mercredi 12 juillet 2017

L’Humeur du Centriste. Si Macron a reçu Poutine, pourquoi pas Trump

Donald Trump & Emmanuel Macron
Emmanuel Macron a expliqué vouloir parler à tout le monde, calmement et fermement, en disant les choses comme elles sont.
Il a ainsi invité Vladimir Poutine à Versailles pour une exposition sur Pierre Le Grand, non pas parce à cause de ce qu’il partage avec lui mais parce qu’il est président de la Russie, une alliée historique de la France.
Et il n’a pas oublié de pointer les divergences qu’il a avec le maître de la Russie.
Il a récemment invité Donald Trump pour le défilé du 14 juillet, non pas parce qu’il est ami avec lui mais parce qu’il est le président des Etats-Unis, le plus vieil allié de la France, un pays qui n’a jamais été en guerre contre nous.
Et il n’a pas oublié de lui signifier les désaccords qu’il a avec le leader des Etats-Unis.
Quand il reçoit Poutine à Versailles, ce n’est pas le va-t-en-guerre autocrate qui est en face de lui et ce ne sera pas, quand il accueillera Trump à la tribune de la place de la Concorde, le populiste démagogue qui s’assiéra à côté de lui.
Et quand il rencontre Xi Jinping, le maître communiste de la Chine à Hambourg, il ne serre pas la main au dictateur qui a emprisonné le seul prix Nobel de la paix de l’histoire de son pays, Lui Xiaobo, et qui l’a laissé mourir à petit feu dans ses geôles infâmes mais le dirigeant d’une nation à qui il faut discuter.
Et il n’a pas oublié de lui dire qu’il lui parlerait avec franchise.
Ayant dit cela, aucun centriste défenseur de la démocratie républicaine ne peut être satisfait que le représentant en chef de son pays se retrouve en compagnie de personnages comme Trump, Poutine et Xi Jinping (et il est, dans le même temps, abasourdi qu’il doive mettre dans le même sac le président des Etats-Unis avec celui de la Russie et de la Chine!).
J’ai assez critiqué ces trois là ici même pour ne pas devoir me réjouir de les voir avec Macron dans un lieu emblématique comme Versailles, lors d’une manifestation aussi symbolique que le défilé du 14 juillet ou lors du G20 à Hambourg.
Sans méconnaître la realpolitik qui est une évidence tout autant qu’une obligation pour chaque Etat dans le monde réel, il est pourtant important de jamais brader les valeurs, les principes et les idéaux que l’on défend.
Jusqu’à présent, Emmanuel Macron a su faire la part des choses.
Espérons vraiment que ce n’est pas de la poudre de perlimpinpin et que, tout en faisant entendre la voix de la France, puissance mondiale, il fera entendre aussi fortement celle du pays des droits de l’homme tout au long de son quinquennat sans compromission aucune.

Centristement votre

Le Centriste

Aucun commentaire: