jeudi 24 mars 2016

Actualités du Centre. Lassalle utilise l’argumentation de Bayrou pour le critiquer et se présenter à la présidentielle

Jean Lassalle
Le départ de son unique député et ami, Jean Lassalle, n’a pas entamé la confiance de François Bayrou en sa capacité de réunir le Centre alors même que cet épisode est le dernier d’un long processus qui a vu la plupart des élus et des proches du président du Mouvement démocrate s’éloigner de lui.
Ce qui est le plus dérangeant pour lui est que Jean Lassalle utilise exactement la même argumentation qu’il a construite au fil des ans pour proclamer son indépendance et sa légitimité à être le seul réel centriste ainsi qu'à justifier ses multiples candidatures à l'Elysée.
Ainsi, le député de Pyrénées-Atlantiques a estimé, dans un entretien au Figaro, que le soutien apporté par François Bayrou à Alain Juppé était mortifère pour le Centre car le maire de Bordeaux «représente l’homme de l’UMP (…) la plus formidable machine à concasser du centriste».
Rappelons, en effet, que l’UMP, ancêtre de LR, fut créée pou regrouper la Droite et le Centre dans un même parti, initiative mise en place par Jacques Chirac et menée par Alain Juppé.
Au moment de sa création en 2002, François Bayrou n’avait pas eu de mots assez durs pour fustiger cette initiative ainsi que les ralliements de nombre de centristes de l’UDF, en estimant que celle-ci était en partie dirigée contre un Centre indépendant.
De même, Lassalle a réaffirmé son intention d’aller jusqu’au bout de sa candidature à l’élection présidentielle.
Il reconnait ben entendu être assez isolé et compte sur le soutien des Français pour y parvenir.
Une petite musique dont la partition fut déjà jouée par François Bayrou!
Il sera un «candidat populaire», le représentant de «la troisième voie indépendante», celle que Bayrou a justement laissé tombé, selon ses dires.
Il prévoit que tout l’establishment sera contre lui pendant que les instituts de sondage minoreront ses intentions de vote.
Et de préciser: «Je pense que mon heure est venue (…) je n’ai jamais perdu d’élections personnelles. (…) Et le temps des anonymes est venu, celui des inattendus».
Là aussi, la ressemblance avec la rhétorique de Bayrou est évidente.
Enfin, la rupture avec le président du MoDem semble complète puisque Lassalle précise que «Si Bayrou est candidat, nous serons candidats tous les deux».
Même s’il tient à expliquer que s’il s’est mis en congé du Mouvement démocrate, c’est pour ne pas «gêner» le parti et son président qu’il «embête» déjà assez en se présentant.


Aucun commentaire: