnêteté, cela commence par reconnaître que cela fait effectivement partie de qui nous sommes.
La révocation de Trump de ses fonctions est essentielle et je pense qu'il devrait être destitué. Les membres du Congrès qui se sont joints à lui pour renverser notre démocratie devraient démissionner et ceux qui ont conspiré avec les terroristes nationaux devraient être expulsés immédiatement. Mais cela seul ne supprimera pas la suprématie blanche et l'extrémisme de l'Amérique.
Il y a des changements que les dirigeants élus devraient poursuivre immédiatement, notamment en préconisant de nouvelles lois pénales aux niveaux national et fédéral qui tiennent les suprémacistes blancs responsables et en suivant les activités des extrémistes tels que ceux qui ont violé le Capitole. Twitter et d'autres entreprises ont pris la bonne décision pour empêcher Trump d'utiliser leurs plates-formes, mais ils devront faire plus pour arrêter la propagation de discours violents et de théories du complot.
L'administration Biden devra faire face à cette crise dans toute sa complexité et son ampleur, notamment en responsabilisant les plateformes technologiques, en poursuivant tous ceux qui ont enfreint nos lois et en rendant publiques plus de renseignements et d'analyses sur le terrorisme national.
Malgré l'horreur de ce que nous avons vu se produire, dans les semaines et les mois à venir, le cycle de l'information continuera. Nous nous devons de ne pas faire de même. Nous avons la force, la capacité et - oui - l'imagination pour affronter ce qui s'est passé et faire en sorte que rien de tel ne se reproduise. Voilà à quoi ressemble le vrai patriotisme.

 

Adam Schiff (représentant de Californie)

- Ce n'est pas quelque chose que je m'attendais à vivre aux États-Unis, mais là encore je ne m'attendais pas à ce que des membres de la Garde nationale dorment dans les couloirs du Congrès des États-Unis.

- Il ne fait aucun doute que le président Trump a incité à la violente insurrection. Mais il ne l'a pas fait seul. Je n'ai que mépris pour ceux au Congrès qui ont contribué à perpétuer son grand mensonge. Et ont continué à le soutenir même après l'attaque de notre Capitole. Ils sont complices.

 

● Autres
Michael Bloomberg (ancien maire de New York)

Le président Trump méritait à nouveau d'être destitué. La chose la plus importante maintenant est qu'un vote du Sénat se produise le plus rapidement possible, afin que toute l’horrible division que représente ce président ne pèse pas sur la nouvelle administration Biden.

 

● Royaume Uni

Liberal democrats

- De nombreux migrants au Royaume-Uni n'ont aucun recours aux fonds publics, ce qui signifie qu'ils ne peuvent pas accéder aux prestations ordinaires et à l'aide au logement. Ceci est particulièrement dommageable pendant la pandémie.

- Le peuple britannique mérite la transparence et la clarté concernant l'approvisionnement et la distribution des vaccins. La situation actuelle - où les centres de vaccination ne savent pas comment ou quand ils recevront leur prochain lot de vaccins - est inacceptable et provoque une énorme anxiété.

- Que l'enfant soit à l'école ou à la maison, que ce soit une session scolaire ou des vacances scolaires, chaque enfant qui a besoin d'un repas décent devrait en avoir un. Pas de si, pas de mais.

- À maintes reprises, ce gouvernement a laissé tomber les enfants et les familles sur la question des repas scolaires gratuits, qui sont essentiels pour l'éducation et l'avenir de tant d'enfants.

 

Layla Moran (députée)

- Nous ne pouvons ignorer la Covid19 de longue durée. Il présente des symptômes qui changent la vie, notamment une mauvaise mémoire, un «brouillard cérébral», des maux de tête, des douleurs pulmonaires, des palpitations, des douleurs musculaires, des hallucinations, une perte de cheveux et l’insomnie. Et cela affecte actuellement des milliers et des milliers de personnes. Ils ont besoin de reconnaissance et de soutien.

- Ce qui arrive aux Ouïghours au Xinjiang n’est rien de moins qu'un génocide. L'histoire nous regarde. Le monde se tourne vers le Royaume-Uni et la communauté internationale pour se lever et agir.

 

Vues du Centre. Quel politique n’a pas navigué à vue ?

Tous les politiques et partout dans le monde, sauf peut-être à Taïwan, ont navigué à vue et ont commis des erreurs dans la gestion de la crise sanitaire de la covid19.

 

Actualités du Centre. Italie – Le centriste Renzi va au clash avec le président du conseil, Conte

Cela fait plusieurs semaines maintenant que le chef du parti centriste Italia viva et ancien président du conseil, Matteo Renzi, tire à boulet rouge sur le gouvernement et plus particulièrement sur son chef, Giuseppe Conte, membre du mouvement populiste 5 étoiles alors même que sa formation fait partie de la majorité et comptait, jusqu’à leur démission hier, trois ministres.

En cause, la manière de gouverner de Conte trop personnelle et plus profondément celle dont est gérée la crise de la covid19 et, surtout, celle de l’utilisation de l’argent européen – 209 milliards d’euros – pour le plan de relance d’une économie qui va très mal.

Renzi demande instamment que ce plan soit plus ambitieux, considérant que c’est une chance unique pour l’Italie d’inaugurer une nouvelle ère et de sortir enfin par le haut de tous ses problèmes accumulés au cours des dernières décennies.

Et il estime que Conte et la majorité ne prend pas la mesure du défi et de l’opportunité qui résultent de la crise actuelle.

D’autant que les parlementaires ne sont pas associés comme il le faudrait à l’élaboration de ce plan de relance que Conte a confié à des experts afin de ne pas se retrouver dans des difficultés politiques tant sa majorité est faible et friable – constituée du Mouvement 5 étoiles (populiste), du Parti démocrate (gauche modétée) et d’Italia viva (centre) – dont on rappelle qu’elle s’est formée d’abord pour exclure du pouvoir le fasciste et leader de la Ligue, Matteo Salvini, allié auparavant avec le mouvement de l’actuel président du conseil dans le gouvernement précédent.

Reste à savoir jusqu’où veut aller et surtout où peut aller le président du parti centriste sachant qu’il a toujours affirmé que, pour lui et malgré les procès d’intention des médias et des autres partis, il ne s’agit pas d’une question de postes, ni même une question de personnalités même s’il souhaite que Conte soit remplacé.

Actuellement, Italia viva compte 31 députés et 18 sénateurs.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.