jeudi 22 juin 2017

L’Humeur du Centriste. Le «nouveau» Centrisme doit balayer l’«ancien»

L’UDI en déshérence politique et le MoDem en instances judiciaires, La République en marche va-t-elle reléguer aux oubliettes les «anciens» centristes, ceux qui n’ont jamais été capables de porter le Centre au pouvoir et qui tentent aujourd’hui de s’y accrocher d’une manière ou d’une autre.
J’ai évoqué récemment la nécessité d’un «dégagisme» de la «vieille» vision du Centre et du Centrisme propagé par les politistes englués dans leurs références dépassées et les politologues submergés par leurs esprits partisans.
Ici, c’est bien l’«ancienne» manière d’être centriste qu’il convient de dégager, celle qui a fait tellement de mal au Centre et au Centrisme depuis des années où l’opportunisme, l’électoralisme, le carriérisme ont supplanté allègrement les idées et les valeurs, les convictions et l’action.
Le moment est peut-être historique pour réaliser ce bouleversement, certains l’appelleront peut-être «révolution»…
Toujours est-il que la présence à l’Elysée d’un président de la république ad minima totalement centro-compatible mais que l’on voit plutôt comme un centriste, surtout un centriste du XXI° siècle, rend celui-ci ou celle-là possibles.
D’autant que, désormais, à l’Assemblée nationale, la majorité absolue appartient à La République en marche dont les députés ont tous comme mission de mettre en place l’agenda de Macron, c’est-à-dire un agenda du «nouveau» Centrisme et en étant eux-mêmes des «nouveaux» centristes.
Tout cela peut paraître à la fois idyllique et assez injuste pour certains «anciens» centristes.
Sans doute mais faire en sorte, comme tout centriste l’espère depuis longtemps, que le Centre et le Centrisme deviennent, en France mais aussi en Europe, les moteurs du changement humaniste par le progrès et la réforme pour mettre en place une société libre, égale, respectueuse, tolérante et solidaire par le juste équilibre vaut toutes les espérances et les quelques soldats mis d’office à la retraite même si beaucoup n’ont pas démérité.
Il ne s’agit pas de jeunisme ni même de penser qu’en changeant les personnes, on change forcément les mauvais comportements, les réflexes condamnables ou les procédés dépassés.
Non, il s’agit plutôt de créer une dynamique qui ne s’embarrasse, ni de régler des comptes, ni de croire au Père Noël.
Cela passe aussi par une image forte où les anciens visages disparaissent au profit de nouveaux, tout simplement parce qu’ils n’ont pas su porter efficacement le message centriste.
Reste que l’essentiel c’est de ne pas laisser passer ce moment où le Centre et le Centrisme peuvent enfin ressembler dans l’action à leurs définitions théoriques.

Centristement votre.

Le Centriste


1 commentaire:

claud. a dit…

Bonjour. Votre dernier article m'interpelle, moi qui suis centriste "depuis toujours" dans une filiation MRP (trop jeune!) CDS dans les années 80, UDF, Force Démocrate, MoDem en 2007 et encore aujourd'hui. J'ai reconnu dans la démarche d'En Marche! l'intense émotion des acteurs de ce nouveau parti, elle est assez comparable à celle de la création du MoDem il y a 10 ans lorsque, par la grâce des contacts INTERNET, chacun de nous découvrait avec enthousiasme chez d'autres les mêmes aspirations que les siennes.
Mais si Emmanuel MACRON avait voulu S'AFFIRMER CENTRISTE, il l'aurait fait de lui-même, sa démarche n'est donc pas exactement la même et cela ne vous donne pas le droit de l'annexer, juste pour dire que le CENTRISME a gagné, et gagne en jetant aux orties tous les Centristes existants. Cela ne me parait pas très honnête comme démarche. Il serait bien plus intéressant de plaider pour conforter une juste représentation et un respect des Centristes. Ils forment une famille politique petite certes, résistant déjà comme elle le peut à l'ostracisme des deux côtés, droite et gauche, journalistes inclus, mais digne d'exister et de faire entendre sa propre voix - très sociale et très européenne- au côté des autres voix qui ont DROIT DE CITE.
Non la situation actuelle n'est pas plus simple pour les Centristes. Ce sont nos nouveaux députés et nos deux femmes ministres qui peuvent faire la preuve maintenant de leur utilité pour le pays. Souhaitez-leur avec bienveillance des vents favorables et de la réussite !