vendredi 26 mars 2021

L’Humeur du Centriste. Covid19, dans l’attente des huit milliards de mea culpa!

Il parait que nous attendons un mea culpa d’Emmanuel Macron sur sa gestion de la crise de la covid19.

Un mea culpa?

Pour avoir inventé le virus?

Pour l’avoir inoculé au Français?

Pour n’avoir pris aucune mesure sanitaire, économique ou sociale?

Pour avoir refusé de protéger la population?

Pour avoir interdit la vaccination?

Quelle faute, c’est-à-dire une action délibérément mauvaise, a-t-il commis en sachant qu’il agissait mal?

Parce que si l’on parle de navigation à vue et de décisions par rapport à ce que l’on sait ou savait tout au long de l’épidémie, alors nous devons attendre près de huit milliards de mea culpa!

Bon, direz-vous, Emmanuel Macron est le président de la république française, ce qui lui donne une responsabilité tout autre que le vulgum pecus que je suis, par exemple.

Mais la responsabilité qu’il a dans cette affaire est d’agir par rapport à une situation et la connaissance que l’on en a au moment où l’on prend une mesure tout en essayant de faire en sorte que celle-ci ait le moins d’impact négatif sur la vie de ceux à qui elle s’adresse et en espérant qu’elle sera la plus profitable.

Et c’est ce qu’il a fait.

On peut dire, après coup, que telle ou telle décision n’a pas été assez efficace ou qu’elle a produit l’effet inverse de ce que l’on en attendait.

Reste qu’Emmanuel Macron a, à chaque fois, décidé en fonction d’éléments qui, lui étaient fournis par des spécialistes et qu’il a pris en toute conscience ses responsabilités.

Certaines de ses décisions étaient les bonnes d’autres non parce que la situation sanitaire a évolué de manière différente à ce que l’on attendait.

Mais Emmanuel Macron n’est pas responsable de la covid19.

Or, c’est bien cela que lui demande tous les démagogues, toutes les petites mains de l’embrouillamini, ne cessent de critiquer ses décisions quelles qu’elles soient.

S’il reconfine, c’est un scandale pour les petits commerçants et la culture sans parler des jeunes.

S’il ne reconfine pas, c’est un scandale pour les plus âgés et les plus fragiles.

S’il soutient l’économie, c’est un scandale financier avec une dette pharaonique.

S’il n’aide pas tel ou tel secteur de l’économie, c’est un scandale de les abandonner dans ces circonstances exceptionnelles.

S’il oblige à faire telle ou telle chose, ce n’est que liberticide, certains estimant même que nous ne sommes plus en démocratie!

Mais s’il recommande seulement de ne pas faire telle ou telle chose, c’est un irresponsable qui ne protège pas les citoyens.

Et le tout est à l’avenant.

Et à chaque fois, on trouve un expert quelconque souvent sorti dont ne sait où pour aller dans le sens de ce que l’on veut prouver.

Il suffisait d’écouter certaines interventions de journalistes hier soir lors de sa conférence de presse suite au Conseil européen consacré en grande partie à la gestion de la pandémie, pour voir qu’ils ne posaient pas des questions mais se permettaient de l’agresser avec des opinions personnelles souvent dénuées de tout fondement, surtout de tout rapport avec leur mission d’informer.

Mais on n’aura pas l’outrecuidance de reprendre toutes leurs analyses, tous leurs commentaires, toutes leur fake news depuis un an.

On leur demandera seulement d’avoir un peu de dignité.

Même chose pour une classe politique où l’opposition s’en donne à cœur joie comme si un virus était leur planche de salut pour gagner une élection.

C’est non seulement pathétique mais une honte pour leur mandat qui n’est pas de créer de la polémique quand un pays est en guerre, ici contre une épidémie mortelle, mais bien de jouer une sorte de front commun qui n’a jamais existé, malheureusement.

Sans oublier beaucoup de scientifiques venus défendre leur bout de gras au mépris souvent de toutes les règles de la science qu’ils sont sensés représenter.

Mais que tous ceux qui profitent de la covid19 en France se rassurent, c’est exactement la même chose dans tous les pays du monde où les critiques et les condamnations fusent sur les responsables politiques qu’ils aient choisi telle voie pour gérer la crise ou telle autre.

Le problème ici, ce n’est pas forcément que le simple citoyen, ce vulgum pecus, ne soit pas désorienté par ce virus qui n’en finit plus d’être une menace sur son existence et qu’il soit angoissé parce qu’il ne perçoit pas la sortie de la crise.

Non, ce sont les comportements de tous ceux qui devraient l’informer, l’aider ainsi que le rassurer et qui font tout le contraire souvent avec une délectation non-feinte.

On voit ainsi des sous-fifres de la politique tenir le haut du pavé parce qu’ils crient encore plus fort de que la meute des démagogues.

On voit des «experts» et «sachants» se poser en détenteurs de la vérité pour affirmer sans preuve que tout ce qui est fait est mauvais et qu’ils ont, évidemment, eux, la solution miracle.

On voit des commentateurs – dont les journalistes – faire le buzz la journée entière où il suffit simplement de dire le contraire du pouvoir en place pour booster son média.

Tiens, cela me rappelle ce que nous savions depuis la campagne de la présidentielle américaine de 2016 où tous les médias et plus particulièrement les chaînes d’information en continu, relayaient jusqu’à plus soif toutes les élucubrations, tous les mensonges, toutes les insultes de Donald Trump pour faire de l’audience.

Et Trump a gagné.

Vous savez, le type qui venait dire à la télévision que la covid19 n’était rien d’autre qu’une petite infection qui était bien moins dangereuse que la grippe et qui n’a rien fait pour protéger sa population où l’on compte le plus de morts au monde dues au virus.

Ah! quel bonheur pour les médias d’avoir une telle locomotive pour multiplier leurs audiences!

Aujourd’hui, celles de CNN à Fox news en passant par MSNBC sont en chute aux Etats-Unis depuis le départ du populiste démagogue de la Maison blanche après qu’il ait tenté un coup d’Etat.

On souhaite exactement la même chose à tous les médias du monde avec l’épidémie de la covid19.

D’autant que nous entendrons, au moins pour un temps, moins de bêtises et de fake news.

Mais gageons que tout ce beau monde dont nous venons de parler trouvera rapidement un autre cheval de bataille ou, devrais-je dire plutôt, un bourrin…

Centristement votre,

Le Centriste

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.